Les galères de Parcoursup en 22 tweets pour lutter contre la détresse

C'est l'heure de vérité sur Parcoursup, et ça ne se passe pas comme voulu pour tout le monde, malheureusement... Mais les déboires sur la plateforme semblent bien vous inspirer sur Twitter !

parcoursup-twitter-mdr

Lycéens, lycéennes, et étudiant·es en réorientation, les temps sont durs pour vous depuis mardi 22 mai 18h pétantes.

Je vous voir toutes et tous sur Parcoursup, scroller les réponses des établissements pour lesquels vous avez postulés.

Et si un peu plus de la moitié des candidats ont obtenu une réponse positive, près de 400 000 élèves se retrouvent en attente ou font face à des refus.

Et depuis mardi 22 mai, vous partagez vos expériences sur Twitter et mon dieu, vous faites preuve de tellement d’humour dans votre détresse (pardon.)

Il vaut mieux en rire qu’en pleurer comme on dit en attendant de meilleures nouvelles. Je vous promets, ça va bien se passer !

Louise Pétrouchka, la meilleure des CM, a fait une petite sélection pas piquée des hannetons que je te laisse découvrir !

Y a ceux pour qui ça va

Et ceux pour qui ça va pas

Y a la solution en dernier recours

L’ascenseur émotionnel de merde sur Parcoursup

La liste d’attente génératrice d’espoir

La lettre de motivation foireuse sur Parcoursup

Mais quelles sont les coulisses de Parcoursup ?

Pas de stress, c’est la ministre de l’Enseignement supérieur qui le dit

Perspectives d’un nouvel avenir

Et puis faut gérer la réaction des parents

Allez, y a plus important dans la vie que Parcoursup

Bon maintenant qu’on a bien ri, laissez-moi vous rassurer !

Tout n’est pas perdu, il vous reste jusqu’au 25 juin pour avoir une réponse positive pour celles et ceux qui sont sur liste d’attente.

Alors haut les cœurs et patience mes petits bouchons. ❤️

À lire aussi : La réorientation scolaire, tu y penses ? Elles l’ont fait, voici leur histoire !

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires
  • Ann-ly
    Ann-ly, Le 26 mai 2018 à 19h13

    J'ai lu tout le débat. Je suis en terminale, en attente sur tous mes voeux dont un où je suis particulièrement bien classée (9ème en ce jour, j'ai gagné 213 places depuis le 22 mai). C'est mon voeux n°2, un des deux qui m'intéressent le plus. Au total, j'ai mis six formations (deux licences, deux dut et deux bts). Depuis mars, j'ai énormément réfléchi à l'année prochaine, et c'est pour cela que seulement deux voeux m'intéressent beaucoup désormais car ils sont dans le domaine que je veux faire et permettent d'accéder à des métiers dans lesquels je me vois travailler.
    Je suis dans un établissement qui a eu 39% de réussite au bac en filière scientifique il y a quelques années, 85% l'année dernière. La raison? C'est un lycée-clinique, avec très peu d'élèves par classe. Cette année, en terminale S, on doit être même pas dix à passer notre bac, sans compter ceux qui passeront une partie de leurs matières cette année et une autre l'année prochaine. Pourtant, la meilleure élève de ma classe a 15 de moyenne générale, en ayant redoublé la première. Nous sommes deux à passer notre bac en étant de 2000, les autres ayant tous redoublé au moins une fois, certains en étant à leur quatrième terminale S. Autant vous dire que nous sommes particulièrement désavantagés comparé à d'autres lycées. Alors oui, je trouve la sélection de parcoursup mal faite, car en prenant mon cas, mes notes sont moyennes (12-13 de moyenne générale) mais mes appréciations sont excellentes, car nos profs et la directrice tiennent compte de nos particularités. Mais pour les universités ou les formations qui ne tiennent compte que de nos notes et du pourcentage de réussite au bac de mon établissement, nous sommes automatiquement mal classés. Personnellement, j'ai de la chance de postuler dans l'université de l'agglomération de ma clinique, qui travaille en lien avec avec le SAH (le Service Accueil Handicaps) et mon établissement de soins, ce qui fait que je ne suis pas mal classée dans les listes d'attente. Mais pour mes camarades qui postulent dans leur académie de domicile et non de la clinique, c'est beaucoup plus compliqué, et même pour moi, car je suis obligée de rester dans l'agglomération de ma clinique pour des raisons de soins, or, si je ne suis pas prise là où j'ai postulé, je risque soit de partir dans une filière qui ne m'intéresse pas, soit de devoir changer de ville, ce qui est impossible pour ce dernier point.
    Également, par rapport à l'attente des résultats, déjà pour des lycéens "normaux" c'est compliqué à vivre, mais pour nous, qui avons des troubles psy et une gestion du stress difficile, comment fait-on? On se bourre de médocs en essayant de se calmer? La peur de ne pas être pris là où on le veut, se retrouver parfois loin dans les listes d'attente à cause de nos problèmes qui ont des conséquences sur notre concentration, sur notre fatigue? Certes, nous avons la chance d'être bien accompagnés par nos professeurs. Notre prof principal fait depuis le début de la semaine un point sur notre situation sur ParcourSup à chaque cours, il nous a aidé à écrire et corriger nos lettres de motivations, nos CV, mais combien de professeurs prennent le temps de faire ça en France?
    Le système d'APB n'était certes pas parfait, mais ParcourSup est-il mieux? Ne pas pouvoir classer ses voeux, devoir attendre que d'autres personnes se décident à enfin accepter ou renoncer à leurs voeux alors qu'ils sont pris ailleurs, avoir le stress tout les matins de savoir si on a bougé dans la liste d'attente et de combien de places, espérer que des personnes renoncent à leurs voeux pour qu'enfin avoir une place dans une formation qui nous intéresse énormément, et donc avoir de moins en moins de motivation pour réviser le bac au fil des jours, est-ce vraiment mieux?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!