5 raisons de craquer pour Joseph Gordon-Levitt

Joseph Gordon-Levitt et Jack Parker, ça fait longtemps que ça dure. Environ douze ans, pour être précise. Retour sur une histoire d'amour platonique.

5 raisons de craquer pour Joseph Gordon-Levitt

joseph gordon-levitt

La première fois que je l’ai vu c’était dans Halloween : 20 ans après, alors que mon amoureux de l’époque était Josh Hartnett. Il n’a qu’un petit rôle tout pourri dans ce film mais ça a suffit, j’ai changé de cible et j’ai reporté toute mon attention sur JGL. Et aujourd’hui, entre (500) Jours Ensemble et Inception, il s’est fait largement remarquer du public français et c’est une bonne chose. Parce que Joseph est plein de qualités et qu’il mérite d’être (re)connu.

1. THE LOOKOUT – ENTRE FILM INDEPENDANT ET BLOCKBUSTER

Si je devais choisir un film par lequel commencer quand on ne connait pas bien Joseph Gordon-Levitt, je pense que ce serait celui-ci. Il se place à mi-chemin entre le blockbuster et le film indépendant. Il y incarne  Chris Pratt, un jeune homme en pleine rééducation après un violent accident de voiture, qui se retrouve embarqué dans une histoire de braquage par d’anciens camarades de lycée. En dehors du fil rouge (le braquage) on suit Chris dans son quotidien, alors qu’il tente de réapprendre à tout faire, malgré ses pertes de mémoire fréquentes. Le simple fait de répéter la routine de la préparation matinale devient un véritable jeu de piste quotidien.

C’est une porte d’entrée sur sa filmographie mais quand on voit à quel point elle est variée, il est impossible de le définir comme « repère » pour se donner une idée de ce que le reste donnera. Quel que soit votre genre préféré, vous trouverez toujours un film de JGL à vous mettre sous la dent, et ça risque de vous péter au visage sans que vous vous y attendiez. En restant dans l’ombre, il a tracé sa route à travers toute une série de films dont on ne parle pas assez mais qui s’apparentent à de vrais petits trésors sur lesquels on tombe souvent par hasard et dont on ne ressort pas toujours indemne. En plus de The Lookout, je vous conseille vivement Brick, Manic, Mysterious Skin (j’y reviendrai), Stop-Loss ou encore Havoc.

Chargement du lecteur...

2. Joseph est un vrai francophile

A l’université, en plus de l’histoire et de la littérature, Joseph a étudié la poésie française et est aujourd’hui parfaitement bilingue, et il se définit lui-même comme étant francophile. Il considère également que peu de choses au monde sont aussi érotiques qu’une femme qui parle avec un accent français. De plus, comme le prouve notamment cette vidéo entièrement réalisée par JGL, il semble passionné par les escargots, symbole absolu de la culture française outre-Atlantique. Et pour faire frétiller vos petits cœurs, voici une interview entièrement en français qu’il a faite pour Le Grand Journal lorsqu’il faisait la promo de Brick :

Chargement du lecteur...

(et là normalement vous êtes réduites à l’état de flaque sur le plancher)

3. MYSTERIOUS SKIN – UN ROLE QUI RETOURNE LES TRIPES

Dans Mysterious Skin, il incarne l’un des rôles les plus marquants de sa carrière, dans un film qui laisse rarement indifférent. C’est un film de Gregg Araki (toute sa filmographie est à voir absolument), spécialisé dans les films traitant de l’homosexualité chez les jeunes, entre autres choses, et dans celui-ci il a placé une sale histoire de pédophilie qui a fait grincer les dents de pas mal de spectateurs. Joseph joue le rôle d’un jeune homosexuel qui se prostitue, résultat probable des abus qu’il a subit dans son enfance chez son coach de baseball. La vie de son personnage est loin d’être rose (je pense notamment à une scène de viol dans une baignoire) mais il le tient jusqu’au bout et parvient une fois de plus à époustoufler son public.

Il donne vie à chacun de ses rôles, jusqu’à nous faire croire que le personnage qu’il incarne existe vraiment quelque part et qu’il a vraiment vécu ce qu’on voit à l’écran. Bizarrement, le phénomène qui revient souvent, c’est l’envie qu’on a de devenir le meilleur ami de son personnage. C’est con à dire, mais il leur donne une dimension tellement réelle qu’on en ressort presque triste parce que le générique de fin annonce également la fin du personnage. JGL fait les choses sans paillettes et sans artifices, et il les fait mieux que la plupart de ses contemporains, faut pas s’attendre à le voir finir comme les autres enfants stars de sa génération – on espère qu’il va rester dans le coin encore un moment et qu’il continuera à nous apporter autant de plaisir à l’écran (dans la vraie vie aussi mais on verra ça plus tard quand j’aurais établi mon plan d’attaque).

