Le kin-ball : un sport de boule québécois

Anaïs te fait découvrir un sport très peu connu ici en Europe, mais pourtant incontournable au Canada, son pays d'origine : le kin-ball !

Le kin-ball : un sport de boule québécois

Publié initialement le 17 février 2011

Toi qui dis toujours « Il faudrait que je me remette au sport quand même » pour te donner bonne conscience devant ton délicieux muffin choco-spéculoos, oui toi, qui as déjà oublié tes bonnes résolutions et abandonné ta petite séance d’abdos quotidienne, oui toi qui n’as jamais été très copine avec le sport collectif depuis que t’es prise ce ballon en pleine poire par Tony le bourrin au collège…

Remercie donc nos amis québécois qui ont inventé le sport le plus cool du monde : le kin ball ! Finies les règles absurdes, les joueurs solos, les brutes en tout genre. A première vue, ce sport collectif ressemble à une grosse blague :

  • Une grosse baballe de 1m22 de diamètre
  • Trois équipes de quatre joueurs sur le terrain (ben oui, deux équipes c’était trop classique)

balle kinball

Tu te souviens quand tu étais si fière d’avoir ENFIN marqué un but… avec ton coude ; où on t’avait gentiment pénalisé parce que « c’est une faute, on n’a pas l’droit ! ». Depuis quand on n’a pas le droit ? J’tire avec ce que j’veux d’abord, pis je m’en fous, je l’ai marqué mon but, na !

Bref, tu en a rêvé, le kin ball l’a fait, un sport où on peut tirer avec n’importe quelle partie du corps (bon il y en a certaines que je vous déconseille vivement…un mètre vingt deux la baballe quand même), où tu ne passeras pas des heures à courir bêtement après une balle que tu ne toucheras jamais puisqu’il est impossible d’y jouer seul plus de trente secondes, le mot d’ordre est : tous ensemble. Mais le but du jeu me diras-tu ? C’est là que la blague se complique..

Les trois équipes de couleurs bleu, grise et noire ont pour objectif d’attraper la balle et de se la passer sans la faire tomber. Pour se faire tous les moyens sont bons : glissades, roulé-boulé, réception avec ton nouveau Etam rembourré… Un arbitre, d’une voix sensuelle crie la couleur de l’équipe qui doit rattraper la balle, si elle réussit, elle gagne un point, si elle perd, c’est un point pour chaque équipe adverse.

Ça parait incompréhensible mais après quelques matchs, je vous assure qu’on comprend (ou presque). Il y a même des championnats d’Europe qui se déroulent non pas à Paris, ni même à Strasbourg, encore moins à Bruxelles mais à Villeneuve d’Ascq, une commune non loin de Lille, et même si après ça vous n’aimez toujours pas le sport, il faut avouer que niveau ambiance (et parce que ce sport est juste trop drôle à regarder), ça vaut son pesant de pancakes, tabernacle !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 13 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Billig
    Billig, Le 16 mars 2015 à 20h50

    Aaah j'en ai fait en primaire avec l'école! :caprice: C'était trop génial, on a même fait des tournois avec d'autres communes! Aah les vareuses moches et le vieux compteur de point, ça me manque <3

Lire l'intégralité des 13 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)