Eliza Delajungle, Mademoiselle Bille-en-tête et autres personnages de séries animées bienveillants

Hommage à quelques uns des personnages de séries animées les plus bienveillants de l'histoire de la télévision !

Eliza Delajungle, Mademoiselle Bille-en-tête et autres personnages de séries animées bienveillants

Les séries animées comportent leur lot de personnages pour le moins caricaturaux. Ça ne veut pas dire que ce ne sont pas de bons personnages, bien au contraire : les traits de leur personnalité sont grossis, pour que les enfants et pré-adolescents saisissent bien tous les enjeux malgré le fait que les épisodes soient courts et qu’ils ne sont pas forcément le plus attentif des publics.

Du coup, tu repères bien les catégories de personnages. Il y a ceux qui aiment se battre, ceux qui sont mal à l’aise dans à peu près toutes les situations, les intellos, les sportifs bien trop cool, les vrais bons marrants… Et puis les gentils. Pas les gentils du genre trop gentils ! Les gentils, les bienveillants, ceux et celles qui ne feraient pas de mal à une mouche et oeuvrent pour que tout le monde puisse vivre en harmonie. Ce n’est pas un détail de leur personnalité : c’est le point de départ de tout. Ça ne veut pas dire qu’ils ne sont que ça, ça veut juste dire que ça conditionne leurs actes.

Ces bienveillants-là sont, de loin, mes préférés. Et j’ai eu envie de leur rendre un hommage façon fist bump.

À lire aussi : Ode à la gentillesse

Mikey Blumberg, La Cour de Récré

J’ai aimé La Cour de Récré comme une étoile filante : très fort et pendant très peu de temps.

Mais en vrai, une étoile filante, tu y es pour rien si t’en profites pas longtemps, t’as pas le choix. Arrêter une obsession sur un programme télé alors qu’il continue de passer, c’est différent. C’est vachement pas pareil. Cette comparaison ne marche pas du tout, finalement. D’autant plus qu’on peut voir une étoile filante pendant quelques secondes, alors que j’ai binge-watché La Cour de Récré tout un été. Non, définitivement, rien à voir.

Mikey, c’est tellement mon préféré, j’ai envie qu’il soit mon ami pour toujours ! Il est touchant, sensible et loyal. Son cauchemar, ce serait que son groupe de potes soit séparé, et il est le premier à imaginer des plans pour empêcher Gretchen de partir dans une autre école. Certaines personnes dans l’établissement pensent que Mikey est le genre de gosse qui prend plaisir à faire preuve de violence, mais il faut bien dire ce qui est : lui souhaite ne faire de mal à personne. Il est plutôt du genre à s’excuser quand il bouscule un porte-manteau, tu vois. En plus, il chante et il fait de la poésie : c’est le pote d’école primaire idéal !

À noter que Mikey est loin d’être le seul personnage fantastique de La Cour de Récré : j’aime Gretchen et son ambition, Spinelli parce que je voulais être comme elle quand j’étais petite (avec un coeur de pipou et les poings prêts à défendre les causes justes), Vince et son côté détendu du slip et joyeux, Miss Grotke pour son féminisme… Il n’y a bien qu’à TJ que je ne trouve pas trop d’intérêt. C’est pour moi le syndrome dit « de Ted Mosby » : le personnage principal qui n’a finalement pas grand-chose d’un leader.

À lire aussi : Trois bonnes séries… qui auraient dû s’arrêter plus tôt

Eliza, La Famille Delajungle

La Famille Delajungle, c’est l’histoire d’une famille (incroyab’) qui parcourt le monde à bord d’un van. Dans cette famille, il y a Nigel et Marianne, les parents documentaristes, Debbie, la grande soeur qui fait tout le temps la gueule et préfèrerait largement sortir avec ses potes (et pécho) plutôt qu’être toujours sur la route de l’aventure, et Donnie, un enfant sauvage adopté par la famille.