Chargement du lecteur...

4. SA CREATIVITÉ

A 29 ans, Joseph n’a plus vraiment besoin de faire ses preuves en tant qu’acteur vu qu’il baigne dedans depuis tout petit. C’est dans d’autres domaines qu’on va l’attendre au tournant. Mais les défis, il se les impose lui-même, et toujours avide de nouvelles expériences, il multiplie les projets dans son coin, comme par exemple avec son site hitRECord. C’est une plateforme collaborative qu’il a créée afin d’offrir la possibilité aux gens de s’exprimer et de se faire connaître – ce qui s’apparente au final à une petite boite de production. Il a lui-même contribué au site en y mettant en ligne ses vidéos (dont Escargots) et depuis sa création en 2004, le nombre de participants est passé à plus de 7000. Chansons, images, histoires, courts-métrages, tout y passe et tout le monde peut tenter sa chance. Joseph décrit ce site comme une possibilité pour lui de se lâcher un peu et de mettre de côté son professionnalisme, l’autorisant à partir un peu en vrille de temps en temps. Il utilise sa position dans le milieu du cinéma pour ouvrir des portes à d’autres artistes, et lorsque des bénéfices sont faits tout est partagé entre les participants.

En dehors de ça, il a réalisé un premier court-métrage qui a été sélectionné en 2009 pour le Sundance Film Festival. Il s’intitule Sparks et s’inspire d’une nouvelle d’Elmore Leonard. Mais il y a fort à parier qu’il ne s’arrêtera pas là et qu’il passera certainement plus d’une fois derrière la caméra au court de sa carrière (je croise les doigts).

5. SA RESSEMBLANCE AVEC HEATH LEDGER

Si je devais compter le nombre de fois où j’ai entendu quelqu’un s’exclamer « MAIS C’EST SON PORTRAIT CRACHÉ !!! », j’y serai encore à Noël. Et maintenant qu’Heath est mort, c’est encore pire, Joseph est devenu son remplaçant physique. Fab a d’ailleurs soulevé une question intéressante « s’il avait ressemblé à Sim, est-ce que sa carrière aurait décollé de la même façon ? ». Je pense qu’on connait la réponse. Il n’y a qu’à voir dans 10 Bonnes Raisons de te Larguer, dans lequel Joseph et Heath sont tous les deux réunis.

Lorsque Heath apparaît à l’écran, on a l’impression de voir débarquer une version plus âgée de Joseph. Ce n’est pas « un petit air familier », la ressemblance est frappante – et c’est plutôt une bonne chose, Heath Ledger n’étant pas vilain dans son genre. Et des ressemblances aussi énormes entre deux acteurs, on n’en voit pas tous les jours. Bon, il serait injuste de réduire le physique de JGL à une simple ressemblance avec un acteur décédé, surtout qu’il a vraiment un paquet d’avantages de son côté. Personnellement, je trouve qu’il a la combinaison regard-sourire la plus paralysante du monde, mais ce n’est que mon avis. Et qu’il se la joue jeune loup imberbe ou grand brun mal rasé, l’effet est le même, un regard et je m’affaisse. Joseph Gordon-Levitt existe bel et bien en dehors de sa ressemblance avec Heath Ledger, mais elle fait réagir tellement de monde qu’il fallait bien en parler.

Chargement du lecteur...

Des raisons, on pourrait encore en trouver des dizaines. Plus on se penche sur le personnage, plus il y a de choses à aimer. Il a ce petit quelque chose en plus qu’on cherche désespérément chez les autres et qui lui colle à la peau si naturellement. C’est pas du réchauffé, du travaillé, une feinte à but commercial, il est sûrement né comme ça et c’est vachement rafraîchissant. Un jour j’écrirai une chanson avec une guitare cassée à trois cordes, « I Love Joseph Gordon-Levitt », et ça fera un carton vous verrez.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 57 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Semahan
    Semahan, Le 11 août 2014 à 15h36

    C'est Hesher moi qui m'a fait craquer.
    Plus pour le personnage que pour l'acteur lui-meme, je dois dire. Le punk métalleux taré mais très sensible et juste sur sa vision de la vie m'a laissée sans voix.
    Ce que j'aime chez JGL c'est qu'il arrive à se transformer dans chaque role qu'il fait, on sent qu'il a cette sensibilité.  JGL et Zach Braff ... amour pour toujours :rockon:

Lire l'intégralité des 57 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)