Comment une musique de film entre dans la pop culture ?

Publié initialement le 9 décembre 2010 La bande originale d’un film représente 47% de son succès (pourcentage aussi subjectif qu’un top 5 des meilleures chansons de Mariah Carey). Elle va voyager au fil du temps, devenir culte indépendamment du long-métrage qu’elle habite, s’écouter avec ferveur, et évoquer des souvenirs. Qu’est-ce qui fait qu’une musique de […]

Comment une musique de film entre dans la pop culture ?

Publié initialement le 9 décembre 2010

La bande originale d’un film représente 47% de son succès (pourcentage aussi subjectif qu’un top 5 des meilleures chansons de Mariah Carey). Elle va voyager au fil du temps, devenir culte indépendamment du long-métrage qu’elle habite, s’écouter avec ferveur, et évoquer des souvenirs. Qu’est-ce qui fait qu’une musique de film s’ancre dans la culture populaire ? Retour sur ces musiques de films qui ont marqué nos esprits.

LA BANDE ORIGINALE QUI RESTAURE DES TITRES MÉCONNUS / OUBLIES

Ce type de bande originale fait partie des plus populaires. Le maître en la matière n’est autre que Quentin Tarantino, à qui l’on doit les plus chouettes B.O. . Pulp Fiction, Reservoir Dogs, Jackie Brown, Kill Bill 1 ou encore Boulevard de la Mort ont le mérite de ressusciter des morceaux obscurs ou ignorés. Qui avait entendu parler du groupe pop japonais The 5.6.7.8.’s, de Dave Dee, Dozy, Beaky, Mick & Tich, de Stealers Wheel avant ? N’avons-nous pas réécouté en boucle Coconut d’Harry Nilsson, Chick Habit de April March et Bang Bang de Nancy Sinatra grâce au réalisateur ? Il semble même avoir donné une partie de son talent à son ex Sofia Coppola – qui avait déjà eu l’oreille en confiant la musique de Virgin Suicides au groupe Air – et qui est à l’origine de l’excellente B.O. de Marie-Antoinette.

– And who's your fella here ? – VINCENT VEGA !

Dans le même style, la bande originale de Billy Elliot : grandement composée de chansons de T-Rex, formidable groupe britannique de glam-rock qui avait eu sa part de succès dans les années 60-70 mais qui était ignoré par la nouvelle génération. Garden State a fait connaître The Shins au grand public. Baz Luhrmann et son Romeo+Juliet (1996) a sûrement permis à Everclear, The Cardigans et The Wannadies de se faire connaître internationalement ou tout du moins d’asseoir leur popularité. La liste est longue.

Chargement du lecteur...

Mais pour que ces mixtapes entrent dans la légende, il ne suffit pas de compiler de bons morceaux. La frontière entre « choix parfait » et « prétexte pour étaler sa culture musicale » est mince. C’est toute la difficulté du job. On a notamment reproché à la bande originale de Juno de n’être qu’un amas de musiques indé assemblé pour plaire aux hipsters et autres spectateurs bobos. Plus récemment, la bande originale des Petits Mouchoirs signée Guillaume Canet s’est vue critiquée pour une raison similaire : oui, Eels, Janis Joplin et Damien Rice sont des artistes doués, mais encore faut-il que leurs chansons soient utilisées à bon escient.

Hors compétition : la bande originale du film Dirty Dancing, qui ne prend pas une ride, et qui nous a fait aimer la musique pop des années 60.

LA BANDE ORIGINALE DES COMÉDIES MUSICALES

Une catégorie à part. Que celle qui ne s’est jamais dandinée sur la musique de Grease soit condamnée à écouté du mauvais post-rock toute sa vie ! Singin’ In The Rain, Le Magicien d’Oz, Mary Poppins, La Mélodie du Bonheur, Hairspray, Moulin Rouge, L’Étrange Noël de Monsieur Jack, Across The Universe, sans compter le brillant The Rocky Horror Show que je me repasse à fond les ballons depuis le début de cet article. A-t-on déjà vu une mauvaise bande originale de comédie musicale ? Ah oui : Sweeney Todd.

LA BANDE ORIGINALE COMME PARTIE INTÉGRANTE DU FILM

Ce dont j’aimerais parler, dans cette sous-section au titre pourri, ce sont des musiques instrumentales, i.e. sans paroles. Une bonne musique de film, c’est avant tout un créateur de génie qui a mis son talent au service du septième art.

