Les 7 problèmes les plus urgents de l’éducation nationale

Il semble que l'éducation nationale soit en crise. Alors dans sa grande bonté, Esther a identifié les principaux problèmes – ainsi que les solutions à mettre en place au plus vite !

Les 7 problèmes les plus urgents de l’éducation nationale

L’école outragée, l’école brisée, l’école martyrisée… je n’ai pas le cœur à terminer cette citation, car NON, non non non, l’école n’est pas libérée.

Trop de problèmes y sévissent encore et mettent à mal l’éducation des jeunes d’aujourd’hui. Des problèmes que par ailleurs on n’a pas toujours eus si vous voulez mon avis…

À force de voir surgir les polémiques sans qu’elles ne soient suivies de réelle prise de conscience et d’actions de la part du gouvernement, je sature.

J’ai donc décidé de dresser ici la liste des questions qu’il faut régler d’urgence, afin d’attirer l’attention de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation Nationale, ainsi que de toutes et tous les proviseurs et directrices d’établissement.

Les 7 problèmes de l’Éducation Nationale que nous ne pouvons plus décemment tolérer

La longueur des shorts

Eh oui, ma bonne dame. Y pensez vous à ces gamines qui arrivent avec des shorts qui non seulement leur moulent les fesses, mais en plus sont extrêmement courts ?! Un peu plus et on croirait qu’elles portent des culottes en jean et qu’elles ont oublié leur pantalon !

Si ça ce n’est pas une tenue de génération perdue, je ne sais pas ce qu’il faut pour vous convaincre.

La couleur des gloss et des rouges à lèvres

Peut-être faut-il pointer ces rouges, roses, oranges outrageants que portent désormais les enfants sur leurs lèvres ?

Et encore, si ce n’était que des couleurs vives… Mais rendez-vous compte, elle portent même des couleurs SOMBRES qui leur des airs de… de… je n’ai pas les mots, c’est simplement indécent !!

D’autant plus qu’elles ne se limitent plus aux lèvres, elles les ACCORDENT AVEC LEURS ONGLES.

Les cheveux teints

Et avez-vous vu celles qui arrivent désormais avec des mèches de toutes les couleurs, des chevelures arc-en-ciel en veux-tu en voilà ? Si ça ce n’est pas de la provocation vouée à perturber l’ambiance studieuse de la classe, je ne sais pas ce qu’il vous faut.

Les jeans troués, crop-top, et autres épaules dénudées

Comme si montrer ses cuisses au monde entier ne suffisait pas, rendez-vous compte que les jeunes filles arborent désormais fièrement leurs nombrils à l’air. Ce qui leur donne d’ailleurs l’occasion de montrer leur dernier piercing en date, autre signe de décadence, mais nous y reviendrons.

Et c’est sans compter sur les genoux qui apparaissent de manière ostensiblement sensuelle à travers les jeans troués. Et que dire de toutes ces épaules dénudées, expression indécente de sexualité débridée ?!

Mais enfin comment peut-on tolérer ça ??? Je vous le demande M. Blanquer !!!

Les hormones des garçons

Vous ne voyez toujours pas le problème ? C’est pourtant évident : à afficher leur puberté à la vue de tous, par qui croyez-vous qu’elles se font remarquer ?

Mais par les GARÇONS bon sang.

Elles les déconcentrent, ces créatures de satan. Elles les détournent de leurs objectifs, de l’apprentissage, des livres… Pensez-vous qu’un jeune homme pubère de 14 ans a envie de lire Molière lorsqu’il voit passer sous son nez une nénette de son âge quasi-nue ?

Je vous le donne en mille, bien sûr que non.

Les couples qui se tiennent la main dans les couloirs et se roulent des pelles au fond de la cour

Et à quoi ça donne lieu, ces accoutrements impossibles ? Eh bien au roi des problèmes : les couples d’adolescents.

Et vas-y que le regard attiré par un décolleté, un garçon engage la discussion. Et que ça se demande s’ils peuvent aller manger une glace après les cours.

Et vas-y que le lendemain, au milieu de la cour de récré tout le monde assiste à la demande solennelle : « veux-tu sortir avec moi ? ».  Et puis ça se balade la main dans la main au vu et au su de tous, pour finir par se bécoter sous le préau, s’envoyer des SMS en cours, et passer son temps à rêver plutôt qu’à être concentré sur ses équations.

Et c’est qu’ils donnent envie aux autres de faire pareil en plus !

Non, ça ne vous choque pas ? Écoutez il ne faudra pas vous plaindre quand cette génération arrivera dans le monde du travail s’ils ont la capacité de concentration d’une moule.

Je m’engage solennellement à venir alors vous dire que JE VOUS L’AVAIS BIEN DIT. 

Les piercings et tatouages

Oh et j’ai failli négliger l’ultime outrage : le piercing et le tatouage. Les élèves se pavanent là, avec leurs airs de rebelles… Ah c’est sûr, un tatouage ou un piercing ça fait de vous le centre d’attention, hein.

Ça commence comme ça et puis ça finit par vous donner le courage qu’il vous fallait pour oser lever la main en cours et demander à repousser le contrôle à la semaine prochaine.

Je vous assure, vous leur donnez un doigt, et ils vous prennent tout le bras ces ados !