Et puis surtout, il y a Eliza, une fille de douze ans. Un jour, Eliza a sauvé la vie d’un phacochère qui était en fait un sorcier chaman. Pour la remercier, il l’a dotée d’un don un peu particulier : elle peut parler avec les animaux, mais ne doit surtout pas le dire aux autres humains. Elle est pleine de valeurs, de joie et d’ouverture d’esprit, et profite de ce don pour venir en aide aux animaux en voie d’extinction (la série a évidemment pour but de sensibiliser à la diversité de la faune et la flore et à la protection de l’environnement : je l’avais pas bien saisi à 10 ans, mais bon j’aurais pas été capable de reconnaître l’odeur de mon propre pet alors en terme de temps de réactivité j’étais pas au poil).

elizaEliza Delajungle demandant à des petites tortues de garder le secret de sa mycose.

Et Eliza, du haut de sa douzaine d’années, n’hésite parfois pas à risquer quelques plumes de sa vie pour sauver des membres d’espèces en voie de disparition ! Une série animée qui porte un beau message ET est portée par un personnage de pré-adolescente pleine d’énergie, de convictions et de gentillesse : bim bim ma gueule.

À lire aussi : Ces héroïnes badass de dessin animé auxquelles on ne pense jamais

Phil, Hé Arnold

Dans Hé Arnold, Arnold vit chez ses grands-parents, Phil et Pookie. Ses parents ont disparu depuis bien longtemps sans qu’il ne sache vraiment pourquoi, mais une chose est sûre : il est drôlement bien traité et aimé par ses aïeuls. Tout deux gèrent ensemble une pension de famille, et sont heureux et amoureux.

Phil a eu une vie bien remplie (il aurait notamment foutu une raclée à Hitler) et c’est un grand-père génial. Il est plutôt maladroit, et donne les conseils les plus pourris du monde à son petit-fils (avec cependant la meilleure intention du monde — plaisir d’offrir), mais il est formidable. C’est l’archétype du papy adorablement timbré, qui a toujours une anecdote plus ou moins crédible à raconter. Il est surtout prêt à monter sur de très grands chevaux (de type vraiment très très grands, genre un quadruple poney céleste), s’il entend une personne dire du mal de son petit-fils.

phil
Phil & sa gow, posay.

Et il a un visage en forme de bite, oui. Ok.

Valérie Bille-en-Tête, Le Bus Magique

Être bienveillant, ça ne veut pas dire être toujours prudente à 100%… même quand on a toute une classe d’enfants à sa charge ! C’est notamment le cas de Mademoiselle Bille-en-Tête, l’institutrice du bus magique. Elle emmène ses élèves au coeur du corps humain, dans l’espace, ou encore dans le cul d’une poule… C’est super dangereux et chaque fois, toute la joyeuse tribu risque sa vie.

Mais bon, là encore, ça part d’une bonne intention. Je suis pas sûre que ce serait reconnu comme légal par l’Éducation Nationale (cette sacrée Valoche aurait eu vite fait d’être virée dans la vraie vie), mais ça part de l’intention d’informer les enfants, de transmettre son savoir.

À lire aussi : Le Bus Magique : la bande-annonce du film !

bus magiqueCet élève est-il conscient que ses camarades de classe ET sa prof vont potentiellement lui sortir par l’anus ?

Moi en tout cas, une chose est sûre : j’aurais trop aimé avoir Mademoiselle Bille-en-Tête comme prof. Elle est adorable, elle est épanouie, elle est joyeuse, elle est gentiment zinzin, elle juge rien ni personne et elle emmène ses élèves faire des découvertes de dingue. Je vote pour.

Et que celle qui parmi vous n’a jamais rêvé de cette institutrice de rêve me jette la première tomate cerise.

Et toi, quels sont les personnages de série que tu trouves les plus bienveillants ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Shinigamylle
    Shinigamylle, Le 20 août 2015 à 7h39

    HAN, Mademoiselle Bille-en-Tête, j'étais fascinée par ses boucles d'oreilles qui changeaient selon le "thème" de l'épisode. Je suis sûre que ma passion pour les boucles d'oreilles bizarres vient d'elle !

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)