Ma meilleure amie et moi, une relation à double tranchant – Appel à témoins

A l'occasion du nouveau film de Mélanie Laurent, Respire, on souhaiterait avoir vos témoignages sur votre relation avec votre meilleure amie, une relation souvent à double tranchant.

Ma meilleure amie et moi, une relation à double tranchant – Appel à témoins

– Photo par Alice Dardun, qui a été photographe de plateau sur le tournage du film Respire. Retrouvez-la sur Facebook, ou sur son site professionnel !

Cet article a été écrit dans le cadre d’un partenariat avec Respire (chez Gaumont).
Conformément à notre Manifeste, on y raconte ce qu’on veut.

Respire, c’est l’histoire d’une amitié fusionnelle qui vire au harcèlement. En en discutant entre collègues, on s’est rendu compte qu’on avait toutes été confrontées à ce genre de personnalité manipulatrice, ou ce genre de relation.

C’est un thème qui a d’ailleurs déjà été montré au cinéma, à des degrés différents. Cela va de Mean Girls (Lolita malgré moi), une comédie, à Thirteen, où l’amitié toxique entre Tracy et Evie prend des proportions dramatiques.

appeltemoins1

Les amitiés fusionnelles sont souvent synonymes de dépendance, et d’influence. Cela peut donc devenir toxique.

On aimerait avoir vos avis et vos expériences ; venez nous parler de vos amitiés fusionnelles et de leurs dérives !

  • Avez-vous déjà eu des amitiés fortes qui ont tourné à la manipulation, au harcèlement ? Comment cette amitié fusionnelle s’est-elle installée ? Et comment cette manipulation s’exerçait-elle ?
  • Percevez-vous ce risque dans votre relation avec votre meilleure amie ?
  • Comment gérez-vous son influence sur vous, et la vôtre sur elle ?
  • Comment avez-vous échappé à l’éventuel harcèlement d’une amie ?

Envoyez vos témoignages avec comme objet « amitié » à melissa[a]madmoizelle.com. N’hésitez pas à préciser si vous voulez être anonyme, et, sinon, votre pseudo ou votre prénom !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 13 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mlle Eyre
    Mlle Eyre, Le 23 octobre 2014 à 23h40

    Je viens apporter ma petite pierre a l'édifice.
    Moi aussi j'ai eu une meilleure amie mais c'était beaucoup plus tôt, à l'école en fait. On était un groupe de quatre, mais je ne sais pas pourquoi une des filles se sentait plus proche de moi, je n'avais pas l'impression de mon côté qu'on avait cette relation de "meilleur amie" parce que je trouvais qu'elle ne me prenait pas en compte.

    Et cette description résume assez bien la définition de notre relation. On était a la fois proche mais en même temps très distante. Elle m'a invité chez elle, dans sa famille, on faisait des sorties ensembles (c'était beaucoup pour des gosses de moins de 10 ans wooouh !). Mais en même temps je n'avais pas l'impression d'être si importante à ses yeux. J'étais quelqu'un de très timide, peut être très renfermée, je l'avoue, ce qui ne devait pas faciliter les choses aux autres enfants. Mais elle me forçait à faire des choses qui ne me plaisait pas, à lui dire des secrets que je voulais garder pour moi. J'avais l'impression qu'elle voulait forcer notre relation. De plus en plus, sans me rendre compte, déjà que j'étais pas très bavarde, je cachais mes vraies gouts pour lui plaire. Au final elle me critiquait beaucoup sous couvert de conseilles. Une des filles de notre groupe de 4, est un peu partie de son côté parce qu'elle ne pouvait plus vraiment supporter ma "meilleure amie". Un jour elle m'a dit qu'il fallait que je me réveille, que cette fille se servait de moi. Je ne l'ai pas cru mais une part de moi le savait.

    C'était vraiment ça notre relation. Un jour j'étais trop heureuse parce qu'on c'était trop amusé ensemble, je l'adorait et le lendemain elle me faisait pleurer parce qu'elle m'avait humiliée. Elle jouait sur notre amitié, je me souviens que pour me faire faire des gages, elle me disait "si tu le fais pas tu vas rester seule, on va te laisser dans la cours sans personne". Résultat je me suis retrouvée à aller dire quelque chose d'un peu irrévérencieux à une des aides maternelles. Cette dernière m'a rattrapé et m'a grondé. Je n'ai pas osé lui dire pourquoi j'avais fait ça. Premier électrochoc, je me retrouvais à faire n'importe quoi, mais comme derrière elle me donnait de l'amitié je suis restée amie avec elle.

    Le deuxième électrochoc est la fois où pour un anniversaire d'une fille, je suis venue en mini jupe en jean. A cette époque je ne mettais jamais de jupe, de truc de filles et tout le monde m'en faisait la reflexion. C'était l’anniversaire de l'année, toute la classe était là, donc avec ma mère, on a cherché la plus jolie tenue qui me plaisait. J'y suis allé avec le sourire me disant que pour une fois je serais la fille la plus moderne de l'anniv. Cette fille, ma "meilleure amie" m'a pris a part dans la cuisine et m'a démonté en règle, me disant que j'étais affreuse, me demandant comment j'osais mettre ça. Cette jupe je ne l'ai plus jamais remise. Confiance en moi -3000. Mais comme je dis, derrière elle me donnait des signes d'amitié, je restais.

    En 6ème et 5ème on était dans la même classe, encore ensemble et là enfin j'ai pu me "libérer". Je suis lache, je me sentais moins seule donc j'avais plus de courage. Mais ce qui m'a fait sortir de mes gonds c'est qu'elle m'avait piqué un dessin. J'explique, ça parait con dit comme ça, mais le dessin c'était mon truc, le seul truc qui faisait ma personnalité. Je dessinais une fleur particulière. Et une fois j'ai vu que ma meilleure amie refaisait cette fleur bien devant les autres. Depuis l'école, elle s'inspirait de mes dessins, mais me demandais toujours et ça ne me dérangeait pas. Mais là elle ne m'avait pas demandé. Je me suis sentie vidée de moi même et j'ai osé lui remettre les points sur les I, lui signifiant qu'on ne pouvait plus être amie comme avant. On a continué à se parler après ça, mais qu'un peu. Après on s'est perdu de vue.Je la croise de temps en temps car on habite la même ville et on papote vite fait mais sans animosité.

    Bizarrement je me demande si ces événements sont vraiment arrivés, parce que raconter comme ça, ça parait fou au final. Avec le recul je réalise que c'était super méchant et qu'elle me manipulait, mais ça me parait fou d'avoir vécu ça. Surtout que je pense qu'elle n'a pas eu l'impression de me faire subir ça, donc ça me déstabilise. Aujourd'hui cette fille a l'air mieux, je vois sur facebook qu'elle a de très bons amis et je me dis que, heureusement, elle a grandie.

    Désolé pour la tartine d'écriture, il fallait que ça sorte (mais j'ai aéré le texte pour me faire pardonner)!

Lire l'intégralité des 13 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)