« Le Petit Poucet » de Perrault raconté par Marion

Cette semaine, Marion a décidé de te raconter une belle histoire de famille soudée et heureuse, avec des parents aimants, et une fratrie dégourdie.

Je t’ai bien eu•e !

Tu me connais pourtant, les contes que je te raconte ne sont jamais heureux. Ils ne parlent jamais de joie sans pareil, ou d’enfants épanouis qui s’amusent. Parce qu’à la base un conte ça doit offrir une leçon, et qu’apparemment les leçons sont toutes faites pour montrer à quel point la vie est dure.

C’est le cas, la vie c’est pas fastoche, mais il y a tout un tas de choses qui la rendent quand même plus chouette comme le sexe, les piscines à boules, et le caramel au beurre salé. Mais à leurs époques, Perrault, les Grimm et Andersen ne connaissaient que la syphilis, les flaques de boue et le bouillon. Donc faut pas s’étonner.

Si donc tu venais ici chercher du réconfort, c’est pas dans le conte du Petit Poucet de Perrault que tu vas en trouver. Mais voici une phrase pour te réconforter : dans la vraie vie, c’est jamais les méchants qui gagnent à la fin.

Bisous.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Tsaddi
    Tsaddi, Le 15 mars 2016 à 11h21

    J'avais lu un livre génial lorsque j'étais plus jeune, très inspiré de ce conte : L'enfant Océan de Jean-Claude Mourlevat. Et la morale rejoint plutôt la tienne pour le coup. J'ai bien ri sinon :)

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)