Un drag-queen agressé en pleine rue, quand soudain…

À l'heure où les agressions homophobes sont de plus en plus médiatisées, ce récit a tout à fait sa place.

Un drag-queen agressé en pleine rue, quand soudain…

En partenariat avec Nikon (notre Manifeste)

Participe au Nikon Film Festival

Tu lis madmoiZelle et tu participes au Nikon Film Festival 2019 ?

Envoie-nous ton court-métrage à jaifaitca[at]madmoizelle.com ! Il sera regardé avec attention. ♥

La violence court les rues.

Chaque jour, les informations qui passent en boucle à la télévision et éclaboussent Internet font le témoignage d’agressions morales, physiques ou sexuelles, subies notamment par des personnes LGBT.

Les agressions homophobes augmentent en France

Si notre société semble avoir progressé en terme d’inclusion des personnes LGBTQ, il reste du chemin à faire. Il reste même une autoroute à prendre.

Depuis le début de l’année 2018, l’État confirme une hausse de 15% des agressions homophobes, et ces derniers jours les témoignages ont fleuri sur la Toile, suite à de nombreuses agressions.

Pas plus tard qu’en septembre dernier, un jeune homme prénommé Arnaud a par exemple fait le choix de publier une photo accompagnée d’un texte sur son compte Instagram.

Il révèle avoir pris son conjoint dans ses bras après être allé assister à une pièce de théâtre dans le 20ème arrondissement de Paris. Un câlin qui lui a couté des insultes homophobes ainsi que des points de suture. 

View this post on Instagram

Je savais qu'un jour ça m'arriverait. Une agression homophobe violente en pleine rue. Je savais qu'un jour je devrais faire ce choix : prendre une photo et la publier ou ne pas la publier. Avec les conséquences que cela aura dans les deux cas. Je ne savais juste pas quand cela aurait lieu. C'est donc aujourd'hui. — Hier soir, avec mon copain, nous sommes allés voir jouer une amie et collègue comédienne dans un petit théâtre du 20ème arrondissement de Paris. Alors que nous sortions prendre l'air et attendre notre amie, nous avons eu le malheur, en discutant, de nous serrer dans les bras. Un câlin. Juste un câlin. Il était 22h00. Un groupe de trois jeunes, postés à une vingtaine de mètres, nous a vus. Ils nous ont interpellés. Comme nous les avons ignorés, ils se sont rapprochés. Un flot d'insultes homophobes sortait de leurs bouches. Ils exigeaient que nous quittions "leur quartier" où "y a pas de PD ici". Comme nous avons refusé de partir, les insultes sont devenues plus graves, plus haineuses. Puis un quatrième les a rejoints. Un gamin qui paraît avoir douze ans. Et c'est lui qui a appelé des renforts. Un scooter avec notre cinquième et sixième agresseurs. Insultes, bousculades, menaces. On ne cède pas. Le chauffeur du scooter détache son casque, le retire, et me frappe avec. Deux coups portés à la tête. Tout va très vite. Les spectateurs du théâtre voient la scène, arrivent en courrant, les font partir et nous mettent à l'abri. Mon copain n'a rien, fort heureusement. Pour moi un traumatisme facial, avec ecchymose et oedeme periorbitaire. 7 points de sutures et plusieurs jours d'ITT. — Voilà. Nous avons fait le choix de partager cette photo et notre histoire. Nous avons fait le choix de porter plainte. Pour que ces violences cessent enfin, même si nous ne nous faisons pas d'illusions…

A post shared by Arnaud Gagnoud (@arnaudgagnoud) on

Atterrants, affligeants, ignobles… les adjectifs sont nombreux à pouvoir décrire ces comportements.

Je suis Gigi Bang Bang, un court-métrage nécessaire

Ces violences, il faut en parler et témoigner, pour que les choses progressent.

D’ailleurs, France 24 explique dans un article publié le 31 octobre 2018 que davantage de victimes prennent la parole en France, pour dénoncer une violence ciblée contre les LGBTQ.

Le sujet douloureux du rejet primaire de l’altérité, c’est ce dont a voulu s’emparer Maxime Nieto, un artiste complet qui aime « jouer, écrire, réaliser, créer et s’amuser ».

À l’occasion du Nikon Film Festival, le jeune homme a su allier sa passion à un sujet d’actualité brûlant.

Il propose un court-métrage de 140 secondes sur le thème du partage, qui frôle selon moi la perfection.

En effet, sa réalisation est quasi-professionnelle, les comédiens sont talentueux, l‘histoire est importante et surtout a une visée sociale.

Je te laisse découvrir cette pépite :

Pour visionner la vidéo, clique sur cette photo !

Tu n’as pas le temps de regarder la vidéo pour l’instant ? En voici le synopsis :

« Gigi Bang Bang, artiste drag-queen qui se produit sur scène, assume sa différence et regagne son domicile dans la tenue qui lui plaît.

Sur son chemin, il est une nouvelle fois est confronté aux jugements des autres et est agressé en pleine rue.

Les violences à l’encontre de la communauté LGBT battent aujourd’hui des records et Gigi Bang Bang décide de lutter en restant fidèle à son personnage. »

Rester soi-même face à l’intolérance des autres, c’est ce que prône cette jolie vidéo, qui je l’espère saura aller loin dans la compétition Nikon.

D’ailleurs, si tu souhaites soutenir ce court-métrage, il te suffit de cliquer sur ce lien.

À lire aussi : Je suis un combat, un court-métrage soigné et poignant !

COMMENT AVOIR UN TEINT PARFAIT ?

Commentaires
  • Moulteepass
    Moulteepass, Le 6 novembre 2018 à 21h17

    Il est superbe ce court :loveeyes:
    La réal est incroyable, le jeu d'acteurs tellement touchant..
    Il était important d'aborder le sujet.
    J'ai personnellement beaucoup d'admiration et d'empathie pour les personnes LGBTQ qui osent afficher qui ielles sont et qui ielles aiment, j'ai conscience du courage, malheureusement, que ça demande encore en 2018...:sad:
    En tant que cisgenre hétéro, je ne crains pas de montrer des marques d'affection à mon mec lorsque je suis dans la rue...
    Par contre, en tant que femme, cette peur de sortir seule la nuit (et un peu le jour) je la connais... et pour ce qui est d'exprimer vestimentairement parlant, ma féminité comme je l'entends, de jour comme de nuit... j'y ai en partie renoncé, au profit d'une tranquillité somme toute relative... Alors je n'imagine même pas la difficulté que ça doit être de s'affirmer dans la rue quand on est une personne LGBT..

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!