Les pères au cinéma

Pondu par Sophie-Pierre Pernaut le 3 octobre 2012     

A l’occasion de la sortie de Taken 2, nous ressortons cet article qui fait la part belle aux papas du cinéma initialement publié pour la fête des pères.

Màj du 3/10/2012 - Taken 2 sort ce 3 octobre au cinéma. Si, dans le premier film, Bryan Mills devait sauver sa fille enlevée par un groupe de mafieux albanais, c’est cette fois-ci sa femme et lui-même qui se font kidnapper par les survivants de ce groupuscule. L’occasion de modifier ce papier qui rendait hommage aux pères au cinéma en ajoutant le personnage de Bryan que j’avais honteusement oublié au moment de la parution initiale.

Les relations pères/géniteurs dans les bons films ne sont pas légion dans le cinéma d’hier ou d’aujourd’hui. A l’approche de la fête des pères (rappel : c’est dimanche. Mettez une alarme sur vos portables, collez-vous des post-its sur le front, tout ça tout ça), j’ai pourtant décidé de sélectionner des géniteurs qui ont plus ou moins (ou pas du tout) marqué l’histoire du cinéma.

(Warning : certains spoilers peuvent éventuellement se faufiler dans cet article. Si vous n’avez vu ni Le Roi Lion, ni Star Wars, je vous conseillerai d’éviter de lire le paragraphe qui concerne ces films. Sinon, vous pouvez y aller, j’ai prévenu avec des balises.)

Bryan Mills, Taken : le père qu’il faut pas emmerder

Les pères au cinéma

Dans Taken, un ancien agent de la CIA réalise alors qu’il est à Los Angeles que sa fille est sur le point de se faire kidnapper à Paris. Il saute alors dans le premier avion et fait tout pour la retrouver, la sauver, et foutre accessoirement une grosse mandale à toutes les personnes qui ont touché ne serait-ce qu’à un poil d’aisselle de sa fille.

Bryan Mills, c’est le père protecteur qui est capable de rester tout à fait calme au téléphone avec les ravisseurs de sa progéniture pour leur mettre un petit coup de stress dans les miches. Un exploit qu’il réussisse à rester calme au bout du fil sans jamais penser à sa facture qui risque d’être plus salée qu’une brandade de morue. La scène où il les menace de les retrouver pour tous les tuer alors qu’il n’a encore aucune information sur eux est devenue tellement mythique qu’elle en est désormais un mème, dont voici un échantillon ci-dessous :

Les pères au cinéma Eh je viens juste de te rencontrer et c’est complètement fou, donc voici mon numéro et appelle-moi peut-être. – Je ne sais pas qui tu es, mais je te trouverai et je te tuerai.

Badass, d’un flegme à toute épreuve, attentionné et plein d’humour, Bryan est un super-papa comme le cinéma en a fait bien peu.

Mufasa, Le Roi Lion : le père multi-fonctions

Les pères au cinéma peres cinema1

Dans Le Roi Lion, Mufasa représente l’archétype-même du père attentionné, protecteur, joueur, malicieux et sévère quand il faut. Le genre de père qui gère tout, de l’éducation de son fils Simba à sa relation avec sa femme en passant par, fait complètement anecdotique, le fait de régner sur ses sujets puisqu’il est roi de la Terre des Lions.

Le mec, soit il est né dans une pub Q10 (celle qui dit 10 choses à la fois, c’est bien ce qu’on fait toutes, non ? et avec laquelle je ne suis pas du tout d’accord parce que je sais même pas mâcher un chewing-gum et écrire en même temps), soit il est complètement surhumain.

Quoiqu’il en soit, ce père est particulièrement marquant car lorsqu’il est mort devant nos yeux d’enfants, c’était un peu la première fois que beaucoup d’entre nous se sont rendus compte que nos papas étaient faillibles alors qu’on les pensait immortels.

Mufasa, c’est le papa qu’on aurait toutes voulu avoir un jour (sauf moi, parce que mon père est mieux).

