Lady Gaga sort « Til It Happens To You », un clip choc contre le viol dans les universités

Fini les paillettes, Lady Gaga dénonce les viols d'étudiantes sur les campus américains, dans Til It Happens To You, un clip en noir et blanc, terriblement triste.

Lady Gaga sort « Til It Happens To You », un clip choc contre le viol dans les universités

Point de tenues alambiquées, de scènes osées, ni de couleurs pop : cette fois, Lady Gaga a décidé d’aborder un sujet important. Dans Til It Happens To You, son nouveau titre, elle parle du viol dans les universités. Un thème qui fait écho à sa propre histoire : en 2014, elle avait expliqué à la télévision qu’elle-même avait été violée, alors qu’elle avait 19 ans.

Musicalement, la chanson est dépouillée de tous artifices électroniques, pour laisser place à des cordes et des paroles frappantes. Le refrain, en particulier, exprime toute la souffrance des victimes de viol qui n’arrivent pas à faire comprendre ce qu’elles ont vécu :

« Til it happens to you, you don’t know, how I feel » (« Jusqu’à ce que ça vous arrive, vous ne savez pas ce que je ressens »)

Le titre est porté par un clip en noir et blanc, très simple et percutant. Il est écrit et réalisé par Catherine Hardwicke, à qui l’on doit le premier volet de Twilight ou encore le teen-movie Thirteen.

Trigger Warning : Comme indiqué en anglais au début de la vidéo, le clip contient des images très violentes et difficiles à regarder. Sois bien sûr•e d’en avoir pris note.

On y voit une jeune femme qui avance dans un couloir d’université, et nous plonge dans trois histoire différentes mettant en scène des filles au physique et aux orientations sexuelles différentes. Une étudiante travaille dans sa chambre. Un de ses camarades vient l’embêter et finit par la plaquer contre un mur pour la violer. Une autre étudiante, au physique androgyne, se bande les seins. Elle est agressée par un camarade qui s’introduit dans sa chambre. Le troisième scénario, enfin, nous plonge dans une soirée sur le campus. Un garçon verse ce qui doit être du GHB dans les verres de deux filles. Plus tard, on le voit en train d’abuser d’elles, inconscientes, dans une chambre.

Les pensées des victimes sont matérialisées par des phrases au feutre sur leurs bras :

« Je ne suis bonne à rien »
« Parfois je me déteste »
« Croyez-moi »
« Écoute, tu m’entendras »

Le clip souligne à quel point il est important, pour les victimes de viol, d’être écoutées et soutenues par leurs proches lorsqu’elles racontent les atrocités qu’elles ont subies. Quand les interlocuteurs prennent soin des protagonistes du clip, le discours change :

« J’ai de la valeur »
« Je m’aime »

Un carton à la fin de la vidéo rappelle également les statistiques terrifiantes des violences sexuelles pendant les études supérieures aux États-Unis :

« Une femme sur cinq étudiant à l’université sera sexuellement agressée cette année, sauf si quelque chose change. »

Sont aussi mentionnés le numéro d’aide aux victimes aux États-Unis, et un lien vers la page Facebook du documentaire The Hunting Groundqui traite des agressions sexuelles sur les campus des universités américaines. Une partie des bénéfices des ventes de Til It Happens To You sera, elle, reversée à une association qui vient en aide aux victimes de viol, comme l’indique la légende sur YouTube.

La réalisatrice du clip espère de son côté marquer les esprits durablement pour faire changer les choses, selon le Huffington Post :

« J’espère que cette vidéo, avec ses portraits crus et fidèles à la réalité, enverra le message clair que nous devons soutenir ces courageux•ses survivant•e•s et mettre fin à ce fléau épidémique sur les campus d’université. »

À lire aussi : Le viol dans les campus ciblé par la Maison Blanche, qui relance « It’s on us »

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 88 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • HLena
    HLena, Le 2 octobre 2015 à 12h01

    @the Weasel Espeir pas de soucis les filles, encore une fois, internet limite un peu nos expressions parfois :)

Lire l'intégralité des 88 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)