Les publicités sexistes dénoncées par plusieurs femmes en vidéo

Le sexisme dans les publicités est dénoncé dans une vidéo au coeur de la campagne #WomenNotObjects, qui rappelle la base : les femmes ne sont pas des objets.

Les publicités sexistes dénoncées par plusieurs femmes en vidéo

Mise à jour, un peu plus tard le 28 janvier 2016 – La vidéo de #WomenNotObjects a été vu par le site Mr Mondialisation, qui a publié un article pour en parler intitulé Femme ≠ Objet : la vidéo choc qui expose le sexisme dans la publicité. Un article qui s’insurge contre l’hypersexualisation et l’objectification des corps, notamment les corps des femmes, dans le domaine de la publicité. Un article clair, au ton pédagogique et engagé, qu’on te conseille d’aller lire sans plus attendre.

Cet article clair et pédagogique, donc, n’a pas plu à tout le monde. Sur la page Facebook de Mr Mondialisation, on apprend effectivement qu’après la publication de cet article, la rédaction a reçu une flopée de messages insultants, et que plusieurs personnes (uniquement des hommes) sont allées jusqu’à annuler leur donation au site indépendant, dont le travail est gratuit et non-subventionné :

La preuve s’il en fallait encore une nouvelle pour constater à quel point il reste encore beaucoup, beaucoup de travail pour lutter contre le patriarcat de la société.

Le 28 janvier 2016 – Très souvent, quand on voit le rôle que tiennent les femmes dans les publicités, ça fout les boules : quand elles ne sont pas le cliché de la maman relou et maniaque, elles sont considérées comme stupides, vénales, manipulatrices, jalouses ou tout ça à la fois… Régulièrement, elles sont globalement montrées tout simplement comme des objets. Et ça non plus, c’est vraiment, vraiment pas cool.

La campagne #WomenNotObjects (#DesFemmesPasDesObjets), mise en place par une publicitaire, Madonna Badger, se lève contre cette réification du corps des femmes. Dans une vidéo, des femmes tiennent des pancartes montrant des publicités sexistes, et les commentent ironiquement.

« Oui, j’aime faire des fellations à mes sandwiches », dit une femme brandissant une publicité qui montre une femme sur le point de pratiquer du sexe oral avec son burger. « J’aime sacrifier ma dignité pour une boisson », déclare une autre en montrant une photo d’une femme en maillot de bain, allongée, tandis qu’un homme en costume se tient debout presque à califourchon sur elle. « J’adore dormir avec des hommes qui ne connaissent pas mon nom », clame une troisième, tenant une pancarte sur laquelle une femme, au lit avec un homme, a son prénom écrit sur un post-it collé sur son front. « La clé de mon coeur ? Un homme qui sent comme un vagin », explique une autre, goguenarde et agacée, avec dans la main la publicité sur laquelle une bouteille de parfum est placée au niveau de la vulve d’une femme.

À la fin de la vidéo, on peut lire le message « Je suis ta fille/mère/soeur/collègue/manager/PDG. Ne me parle pas comme ça. » À ce sujet, d’ailleurs, le site Mashable fait un rappel : « Nous devons reconnaître que ces femmes ne sont probablement pas cela pour vous, personnellement. Et elles n’ont pas à l’être pour obtenir votre respect et celui de l’industrie de la pub ».

Le Huffington Post a traduit une partie d’une interview donnée par Madonna Badger au Wall Street Journal sur son initiative, où elle explique pourquoi elle qui fait pourtant partie du métier, a décidé de monter cette campagne. La raison est simple : « J’adore mon travail mais je ne veux pas le faire s’il blesse qui que ce soit ».

Ça paraît aussi logique que nécessaire.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Wally24
    Wally24, Le 30 janvier 2016 à 14h32

    @Melimelofolle Pareil j'ai commencé à regardé les commentaires et juste ça m'a donné envie de vomir .. :sick:
    Celui-là et beaucoup d'autres .. Comme toi ça me rend folle de voir qu'ils se rendent pas compte que c'est pas normal, que ça devrait pas exister, et qu'ils sont juste ... débiles ...

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)