Les yeux dans les arbres, de Barbara Kingsolver

C’est par le très agréable roman L’arbre aux haricots que j’ai découvert Barbara Kingsolver, l’été dernier. Il m’avait suffi de quelques pages pour tomber amoureuse de Taylor et de Turtle, la mère et la fille, ainsi que du style de l’auteur.  Sous couvert de personnages attachants elle ne manquait pas d’attirer l’attention du lecteur sur […]

Les yeux dans les arbres, de Barbara Kingsolver

C’est par le très agréable roman L’arbre aux haricots que j’ai découvert Barbara Kingsolver, l’été dernier. Il m’avait suffi de quelques pages pour tomber amoureuse de Taylor et de Turtle, la mère et la fille, ainsi que du style de l’auteur.  Sous couvert de personnages attachants elle ne manquait pas d’attirer l’attention du lecteur sur des sujets forts tels que la quête de soi, le fait de devenir mère, l’immigration, …

Sa plume possède ce petit quelque chose de naïf  sans être jamais niais qui  permet d’aborder les situations délicates tout en évitant le ton plaintif dont certains auteurs semblent si friands.

C’est à la rencontre de son troisième roman, publié en 1999, que j’aimerais vous emmener aujourd’hui.

Celui-ci, dont le titre original m’avait interpellée, intéressée et fascinée –The Poisonwood bible–  nous plonge en 1959, à l’aube de l’indépendance de ce qui est alors le Congo Belge.

Nathan Price, pasteur baptiste américain  fanatique, entraîne sa famille dans les confins de Kinanga. Se sentant investi d’une mission divine impérieuse, il rêve d’évangéliser tous ceux qui croiseront sa route, de gré ou de force. Inflexible, rigide jusqu’à l’idiotie, il est celui par qui naît le chaos.

Tour à tour sa femme et ses filles prendront la parole  pour exprimer chacune à leur manière une vision de cette incursion au cœur d’un lieu fascinant, qui s’éveille.

Mise en lumière par leurs diverses sensibilités, la parole du père toute puissante, effrayante, en trame de fond ne sera pourtant jamais directement offerte au lecteur. Comme  pour restaurer l’équilibre ?

Orleanna –la maman-, Rachel –la grande, la futile-, Leah & Adah –les jumelles, l’une soleil, l’autre nuit, si douées- et Ruth May- l’innocence, l’enfance-, nous guideront  pas à pas dans cette étrange aventure. Chacune des filles, par son caractère, nous emmènera un peu plus loin dans l’existence chancelante qu’est devenue la leur.

Au fil de l’histoire, impuissants, nous assisterons à la dégringolade d’une famille, au sein d’un monde dépeint comme sauvage, étriqué, rêvant de liberté. Happés par les mots de ces femmes qui partent à la dérive, on s’émouvra d’un destin saccagé par la folie d’un homme.

L’auteur, par ces multiples voix, dénonce au fil des pages l’extrémisme religieux et crache sur l’impérialisme économique. Ce subtil mélange entre écriture engagée et fiction romancée est, à mes yeux, l’une des principales forces de ce très beau roman, dont je ne peux que vous conseiller la lecture.

> Référence : Les yeux dans les arbres, de Barbara Kingsolver

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Eloïse V.
    Eloïse V., Le 3 août 2011 à 20h20

    Carlinda;2435263
    Ça me donne vraiment envie !!!! Après les 40 bouquins qui m'attendent et mes exas je crois que je vais me lancer dans ce roman :Pom:
    Et continuez avec les critiques littéraires et autres infos culturelles c'est vraiment super :joy:
    Je suis ravie que ça te donne envie ! Je pense sincèrement que tu ne le regretteras pas. En plus, tu sembles fort occupée et une lecture "coupée" est tout à fait possible avec ce type de romans, puisque les personnages parlent l'un après l'autre, dans des chapitres consacrés, qui ne dépassent pas les vingt pages en moyenne. Donc, tu ne perds pas le fil ;)

    Lethal Submission;2436423
    J'en veux encore :domokun: (des critiques, parce que je ne sais jamais où aller chercher de nouveaux titres, et tes articles me donnent envie).

    Merci beaucoup :fleur:

    Si ça ne tenait qu'à moi, je lirais trois livres par jour et je ferais des papiers de chaque coup de c?ur, alors ne me tente pas trop :yawn:

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)