Paul Guetz dans Tanguy : alerte père à bout de nerfs

Dans Tanguy, Paul Guetz (André Dussolier) aimerait bien voir son fils de 28 ans, surdiplômé avec de bons revenus, partir de la maison afin de pouvoir couler des jours heureux et paisibles avec sa femme. Il se décide alors à faire vivre un enfer du quotidien à son rejeton pour mieux le convaincre d’aller se chercher un appart. De père ouvert, attentionné et attentif au bonheur de son fils, il devient alors un gros târd-ba comme on ne dit pas dans le jargon.

Paul Guetz, c’est le père qui pourrait ressembler au nôtre si on se décidait à revenir vivre chez nos parents à 35 ans alors qu’on a un salaire raisonnable.

Le père de Louis dans Papa : faux détendu du caleçon, mais vrai père qui déchire

Film de Maurice Barthélémy, Papa n’est pas un chef d’oeuvre mais reste un roadtrip hyper touchant, et drôle, et subtil, et y a Alain Chabat donc je ne peux plus répondre de rien. [spoiler]C’est l’histoire d’un père qui descend en voiture dans le Sud avec son fils après un drame familial.[/spoiler]

Le père de Louis, joué par Alain Chabat, est à la fois blagueur, physiquement très présent mais parfois un peu absent mentalement. On comprend au cours du film de quoi il cherche à protéger son môme et ce que cache toutes ses boutades. Une sorte de papa-clown-triste, en somme.

Dark Vador dans Star Wars : le papa non merci sans façon

Les pères au cinéma peres cinema3

« Viens faire un câlin à ton papa »

Je pense ne pas trop trop jouer à la spoileuse en constatant que Dark Vador est le grand méchant de Star Wars. Il tue, il est plein de haine et d’angoisses, il porte une combinaison rigide et métallique (pour les câlins père-fils, c’est moyennement pratique), il fait peur et il s’engage dans un combat acharné contre Luke, son propre fils avant de lui apprendre qu’il est son père. Résultat, Luke essaie de se donner la mort. C’est dire si Dark Vador est le papa dont tout le monde rêve.

Randy le Bélier dans The Wrestler : le papa un peu étourdi

Les pères au cinéma peres cinema2

Dans The Wrestler, Randy le Bélier (Mickey Rourke) catcheur professionnel, se rend compte qu’il est cardiaque et qu’il va devoir commencer à y aller molo sur les coups de coude et les uppercuts dans l’appendice nasal d’autrui. Dans le même temps, il rencontre une strip-teaseuse qui lui fait un certain effet dans le pantalon mais s’évertue à se refuser à lui. C’est fâcheux. C’est tellement fâcheux que Randy le Bélier a les boules, et pour qu’un tel mastodonte qui a fait de la bagarre son métier ait les boules, faut quand même y aller fort sur la lose.

Le coeur sur la main (qu’elle n’a pas dans la culotte en apercevant Randy, donc), la strip-teaseuse lui conseille de reprendre contact avec sa fille, Stéphanie, qui lui en veut beaucoup de l’avoir abandonné alors qu’elle était toute petite et d’avoir oublié tous ses anniversaires depuis. Manque de bol [spoiler], lorsqu’elle accepte de le revoir en tête à tête, il oublie, se met une mine et se réveille dans la nuit. Et Stéphanie de ne plus jamais, jamais vouloir lui adresser la parole.[/spoiler]

Randy est donc aussi présent pour sa fille que la poitrine dans mon soutien-gorge.

Johnny Marco dans Somewhere : père pantouflard pour film soporifique

Dans cette grosse tache sur la filmographie de Sofia Coppola mon adorée, Johnny Marco est un mec qui passe son temps à fumer des clopes et à boire des coups dans sa chambre au Château Marmont (excusez du peu). Acteur connu avec autant de billets dans son porte-feuille qu’il y a de tétons apparents dans tous les films de Marc Dorcel réunis, Johnny s’ennuie et réfléchit sur l’intérêt d’être en vie entre deux petits roupillons devant des shows de strip-teaseuses. Dans cette partie du film, il ne se passe donc, pour ainsi dire, rien.

Et puis un jour, Cleo, sa fille, patineuse artistique en devenir, fait irruption dans sa vie. Ils jouent à Guitar Hero, ils glandent dans la chambre du Chateau Marmont (excusez du peu) de papa, ils se regardent et s’observent entre deux réflexions sur l’intérêt d’être en vie de Johnny. Dans cette partie du film, il ne se passe donc, pour ainsi dire, rien.

