Kaboom : Le nouveau film de Gregg Araki

Ah, Gregg Araki, mon amour de toujours. Réalisateur spécialisé dans les films sur l’homosexualité – mais pas que, comme en témoignent le bijou absolu qu’est The Doom Generation, ou le dernier en date Smiley Face. Ce dernier était vraiment différent du reste de sa filmographie mais avec Kaboom il se peut qu’on retrouve le même […]

Ah, Gregg Araki, mon amour de toujours. Réalisateur spécialisé dans les films sur l’homosexualité – mais pas que, comme en témoignent le bijou absolu qu’est The Doom Generation, ou le dernier en date Smiley Face. Ce dernier était vraiment différent du reste de sa filmographie mais avec Kaboom il se peut qu’on retrouve le même esprit que dans Nowhere par exemple : les jeunes et leur rapport à la sexualité, et très probablement aux substances illicites. Je vous l’avais déjà conseillé dans mes 5 raisons de craquer pour Joseph Gordon-Levitt et c’est l’occasion de vous offrir une piqûre de rappel : si vous ne connaissez pas encore l’oeuvre d’Araki, c’est le moment de vous y attaquer. Kaboom sortira le 6 octobre, ça vous laisse le temps de vous rattraper.

Smith, interprété par le très mignon Thomas Dekker (John Connor dans The Sarah Connor Chronicles), mène une petite vie d’étudiant tranquille en compagnie de sa meilleure amie déjantée Stella. Tout en couchant avec la jolie London, il fantasme sur un certain Thor (avec un blase pareil, n’importe qui en ferait de même) jusqu’au jour où tout part en vrille. Après l’ingestion de space cookies, Smith est persuadé d’avoir assisté au meurtre d’une jeune fille rousse qui hante ses rêves. En cherchant à percer ce mystère, il s’enfonce de plus en plus dans une étrange aventure qui promet de le changer à jamais – lui et le reste de l’humanité.

Du 100% Araki au top de sa forme qui revient à ses scénarios déjantés sur fond de débauche post-adolescence. Une recette typique du réalisateur qui promet de nous apporter sexe, drogue, humour et rock ‘n’ roll. Si Smiley Face ne m’avait pas déplu, je me réjouis d’assister à un possible retour aux sources, avec un de ces films qui se regardent tard le soir et qui vous font tourner la tête pendant des jours. Et vu la façon dont Araki maîtrise l’alliance de la comédie et du drame, ça risque de faire mal – mais en bien. Une de ces claques qu’on est toujours très content de recevoir…

Affaire à suivre dès le 6 octobre donc, comptez sur moi pour un rapport complet à la première heure !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 19 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mairymification
    Mairymification, Le 7 octobre 2010 à 0h07

    Je ressors de la séance et il est complétement déjanté !
    C'est dingue , je pensais être déçue à la fin du film mais non , je suis ressortie toute excitée !
    Malgré les nombreuses scènes de sexe , je trouve que ça tombe jamais dans le vulgaire et l

    Spoiler
    !

Lire l'intégralité des 19 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)