Par  |  | 11 Commentaires

Laura Calu a lancé #objectifbikinifermetagueule, un hashtag body positive devenu viral. L'humoriste et comédienne explique en interview vidéo sa lutte contre les diktats de beauté qui reviennent chaque été.

Tu la ressens peut-être depuis que les beaux jours sont de retour : cette urgence et cette crainte du maillot de bain…

Oui, l’été approche et bientôt, peut-être, tu vas te montrer en bikini.

C’est la grande cacophonie : les magazines féminins et beaucoup trop de publicités, à la télévision ou dans les transports, semblent unir leurs voix pour hurler « AS-TU PRÉPARÉ TON CORPS POUR LA PLAGE ET LE BIKINI ?! ».

Eh bien Laura Calu en a eu assez.

Humoriste sur scène et sur les réseaux sociaux depuis trois ans, elle a initié #ObjectifBikiniFermeTaGueule pour parer aux hashtag #SummerBody et autres #BeachBodyReady

À lire aussi : À quoi ressemble le mouvement #BodyPositive en 2017, des États-Unis à la France ?

#ObjectifBikiniFermeTaGueule, pour contrer les injonctions

Elle a partagé une vidéo sur Facebook d’abord, dans laquelle elle explique qu’il y en a marre de cette injonction à avoir un corps parfait qu’on impose aux femmes.

Elle encourage aussi les femmes, les hommes, tout le monde d’ailleurs à s’accepter davantage, à se montrer tel qu’on est.

Alors, il est comment ton corps pour cet été ? 👙💪🏻#objectifbikinifermetagueule

Publiée par Laura Calu sur vendredi 4 mai 2018

Ce hashtag #objectifbikinifermetagueule est devenu l’étendard pour toutes les femmes qui en ont assez de la pression qu’elles subissent quand les beaux jours reviennent.

Et voir toutes ces photos de corps normaux de femmes de tous les âges, de toutes les couleurs, de tous les milieux, et surtout toutes magnifiques à leur façon, c’est une vraie bouffée d’air frais !

Et ce ne sont pas que des personnes anonymes qui ont partagé leurs photos : des personnalités publiques comme Juliette de Coucou Les Girls par exemple s’est également prêtée au jeu.

Laura Calu a également partagé un cliché de son corps sur Instagram.

Je n’aurais jamais osé poster une photo de mon corps tel qu’il est. Tu peux te dire ce que tu veux. Que je suis moche, que j’ai du ventre ou que je n’ai pas de complexes à avoir. Je suis le genre de nana qui n’ose pas aller à la plage, qui n’ose pas se balader en maillot. Qui souffre de son corps depuis l’enfance. J’ai trop mangé les images et stéréotypes de corps parfaits véhiculées par les médias et encore aujourd’hui, quoi que je fasse je ne me sens jamais assez parfaite. Trop grande, trop masculine. Alors j’en ris. J’en fais des sketch sur scène, en vidéo. En aidant les autres à se sentir mieux je fais de l’auto-thérapie. Ça va de mieux en mieux. Je commence à comprendre ce qu’est réellement la beauté. J’ai été très mince, j’ai été plus pulpeuse et je n’ai jamais pour autant été mieux. C’est dans la tête tout ça et je n’ai plus envie de m’empêcher de vivre pour un corps. Finalement j’ai envie de le remercier ce corps. C’est vrai, il est là, il est en bonne santé, il me permet d’avancer, il fonctionne parfaitement (sauf quand je bois trop d’alcool, là il titube un peu!) il me permet de bosser, de monter sur scène, de danser, de découvrir le monde, de serrer mon amoureux contre moi. De vivre. Je crois que le plus important c’est d’être heureux et de s’accepter tel que nous sommes. Merci à toutes et tous de jouer le jeu, ce serait cool que tout le monde se sente un peu mieux. Je ne pouvais pas vous pousser à continuer de poster vos photos sans en poster moi même. Du coup, continuons ! Je compte sur vous 👙❤️#objectifbikinifermetagueule

A post shared by Laura Calu Officiel (@laura_calu) on

Dans notre interview, Laura Calu revient un peu sur la semaine folle qu’elle a vécue depuis l’explosion virale de son hashtag, elle exprime aussi son ras-le-bol des injonctions qui touchent beaucoup les femmes et leur apparence physique, et elle raconte comment elle apprend à aimer son corps tous les jours.

Pour suivre Laura Calu, rendez-vous sur Facebook, Instagram et sur YouTube ! Et si tu veux participer à ce mouvement anti-complexe, n’hésite pas à partager toi aussi une photo de toi, avec le hashtag #objectifbikinifermetagueule ! 

À lire aussi : « Are you beach body ready », l’affiche sexiste, jugée « non offensante »

8 surprises autour de l'apéro
choisies par Mymy & Charlie et valant + de 50€
18.90€ + livraison

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires
  • Kaus Australis
    Kaus Australis, Le 17 mai 2018 à 0h11

    @Zuko je comprends ton point de vue sans le partager.
    Il y a un non sens absolu, pour moi, entre le fait de lancer un mouvement bodypositive et avoir une attitude de pure mise en valeur de son propre corps sur la photo dédiée au lancement de ce mouvement.
    Oui peut-être qu'elle complexe, il y a beaucoup de femmes qui complexent, moi aussi parfois. Parce que je suis «bien» foutue, qu'il faut vraiment y aller pour trouver une photo où je ne me plais pas. Et justement j'ai conscience que malgré l'idée que je puisse complexer, je ne suis pas légitime pour prôner la fin des complexes pour toutes en postant une photo de moi à mon avantage. J'ai conscience que je ne suis pas vraiment en dehors de la norme, alors si en plus je me cambre, que je fais ressortir mes seins ou mon cul, et que J'ose apposer à ce cliché l'idée d'arrêter les complexes, j'aurais l'impression de cracher dans la soupe, de me mettre en valeur soi disant pour militer alors que je fais tout pour être bonne dans l'optique de militer dans l'acceptation du corps humain sous toutes ses déclinaisons.

    Alors oui je trouve ça très cynique, je me vois pas le faire, et je ne vois pas pourquoi elle le fait. Elle fait tout pour coller à cette image de belle femme, et prétend pouvoir donner des leçons d'acceptation de soi. C'est extrêmement contradictoire et je ne vois pas pourquoi ce qu'elle fait est bon.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!