Et vous, quels sont les pères au cinéma qui vous ont marquées ?

Pour encore plus de pères dans les films, vous pouvez aussi aller lire cette sélection sur Sens Critique d’oeuvres cinématographiques qui traitent de la relation père-fille !

pre et fille

Ça vous a plu ? Partagez !

80 BIG UP

Ne ratez aucun article de madmoiZelle.com !

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez notre actu deux fois / semaine

Entrez votre email ici :

Cet article a été pondu par Sophie-Pierre Pernaut - Tous ses articles

Sophie-Pierre Pernaut (dite SPP, dite Sophie) écrit pour madmoiZelle depuis l'an 2011. Elle s'est donnée pour mission de vous informer, de vous divertir et d'éventuellement vous faire rigoler avec son humour somme toute assez crétin. Elle aime la tartiflette et les chèques en blanc.

Plus de Sophie-Pierre Pernaut sur le web :

Tous les articles Cinéma, Culture et aussi Petites Typologies
Les autres papiers parlant de , , ,

Les 10 dernières réactions à cet article sur le forum

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. S_kyeS_kye

    Le 14 juin 2012 à 21:45

    Le mec, soit il est né dans une pub Q10 (celle qui dit 10 choses à la fois, c’est bien ce qu’on fait toutes, non ? et avec laquelle je ne suis pas du tout d’accord parce que je sais même pas mâcher un chewing-gum et écrire en même temps), soit il est complètement surhumain. c'est à dire qu'en même temps c'est un lion :cretin: (remarque on peut dire un surlion :yawn:)
  2. FabFab

    Le 14 juin 2012 à 22:19

    Posted by Jigger
    Ça m'etonnait beaucoup venant de vous, mais comme l'année dernière on avait aussi énormément entendu parler des Papas je m'inquiétais !

    Merci pour l'explication, je comprends mieux maintenant :)


    C'est moi qui les ai saoulées avec la fête des pères et BIZARREMENT j'ai zappé les mères (et pis le côté mère/fille, c'est tellement vu et revu partout, alors que les darons, tout le monde les zappe - j'en sais quelque chose)
  3. mezaninemezanine

    Le 14 juin 2012 à 22:58

    Posted by Jigger
    Je trouve ça un peu sexiste quand même.


    Ou complètement Oedipien hihihihi :]!

    Bref! Mon Papa préféré (après Muphassa :worthy: qui d'ailleurs a dû bien me conforter dans mon oedipe vu que je l'ai vu à l'âge de 6 ans ET BIM! Merci le Roi Lion à cause de toi j'trouverai jamais un homme aussi "parfait" que mon père :D… ]…

    Re bref…! Donc mon papa préféré du cinéma c'est celui de Big Fish. Même si mon mien il raconte pas des histoires aussi farfelues y a toujours une sorte de mystère qui flotte autour de lui. Et il a le même embompoint! [Ce qui est vachement pratique pour faire un petit somme sur le ventre de papounet <3]

    Voilà voilà…
  4. Rocky RaccoonRocky Raccoon

    Le 14 juin 2012 à 23:13

    Posted by mezanine
    Re bref…! Donc mon papa préféré du cinéma c'est celui de Big Fish. Même si mon mien il raconte pas des histoires aussi farfelues y a toujours une sorte de mystère qui flotte autour de lui. Et il a le même embompoint! [Ce qui est vachement pratique pour faire un petit somme sur le ventre de papounet <3]

    Voilà voilà…

    Oh oui évidemment:coeurquibat:


    Mon papa préféré à moi c'est Atticus Finch, dans "To kill a mockingbird" (bon j'ai pas encore pu voir le film mais vu que le livre a été adapté et que c'est le même perso ça compte non? :shifty:)
  5. MerrighanMerrighan

    Le 15 juin 2012 à 01:48

    Je tenais à dire que je suis dans la merde :cretin:.