Mes suggestions au ministre de l’Éducation Nationale pour redonner son panache à l’école

Donc j’ai une suggestion à faire à M. Blanquer : on revient à l’école de la République non mixte, pour ne pas éveiller les désirs des uns et des autres – même s’il faudra je vous l’accorde surveiller les tentations lesbiennes et homosexuelles qui peuvent surgir dans de tels environnements…

… Haha je vous ai bien eu, ÉVIDEMMENT pas de ça chez nous, on sait bien que l’homosexualité est un mythe !

Bon excusez-moi pour cette plaisanterie, je poursuis.

On ré-instaure l’uniforme scolaire, d’ailleurs si vous me permettez je connais une très bonne couturière qui saurait vous dessiner des jupes qui arrivent sous le genou, si vous voyez ce que je veux dire.

(Non mais parce que les jupes plissées d’écolières qui arrivent juste sous les fesses, on sait à quoi ça mène hein).

Et on inscrit dans la loi l’interdiction du maquillage. On l’a bien fait pour les portables, ça devrait pas être beaucoup plus compliqué non ?

On engage davantage de surveillants pour veiller au grain : inspection des ongles à l’entrée dans l’enceinte du collège, enrayement du trafic de rouge à lèvre qui pourrait émerger.

Rien ne s’oppose à une telle politique, qui ferait en fait disparaître le reste des problèmes

Je vous vois venir, vous allez me dire que ça prend du temps, que ça coûte de l’argent, que c’est pas réalisable, qu’il y a d’autres priorités…

Mais entre nous, quid du budget économisé grâce à la suppression de postes d’enseignants dans le secondaire, vous pouvez bien le ré-allouer aux surveillants non ?

Vous avez dit « dans le second degré, 2 600 postes d’enseignants seront supprimés, pour 1 900 postes créés dans le premier degré ».

Si je fais le calcul sommaire et rapide, ça nous fait quand même une suppression de 700 postes d’enseignants au total ! Si on prend en compte les 600 postes dans l’enseignement privé et les 400 postes d’administratifs, on arrive à 1700.

Hop, dans la foulée vous engagez des pions et des pionnes, on sait bien qu’ils coûtent moins cher alors vous pouvez monter jusqu’à minimum 2500.

Non mais c’est vrai, après tout moins d’enseignants, ce sont des classes un peu chargées et des profs qui doivent enseigner des matières pour lesquelles ils n’ont pas toujours eu le temps d’être formés, mais s’il y a un bon système disciplinaire ça tient sans problème !

Un prof pour 50, tant qu’il sait se faire obéir, ça suffit. Le petit Mathieu qui est dyslexique et qui n’a pas d’auxiliaire de vie scolaire, ou la Sofia qui galère à faire ses devoirs car elle doit s’occuper de ses 2 petites sœurs le soir venu, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise… La sélection naturelle, c’est un peu l’école de la vie !

Et puis pensez-y, un tel fonctionnement ça nous évitera d’avoir à régler les problématiques de harcèlement scolaire qui comme chacun sait, sont justement créées par les tenues indécentes dont je vous parlait.

Vous croyez vraiment qu’on appellerai certaines « salopes du lycée » si elles n’étaient pas autorisées à se trimballer les genoux à l’air ?

Puis on peut remettre à plus tard la formation des profs, notamment tout ce qui touche à l’éducation sexuelle, qui n’est qu’une nouvelle folie si vous voulez mon avis.

Économisez donc ces sous pour les investir dans les uniformes – c’est un aparté mais je vous l’accorde il ne faudrait pas qu’ils aient à les acheter eux-mêmes, ça créerait de nouvelles disparités alors que ce système permettrait justement de résoudre l’équation de l’égalité des chances.

Eh oui, qui a besoin d’apprendre aux garçons et aux filles à se respecter quand on les empêche de se côtoyer ?

De toutes façons, c’est encore une manière de les encourager au sexe et si vous voulez mon avis, c’est ça qui est responsable des agressions sexuelles dont on entend parler de manière épisodique.

Enfin, je vous dis tout ça… ce n’est que mon avis.

À lire aussi : Ma mobilisation a payé, les shorts sont de nouveau autorisés dans mon lycée !

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

Esther

Esther est tombée dans la marmite de madmoiZelle quand elle était petite. Elle n’a pas grandi, mais elle a depuis développé de fortes convictions féministes. Au croisement de la rubrique actu et de la rubrique témoignages, elle passe de temps en temps une tête à l’étranger pour tendre son micro aux madmoiZelles du monde entier !

Tous ses articles

Commentaires
  • LovelyLexy
    LovelyLexy, Le 28 septembre 2018 à 21h15

    NanaCoubo
    @LovelyLexy Malheureusement oui... c'est pas évident quoi. Après c'est à l'Education Nationale de faire en sorte de faire des cours spéciaux afin que les élèves puissent se respecter tous. Bon après, on peut toujours rêver car y en a toujours qui s'en foutront et puis certains établissement (pour ne pas dire tout) ne bougent pas tellement le petit doigt parfois et disent "Ce sont des jeunes, c'est normal". Ouais mais non, si mon gosse se faire harceler et s'ils prennent la chose à la légère, mais j'incendie l'établissement .___.
    On fait des séances sur le respect et des interventions, mais le monde entier, la société entière nous contredit... Et y'a des trucs qui sont tus surtout pour préserver la réputation des établissements hélas

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!