Jean-Pierre Pernaut se moque de l’équipe de France

Jean-Pierre Pernaut a profité de son journal télévisé pour tacler l'équipe de France de foot. Ce n'est pas du journalisme, mais ça a au moins le mérite d'être drôle.

Je m’y connais pas trop en sport mais je ne crois pas prendre de risques en disant que l’équipe de France n’a pas brillé par sa prestance sur le terrain à l’Euro de foot.

Je ne suis pas non plus une professionnelle de la sociologie, mais j’ai bien compris que si autant de supporters étaient tellement furax envers les Bleus, c’était pour leur attitude plus que pour leur jeu.

Entre les insultes aux journalistes sportifs, leur fierté affichée à l’issue de leur élimination de la compétition et le fait que beaucoup de joueurs passent devant leurs fans avec le même dédain qu’un individu au régime quand il franchit le rayon Kinder, les Bleus ont réussi à se faire presque aussi mal voir qu’après l’épisode du bus à Knysna.

Parmi ces supporters déçus, on trouve Jean-Pierre Pernaut, le célèbre journaliste du JT de 13h de TF1 s’en est pris à l’équipe de France hier, le lundi 25 juin 2012, en félicitant les joueurs de l’équipe d’Italie qui se sont qualifiés en demi-finale et ont renoncé à leur prime pour soutenir leur peuple en période de crise. Je n’imaginais pas cet homme aussi drôle dans la colère :

Jean-Pierre, je… Je suis si fière d’avoir choisi ton nom.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 20 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Hipolito
    Hipolito, Le 27 juin 2012 à 15h26

    Queen Bitch C'est inintéressant pour ceux qui ne s'occupent que des matchs et du jeu en lui-même, et c'est une position qui se justifie. Mais je trouve complètement normal que l'on parle du comportement des joueurs. Tu dis qu'ils n'ont pas de rôle moral; c'est vrai, mais à moitié seulement. Le sport cumule beaucoup de fonctions parmi lesquelles la fonction politique de production de symboles nationaux, la fonction médiatique du spectacle comme édification morale ou encore celle, éducative, du respect de l'autre et de la solidarité. C'est comme ça que le voient les gens et c'est comme ça que ça devrait être.
    Or, le comportement des joueurs montre bien que la réalité est très différente : le sport n'est pas vertueux ni juste, ni sain, ni égalitaire et l'idéal sportif n'existe pas. Aujourd'hui on achète des joueurs et le classement des équipes est le même que celui de l'investissement. Les joueurs sont dans un contexte de pression économique intense et leur comportement le fait bien voir : Anelka qui passe quatre mois à Shanghai pour 200 000 euros/semaine parce qu'il "aime cette culture", les insultes, la grève des joueurs, le dopage, le culte de la performance individuelle... C'est important parce le sport est presque une religion avec des "croyants non pratiquants" et parler de tout ça permet au masse de voir que le sport n'est pas un univers enchanteur. C'est purement symptomatique de la mercantilisation du sport, qui autrefois répondait à des valeurs démocratiques et permettait de croire en la démocratie. Voilà pourquoi c'est important d'en parler, et les comportements mesquins des joueurs, que tu juges (et c'est ton droit) pas intéressants sont très révélateurs et détruisent les fantasmes d'un bon nombre de gens. Leur importance n'est pas à négliger, je trouve.

    Evidemment, si cela se fait au détriment du jeu en lui-même, c'est dommage pour les passionnés (je n'en fais pas partie donc tu dois mieux t'en rendre compte que moi), et je suis quand même d'accord avec toi pour dire que les gens parlent beaucoup des scandales, mais peu intelligemment et pour accabler des joueurs dont le comportement est effectivement répréhensible, mais un simple symptôme, un effet et non une cause.

    Désolée si tout ce que j'ai dit ne t'intéresse pas, je n'ai pas réussi à exprimer mon point de vue moins longuement.

Lire l'intégralité des 20 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)