Comment parler de sexualité à des enfants ?

Parler de sexe aux enfants, c'est important, mais pas toujours facile. Voici des pistes pour répondre clairement à leurs questions, sans en dire trop... ni pas assez.

Comment parler de sexualité à des enfants ?

Et dire que j’ai failli passer à côté de cette superbe émission diffusée sur France Inter le 17 août dernier, alors qu’elle touche à l’un des sujets qui me tient le plus à coeur : l’éducation sexuelle !

Dans Une tasse d’été, Marie Sauvion a abordé ce délicat sujet notamment avec Sandra Franrenet, auteure d’Osez parler de sexe à vos enfants, et Didier Lauru, psychiatre et psychanalyste spécialisé.

Comment parler de sexe aux enfants ?

J’ai écouté cette émission en différé donc, et je n’ai pas été déçue puisqu’on y donne des pistes très intéressantes pour qui se pose actuellement la question.

D’abord Didier Lauru commence par identifier 3 phases dans le questionnement de l’enfant sur la sexualité.

La première est la phase œdiepienne, pendant laquelle l’enfant va éventuellement tomber amoureux du parent du genre opposé.

Cela correspond à la contruction de la sexualité infantile, qui contient quelques éléments « agis et concrets » : c’est de l’exploration.

« Comment on fait les bébés, comment je suis fait moi et comment est fait l’autre : on peut commencer à explorer le corps de l’autre entre enfants consentants. C’est le jeu du docteur, cette période est en fait le déclin de l’Œdipe. »

La seconde phase est une phase de latence qui dure jusque vers 11/12 ans et peut être intéressante pour aborder des sujets tels que les règles par exemple.

Enfin vient l’adolescence, qui démarre physiquement avec la puberté.

Globalement, les intervenant·es recommandent de ne pas tout expliquer dans les détails, car ce n’est pas ce que les enfants recherchent à proprement parler. Il vaut mieux répondre avec des mots simples, sans rentrer dans le mode d’emploi concret.

Et ils conseillent également de laisser la porte ouverte au dialogue, quitte à ce que ce soit en recommandant des lectures ou un autre interlocuteur si l’on est mal à l’aise avec le sujet.

Parler de sexe aux enfants pour endiguer les agressions sexuelles

J’ai trouvé cette émission particulièrement intéressante parce qu’elle vient appuyer les conclusions de mon enquête sur les abus sexuels entre enfants, réalisée il y a bientôt un an.

Tout d’abord en affirmant qu’il faut répondre aux questions que l’enfant se pose, puisqu’elles sont naturelles, et en profiter pour parler de consentement dès le plus jeune âge :

« Expliquer à un enfant qu’il ne faut pas embrasser un petit copain si il a pas envie c’est déjà lui expliquer que plus tard on n’a pas un rapport sexuel si l’autre n’a pas envie. Le consentement ça commence tout petit. »

Mais aussi en donnant des clés pour aborder le sujet de manière saine, car c’est important pour le bon développement de l’enfant.

Il est important à mes yeux d’aborder le sujet de plus en plus pour sensibiliser.

Le fait que certains enfants soient traumatisés par des comportements sexuels inappropriés que leur ont infligé d’autres enfants reste largement méconnu, et c’est pour cela que je saisis cette occasion afin d’en parler.

L’émission aborde également la sexualité des ados et la thématique du porno qui fait l’éducation sexuelle de bon nombre de jeunes, alors même qu’il n’est en rien représentatif de la réalité.

En bref, c’est à écouter de toute urgence !

À lire aussi : À ceux et celles qui pensent que l’éducation sexuelle n’a pas sa place à l’école…

COMMENT AVOIR UN TEINT PARFAIT ?

Esther

Esther est tombée dans la marmite de madmoiZelle quand elle était petite. Elle n’a pas grandi, mais elle a depuis développé de fortes convictions féministes. Au croisement de la rubrique actu et de la rubrique témoignages, elle passe de temps en temps une tête à l’étranger pour tendre son micro aux madmoiZelles du monde entier !

Tous ses articles

Commentaires
  • Zazouyeah
    Zazouyeah, Le 13 septembre 2018 à 10h56

    @Nescafette : j'ai aussi été un peu choquée par les propos très freudiens du psy interrogé : "c'est mieux si c'est le parent du même sexe qui aborde ces questions avec l'enfant", en plus de pathologiser les familles monoparentales, cette affirmation a aussi des relents légèrement homophobes...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!