Serviettes et tampons hygiéniques : enfin une pub qui ne ment pas

Une marque de protection hygiénique lève le voile sur la réalité des règles en réponse au commentaire d'un homme affolé par le phénomène sanglant sur Facebook.

Le 8 octobre dernier, un homme aurait déposé un commentaire sur la fanpage Facebook de la marque de protections hygiéniques Bodyform. J’utilise le conditionnel puisque, n’est-ce pas, il est probable à 91% que ce commentaire – au passage plein d’humour – soit bidon :

« Salut, en tant qu’homme, je me dois de vous demander pourquoi vous nous avez menti toutes ces années. Quand j’étais petit, je regardais vos publicités avec intérêt quant à cette merveilleuse période du mois pendant laquelle les femelles profitent de tellement de choses, j’étais jaloux. Je veux dire, faire du vélo, du roller, danser, faire du parachute, pourquoi est-ce que moi je ne pouvais pas profiter aussi de ce moment de joie, d’eau bleue et d’ailes ? Maudit soit mon pénis !!! Après, j’ai eu une copine, j’étais tellement heureux et ne pouvais attendre qu’arrive enfin cette joyeuse période du mois pleine d’aventures… Vous avez menti !!! Il n’y a eu ni joie, ni sports extrêmes, ni eau bleue déversée dans des ailes, de musique entraînante, oh non non non. À la place, j’ai dû résister contre toutes les pulsions masculines qui voulaient me faire hurler « Bodyform Bodyform pour vous » alors que ma dame mutait de l’aimante femme à la peau douce et de couleur normale à la petite fille de L’Exorciste […] »

J’ai envie que ce commentaire soit bidon (les hommes ont reçu au moins deux heures d’éducation sexuelle au collège et connaissent plus ou moins bien les problèmes des règles), mais ça me décevrait en réalité beaucoup qu’il le soit : cessera-t-on un jour de penser que les mâââles ne savent rien sur l’appareil génital féminin et qu’ils rechignent à aller acheter des tampons pour leur copine tellement ça les effraie ? Ce running gag est running gavant.

Quoiqu’il en soit, Bodyform a décidé de répondre en vidéo et avec humour à ce commentaire. Et si on se doute bien évidemment que tout est organisé depuis le début (la directrice générale de la marque qu’on nous présente dans la vidéo n’occupe pas ce poste dans la réalité), qu’importe : ça reste efficace.

« Salut Richard, je suis Caroline Williams, directrice générale de Bodyform. Nous avons lu votre publication sur notre page Facebook avec intérêt […] Il est temps de dire la vérité. Nous t’avons menti, Richard. Et je veux te demander pardon ; pardon.

[…]

Je suis désolée d’être celle qui doit t’annoncer ça, Richard, mais les règles joyeuses n’existent pas. La vérité, c’est que certaines personnes ne peuvent simplement pas supporter la réalité. Dans le passé, nous avons essayé d’être plus honnête dans notre façon de faire. Dans les années 80, nous avons mis en place une série de panels pour nous aider à voir la réaction du public face aux règles. Les crampes, la sensation de colère, la faim… Et, oui, Richard, le sang dévalant notre utérus comme un raz-de-marée écarlate.

Jusqu’à maintenant, nous avons réussi à faire illusion. Mais toi, Richard, tu as fait exploser ce mythe. Cette réalité qu’on espérait qu’aucun homme n’aurait à affronter. Mais tu l’as fait Richard. Toi. Bien joué. »

Un joli coup de pub commercial pour la marque. Et pour approfondir un peu le sujet, vous pouvez toujours aller relire l’article d’Annelise sur l’aura des publicités pour tampons et serviettes.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Elrewin
    Elrewin, Le 21 octobre 2012 à 19h31

    Triple LOL XD. Enfin la vérité est révélée !
    Et c'est vrai que, bien que les hommes savent que nous saignons une fois par mois, ils sont bien loin de la réalité pure et dure...

    Par contre j'ai pas bien compris l'histoire de l'eau bleue... C'est en référence au produit qu'ils mettent sur les serviettes pour montrer leur pouvoir absorbant ?

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)