Dangereux, viril, pollueur… 5 idées fausses sur le rallye automobile

Par  |  | 6 Commentaires

Le rallye serait un truc de mecs, un truc de pros, un truc néfaste... Que nenni ! Leïla & Stéphanie, les Gazelles Atomiques, remettent les points sur les i.

Dangereux, viril, pollueur… 5 idées fausses sur le rallye automobile
Le Rallye Aïcha des Gazelles

Leïla et Stéphanie ont décidé de participer au Rallye Aïcha des Gazelles, sous un chouette nom d’équipe : les Gazelles Atomiques, en référence à leur vélocité et à leur métier de physiciennes !

Le Rallye Aïcha des Gazelles, c’est le seul rallye exclusivement féminin du monde. Il se déroule dans le désert du Sahara, au Maroc, dure 9 jours et fait 1300 km !

Les Gazelles Atomiques visent le Rallye du printemps 2019. Suivez leurs aventures sur madmoiZelle et sur leur blog !

Depuis que nous avons décidé de participer au Rallye Aïcha des Gazelles, nous nous sommes renseignées sur le monde du sport automobile et nous en avons parlé autour de nous.

Nous nous sommes rendues compte que cette activité était encore fortement connotée, au point que certaines idées reçues persistent malgré l’évolution de ce sport !

Alors nous avons décidé de faire cette article pour tordre le cou aux préjugés.

Le rallye automobile, un sport d’hommes ?

Lorsque l’on pense au rallye automobile, on pense souvent à un homme au volant d’une voiture lancée à toute vitesse.

Si le sport a été traditionnellement masculin au début, des femmes ont rejoint l’aventure et se sont hissées au rang de professionnelles, telles Michèle Mouton, Jutta Kleinschmidt ou Simona de Silvestro.

Et soyons honnêtes, conduire une voiture est-il vraiment une question de force musculaire ?

Plutôt une question de concentration, de reconnaissance du terrain, de réactivité, pour lesquelles les femmes sont tout autant compétentes que les hommes !

Le rallye, une affaire de motivation avant tout (© Gazelles & Men Rallye)

Ainsi, si l’esprit « masculiniste » perdure, c’est plus une question d’image traditionnelle du sport, et de marketing médiatique.

En proposant une course féminine, le Rallye des Gazelles a contribué à généraliser ce sport auprès des femmes en les attirant dans une aventure qu’elles n’auraient pas forcément eu envie de tester en compétition avec des hommes dès la première fois.

Et en inaugurant le Rallye Gazelles & Men, l’équipe propose maintenant de joindre hommes et femmes au volant dans le désert pour aller plus loin dans la pratique mixte du rallye !

À lire aussi : Best-of des remarques sexistes qu’une femme passionnée de voitures entend au quotidien

Le rallye automobile, un sport de pros ?

En 2018, ça ne choque plus tant que ça de voir des femmes au volant de 4×4 et autres SUV dans le désert. Mais il y a souvent la petite idée que ce sont des professionnelles, qui se sont entraînées toute une vie pour en arriver là.

Sûrement que leur père ou oncle pratiquait le rallye, ou bien elles ont commencé le kart toutes petites — ou autre « excuse » qui légitimise la place de la femme derrière le volant.

Or, chaque année, près de 70% des participantes au Rallye des Gazelles le sont pour la première fois ! Et l’écrasante majorité a peu ou pas d’expérience en sport automobile.

Bienvenue à l’école du Rallye ! (© Rallye Aïcha des Gazelles)

En effet, c’est une activité qui peut s’apprendre à tout âge, et ne requiert pas d’aptitudes physiques particulières. Au point que l’équipe du rallye a créé un trophée spécial pour les novices qui se lancent dans la compétition.

Il suffit donc d’avoir la motivation pour s’y mettre !

Le rallye automobile, un danger pour les populations locales ?

Le bivouac du Rallye des Gazelles, isolé dans le désert (crédit: Rallye Aïcha des Gazelles).

Malheureusement, les tragiques accidents du Paris-Dakar où des habitants de villages locaux ont été heurtées par des voiture du rallye ont marqué les mémoires.

L’organisation du Rallye des Gazelles est optimisée pour éviter ce risque !

  • Le critère de la compétition n’est pas la vitesse mais la distance : c’est donc inutile de démarrer sur les chapeaux de roue, mieux vaut garder son cap.
  • Le bivouac se fait dans le désert et non dans les villages, pour ne pas déranger les habitants.