    L'anniversaire de mon père, c'est aujourd'hui (je viens de capter qu'on est vendredi) et l'article m'apprend que la fête des pères, c'est ce dimanche. Je n'ai encore rien acheté mais je sais au moins ce que je vais faire de ma journée : lui trouver des cadeaux pour ces deux fêtes puisque non, je ne fais pas de cadeau commun.
  6. zendazenda

    Le 15 juin 2012 à 08:18

    Y a aussi Guido (Roberto Benigni) et son fils Giosue dans "La vie est belle"
    Ce film là m'a particulièrement marqué…
  7. LydiLydi

    Le 15 juin 2012 à 11:58

    Je m'étais déjà posée la question sur la place des pères dans les Walt Disney VS la place des manmans !! Je vous fais partager :
    - Ariel : père omnipotent, dieu des mers, de surcroit Triton. et la maman sirène où qu'elle est ? On ne sait pas, on n'en parle même pas !
    - Blanche Neige : son papa adoré se remarie avec une méchante belle mère. le papa meurt et le rôle maternel revient à une méchante vilaine pas belle.
    - Cendrillon : même topo.
    - Pinocchio : il n'y a que la fée en personnage féminin.
    - La princesse et la grenouille : même si l'héroïne est dans une mouvance d'évolution, elle est raide dingue de son papa… et c'est tout. Même si sa mère est vieille et qu'elle viendra dans son resto. Oups, spoiler.
    - Pocahontas : et son papa ours.
    - Bambi : elle ne lui apprend pas grand chose, les principales choses sont ses copains qui lui apprennent où le papa cerf quand elle va mourir subitement alors qu'elle était sûr qu'il n'y avait pas de chasseurs dans la vallée. (reine des quiches, bonjour)
    - Les 101 dalmatiens : elle ne sert qu'à les pondre.
    - Merlin l'enchanteur : j'ai tout dit.
    - Mulan : c'est papa encore qui est intéressant.
    - La Belle et la bête : c'est le papa qu'est fou.
    - Aladdin : aussi !
    - Hercule : n'en parlons pas.
    - Nemo : même s'il est récent, il n'y a que Marin qu'on voit.

    Il n'y a que Dumbo et Tarzan où les mamans se battent pour leurs enfants et qu'elles sont toutes douces pour la première et trop compréhensive pour la deuxième.
    Dans Peter Pan aussi la maman a une image centrale mais ça a été écrit par James Barrie.

    Après, c'est aussi parce que les héroïnes sont des filles, alors ce serait un peu redondant que la maman soit un rôle plus intéressant que câlin/bisou. MAIS il y a aussi des héros garçons + des papas.

    Donc voilou !
  8. RhapsodyRhapsody

    Le 15 juin 2012 à 13:06

    Posted by Jigger
    Et ça me semble un peu gros de dire que tout le monde oublie les pères, je ne vis pas en France mais quand j'y étais encore je voyais autant de tintouin autour de la fête des mères que de la fête des pères.

    Je trouve quand même que très souvent, la fête des pères passe relativement à la trappe, surtout par rapport à la fête des mères. Par exemple, quand j'étais en maternelle ou primaire, chaque année on nous faisait faire des ateliers cadeaux pour la fête des mères, alors qu'on en faisait rarement pour la fête des pères. Et (exemples relativement bien sexistes : on), les médias et le monde commercial s'attardent beaucoup sur les mères : on nous abreuve de pubs pour parfums/cosmétique/machines à café/etc. pendant mai, alors qu'en juin, je trouve qu'il y a beaucoup moins de produits qui tentent d'exploiter le filon "fête des pères". Ce ne sont que des exemple isolés et peut-être pas toujours très percutants, mais juste pour dire que personnellement, j'ai toujours bien plus entendus parler de la fête des mères que de celles des pères.
    Mais, j'ai hâte d'être en mai prochain pour voir ce que vous réservez aux mamans :)
  9. Mamzelle.SleepyMamzelle.Sleepy

    Le 17 juin 2012 à 13:45

    Posted by Fab
    C'est moi qui les ai saoulées avec la fête des pères et BIZARREMENT j'ai zappé les mères (et pis le côté mère/fille, c'est tellement vu et revu partout, alors que les darons, tout le monde les zappe - j'en sais quelque chose)


    Et pourquoi pas un article sur la vision du papa justement ? Fais par toi.
  10. SookieSookie

    Le 03 octobre 2012 à 14:49

    Brian Mills, veut tu être mon deuxième papa ?
    J'adore ce personnage, vivement mardi prochain (cinéday) pour que je puisse le revoir sur grand écran :coeur:

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !