J’ai testé pour vous… la salsa

Après vous avoir fait partager son amour pour le tango, Odelice revient pour vous parler de la salsa, cette danse pleine de sensualité venue de Cuba !

J’ai testé pour vous… la salsa

J’ai commencé la salsa il y a maintenant un an, quand j’ai décidé de prendre ma vie en main : j’ai fait un retour sur moi-même et je me suis demandé « Qu’est ce que tu as toujours rêvé de faire sans jamais l’avoir accompli ?« . La réponse est venue comme une évidence : danser ! Et quelle danse me ressemble le plus et me fait vibrer ? La salsa ! J’ai donc cherché des cours et j’ai pris mon courage à deux mains pour y aller, seule mais motivée. Aujourd’hui je peux vous dire que la salsa a changé ma vie, m’a emportée vers d’autres rivages.

La salsa cubaine est une danse en couple très dynamique qui a pris ses racines dans le « son » cubain : le couple se déplace en décrivant des cercles, il y a une très forte consonance « afro » et on évolue « dans le sol ». La danseuse effectue des tours et quarts de tour seule ou autour de son partenaire qui, lui, enchaîne des passes complexes. Elle peut aussi se danser en Rueda : plusieurs couples dansent en cercle, un meneur annonce des mots qui indiquent une passe que tous doivent faire, ou bien un changement de partenaire.

En premier lieu, il faut savoir que la salsa est un formidable vecteur social : j’y ai rencontré plein de gens sympas, de tous âges et de tous horizons, ayant comme point commun l’amour de cette danse… parce que quand on commence, on devient vite accro, croyez moi ! J’y ai même trouvé celui qui est devenu mon meilleur ami, qui est aujourd’hui essentiel à ma vie, et qui ne me quitte pas une seule journée.

Danser la salsa, ce n’est pas mettre un pied devant l’autre : c’est savoir se laisser emporter par les mélodies sucrées et suaves, savoir se déhancher et se laisser entraîner dans un univers riche en couleurs. Sensualité exacerbée et déhanchements endiablés sont de rigueur afin d’entrer dans le rythme !

Personnellement j’aime toutes les danses latines : merengue, mambo, chacha… mais la salsa a quelque chose de transcendant. Inutile de maîtriser les pas de base (qui, cela dit, sont très simples à assimiler) : laissez votre corps parler, c’est la plus belle façon de danser. De par toutes les émotions qu’elle dégage, la salsa est pour moi une danse qui nécessite un partenaire particulier (je ne pourrais pas la pratiquer avec un inconnu que je ne trouverais pas désirable). Plus que sensuelle, la salsa implique un comportement qui est une invitation à un voyage plutôt torride : il faut pouvoir se laisser aller face à son partenaire. Et moi je ne supporte pas de danser en étant forcée de retenir mes gestes, mon corps, les émotions que me procure cette musique. Vous me direz que presque toutes les danses sont sensuelles ; je vous l’accorde et c’est pour cela que je ne danse pas « à fond » avec des inconnus. La retenue est de rigueur chez moi et c’est bien dommage, car rien n’est plus beau qu’une âme qui se découvre et qui déshabille l’autre !

Cette discipline s’écoute et se danse aussi bien entre amis que seul-e, chez soi, pour évacuer le stress ou se donner le moral pour la journée à venir… Personnellement, le matin c’est salsa pour partir du bon pied, salsa le soir pour tenir toute la soirée, et radio latina sous la douche !

Entendons nous, je savais déjà me trémousser sur les pistes de danse, mais bon, c’etait davantage du feeling qu’autre chose. Mais je voulais vraiment connaître cette danse latino envoûtante, et cela dans les règles de l’art. Les cours se déroulent en deux parties : la première est un échauffement qui permet d’acquérir les pas de base de façon individuelle et d’apprendre à bouger le bassin, les hanches et les épaules. La seconde partie se pratique en couple et permet d’enchaîner les mouvements appris auparavant en les transformant en passes plus ou moins compliquées. En général, c’est une des rares danses de couple où les gens viennent seuls et dansent donc avec différents partenaires à chaque fois. Les premiers mois sont souvent frustrants, surtout si vous rencontrez des gens qui dansent déjà depuis longtemps. En effet, les pas de base sont faciles à maîtriser, mais les refaire à deux est une autre histoire… Je pense qu’il faut danser le plus possible entre les cours, et avec divers partenaires si possible. On apprend ainsi plusieurs styles et on trouve le sien plus facilement.

Pour moi, la salsa est le meilleur moyen d’extérioriser la sensualité que chacun-e peut cacher en soi : c’est par ces pas de danse, ces mouvements de hanches, ces ondulations sulfureuses de tous les membres de votre corps que vous sentirez la chaleur cubaine vous balayer. Si possible, il vaut mieux choisir un-e partenaire agréable, et les mouvements de la salsa deviendront vite des invitations au contact : c’est une danse assez chaude, voir torride, faite de passion et d’émotion ! Si vous avez du mal, le mieux est de fermer les yeux, écouter la musique, les percussions, le piano et la basse, sentir le balancement de la musique vous donner le rythme, et laisser parler votre corps.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • (Leslie)
    (Leslie), Le 11 novembre 2012 à 22h40

    J'ai trouvé des cours de salsa et de bachata à Lyon, et franchement j'adore !! Ils font même des soirées gratuites apres les cours ou on peut danser avec qui l'on veut !

    Bref je compte vraiment continuer pour m'améliorer de plus en plus !

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)