Le bivouac du Rallye des Gazelles, isolé dans le désert (© Rallye Aïcha des Gazelles)

  • Les étapes parcourent des lieux à très faible population, où la quasi-totalité du circuit est faite de piste et dunes. Ainsi, les populations locales sont préservées.

Au-delà de leur garantir la tranquillité de la population, l’équipe du rallye a monté une association caritative.

Coeur de Gazelles suit la caravane des coureuses pour visiter les villages alentours et prodiguer des soins médicaux, sensibiliser à l’écologie, et distribuer les dons des participante.

Notons également la participation de nombreuses Marocaines au rallye, qui n’est pas qu’un passe-temps d’occidentales dans le désert mais bien une occasion d’émancipation qui traverse les nationalités et les cultures !

Le rallye automobile, un danger pour la planète ?

« Alors qu’on commence à trouver des sacs plastiques dans le désert, il faudrait aussi y déverser du CO2 ? Non vraiment, c’est mauvais pour la planète, vive les vacances à la maison ! »

Si on a rien contre les vacances à la maison nous-même, nous ne considérons pas que l’écologie consiste à se priver d’activités intéressantes pour sauver la planète.

À lire aussi : Militer pour le climat, c’est danser sur le fil entre espoir et désespoir

Les discours culpabilisants entraînent rarement un changement de comportement, car la plupart d’entre nous aiment vivre avec leur temps. Notre opinion, c’est plutôt de rendre durables les activités qui ne le sont pas encore.

Et c’est ce qu’a fait le Rallye des Gazelles !

L’équipe a réalisé un bilan environnemental de son activité et a pris une série de mesures pour diminuer l’impact négatif sur la planète.

Traverser de tels paysages donne surtout envie de les préserver (© Rallye Aïcha des Gazelles)

Concrètement, ça se traduit par une compensation des émissions de CO2 (via le financement de plantation d’arbres qui recyclent la quantité de dioxyde de carbone émise en oxygène), un tri des déchets des camps qui sont recyclés, et l’ouverture d’une catégorie de véhicules électriques dans la compétition.

Tous ces efforts en ont fait le seul rallye au monde à bénéficier d’une norme écologique (ISO 14001:2004) !

Le rallye automobile, c’est que de la compèt’

Oui, le rallye est une compétition : il finit par un classement des équipes.

Pour autant, cela n’en fait pas une partie de Mario Kart où l’on dérape dans les dunes pour aveugler le SUV derrière nous, ou où l’on dépasse l’équipe qui s’est ensablée en klaxonnant ironiquement !

À lire aussi : Comment vérifier les niveaux de sa voiture ?

Les Gazelles expérimentées que l’on a rencontrées nous l’ont toutes dit : le partage et la solidarité sont des valeurs essentielles du rallye, et il est rare que les autres voitures ne s’arrêtent pas pour aider à désensabler ou tirer avec une corde.

Lorsqu’une bonne action est octroyée, il n’est pas rare qu’elle soit reçue un peu plus tard, car la roue tourne vite dans le désert marocain…

Mot d’ordre du Rallye: la solidarité (© Rallye Aïcha des Gazelles)

Le classement final n’est là que pour distinguer celles qui ont eu un talent particulier pour traverser les étapes.

Toutes les Gazelles le savent : participer au rallye et le finir, partager cette aventure entourées de femmes ayant les mêmes valeurs de partage et de dépassement de soi, c’est la meilleure des victoires.

Bientôt des nouvelles des Gazelles Atomiques sur madmoiZelle ! Alors, ça t’a donné envie ?

À lire aussi : La solidarité féminine, et si on s’y mettait ?

7 surprises choisies par Elise, + de 35€ de valeur
18.90€ + livraison

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires
  • Candyclown
    Candyclown, Le 9 avril 2018 à 10h11

    Je ne suis pas fan des sports automobiles, à cause du bruit surtout. Les bruits de moteur sont pour moi les plus laids du monde (c'est la preneuse de son audionaturaliste qui parle). Les quads en forêt, j'ai envie qu'ils disparaissent, mais sur des circuits dédiés, j'ai pas de souci.
    Par contre, pour la pollution, je crois vraiment que les familles qui sortent la bagnole et font des bouchons sur je ne sais combien de kilomètres vers la mer du Nord dès qu'il fait beau, où les joggeurs qui prennent leur voiture tous les dimanches pour aller faire leur footing en forêt, ou juste la catastrophe des bouchons tous les matins et soirs de tous les jours ouvrables de l'année, font plus de mal que quelques rallyes par an.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!