Comment ne pas citer les grands compositeurs Ennio Morricone (sans qui les films de Sergio Leone ne seraient pas ce qu’ils sont aujourd’hui), John Williams (Star Wars, Indiana Jones…), Danny Elfman (grand chouchou de Tim Burton), Nino Rotta (Le Parrain), Ry Cooder (Paris, Texas), Eric Serra (ami de Luc Besson), Jerry Goldsmith (Star Trek, Alien…), Hans Zimmer (La Ligne Rouge, Inception…), Graeme Revell (The Crow, Sin City…), Howard Shore (Le Seigneur des Anneaux, Seven…), Vangelis (Blade Runner, les Chariots de Feu…) et j’ajouterai un de mes préférés : David Arnold, pour le thème d’Independance Day (QUOI ! KESKYA ?!) ?

Chargement du lecteur...

La vie ne serait pas la même sans eux.

A noter que parfois, des artistes connus pour leur travail personnel sont engagés pour créer une B.O. intégrale (ou presque). C’est le cas d’Eddie Vedder, de Pearl Jam, qui a composé la musique d’Into The Wild, d’Alexi Murdoch pour Away We Go de Sam Mendes, de James Murphy de LCD Soundsystem pour Greenberg (avec Ben Stiller) et dernièrement de Trent Reznor (cerveau de Nine Inch Nails) pour The Social Network.

LA BANDE ORIGINALE QUI A UN SINGLE INÉDIT

Tout a commencé avec les Bee Gees, en pleine ère disco, alors que les producteurs de La Fièvre du Samedi Soir se demandaient comment faire du long-métrage un triomphe. Une idée tout bête : et si on prenait une superstar pour écrire une chanson inédite, simplement pour le film ? Peut-on imaginer une seconde John Travolta sans avoir la mélodie de Stayin’ Alive qui résonne à l’arrière de notre crâne ? Les Bee Gees auraient-ils survécu aux années 70 sans ce tube ?

Dans le top 10 des meilleures ventes de bande originales on retrouve bien sûr celle de Titanic avec Céline Dion qui, dans le clip de My Heart Will Go On, laisse la brise s’engouffrer dans ses cheveux. Parfois le single inédit peut être une reprise inédite : le cas le plus célèbre étant la B.O. de The Bodyguard où Whitney Houston reprend I Will Always Love You, de Dolly Parton, ou encore Mad World de Tears For Fears, retravaillée par Michael Andrews & Gary Jules pour Donnie Darko.

Chargement du lecteur...

En revanche, Avril Lavigne qui chante Alice, ça n’a pas boosté les ventes de la B.O. d’Alice au Pays des Merveilles. Bizarre bizarre.

Les futures bandes originales qui vont cartonner : celle de Tron, par les Daft Punk, la prochaine de Michael Giacchino (à qui on doit déjà la musique de LOST, Ratatouille, et Là-Haut), & celle de Black Swan, signée Clint Mansell (inventeur de la géniale B.O. de Requiem For A Dream, Pi, Moon…).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 26 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mo*
    Mo*, Le 18 août 2011 à 13h06

    Franchement les BO ça me fait le même effet que la madeleine de Proust, j'écoute la musique et là PAF gros souvenir d'enfance. Malheureusement ça me fait cet effet pas seulement sur des bonnes BO ^^ genre ma sonnerie de portable c'est celle de l'histoire sans fin (le 1 on s'entend bien, le livre est absolument génial au passage).

    Niveau compilation qui déboîte on peut aussi citer Velvet Goldmine pour les amoureux du Glam Rock et Presque Célèbre pour ceux qui aiment les road trips.

    Pour ce qui est de la BO des dafts punk pour Tron, heureusement qu'elle est là pour sauver les meubles.

    En tout cas, c'est vrai qu'on a pas finit de s'émerveiller à l'écoute de tout les compositeurs cités dans l'article et les commentaires.

    Juste un dernier clin d'oeil au film Amadeus qui a quand même une bande son de fou furieux^^merci mozart

    Un petit extrait de Velvet Goldmine pour les oreilles curieuses :
    Velvet Goldmine (Ballad of Maxwell Demon - Shudder To Think) - YouTube

Lire l'intégralité des 26 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)