La méchante d’« Iron Man 3 » est devenue un méchant… pour vendre plus de jouets

Et si... Killian, le méchant d'Iron Man 3, avait été une femme ? C'est ce qui avait été prévu à l'origine par Shane Black, le réalisateur, avant que le marketing ne lui tombe dessus.

Shane Black a récemment révélé une information qui a fait l’effet d’une petite bombe, et qui pointe encore du doigt le sexisme de l’industrie hollywoodienne. Tout ça pour quoi ? Pour une question de marketing.

À lire aussi : Trois personnages féminins Marvel qui gagnent à être connus

Le réalisateur américain — actuellement à l’affiche avec The Nice Guys — qui a réalisé l’Iron Man 3 de l’univers cinématique de Marvel déclare que le super vilain de son film n’était pas censé être celui que l’on connaît.

Car oui, en 2013, Marvel craignait que des figurines de personnages féminins ne se vendent moins que leurs équivalents à gros pectoraux. Et un scandale à propos du merchandising de Black Widow avait déjà éclaté il y a quelques années : elle était la seule héroïne des Avengers à ne pas avoir sa figurine.

iron-man-3-mechante-sexisme3

Shane Black ne vient que confirmer l’opinion générale. Il déclare dans une interview à Uproxx :

« Le personnage de Stéphanie Szostak [Brandt] était plus important à un moment, et on l’a réduit. Le personnage de Rebecca Hall [Maya Hansen] était plus important à un moment, et on l’a réduit. »

Rappelons que les décisionnaires chez Marvel n’ont tellement pas aimé sa décision de tuer le Mandarin qu’ils ont décidé de concevoir Hail to the King, un court-métrage qui a suivi Iron Man 3, pour dire qu’en fait, NON, c’était un faux Mandarin ! Et les fans se disaient un peu « WTF ? ». Revenir complètement sur la vision d’un réalisateur, c’est surprenant.

À lire aussi : Black Widow, le film a sa bande-annonce ! (grâce au Saturday Night Live)

Toutefois, la décision de ce changement de genre ne venait pas de Kevin Feige, le directeur des studios Marvel, mais plutôt du directeur de la commercialisation des produits dérivés, ou du moins de quelqu’un de haut placé dans ce département. Shane Black précise :

« On avait fini le script et on avait reçu un mémo pour dire que tous les coups étaient permis, mais ils sont revenus dessus pour dire qu’ils avaient changé d’avis, après avoir consulté une tierce personne [on ne sait pas qui]… et ils ont décidé que les jouets ne se vendraient pas aussi bien si c’était une femme. »

iron-man-3-mechante-sexisme2

J’en déduis que le véritable vilain de l’histoire n’était pas censé être Guy Pearce, alias Killian ? Il est vrai qu’Iron Man 3, malgré des effets spéciaux jouissifs, péchait un peu niveau scénario.

Pour le coup, DC Comics prend de l’avance sur Marvel, avec des films centrés sur Wonder Woman, puis bientôt sur Harley Quinn.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Luniiie
    Luniiie, Le 19 mai 2016 à 10h29

    Aeluthian
    @Luniiie "c'est n'est pas le marketing en lui-même mais son utilisation", je pense que ça rejoint une critique qu'on entend souvent aussi quant aux sondages de nos jours (et un poil moins souvent sur "les courbes/les chiffres, on leur fait dire ce qu'on veut"). Mais dans tous ces cas (marketing inclu), j'ai surtout l'impression qu'il y a une simplification de la réflexion à double sens (à être capable de se dire que "l'argument du marketing" peut suffire pour toute décision / et ainsi être la cible "évidente" des critiques en cas d'erreur).

    Mais c'est comme beaucoup d'études et de forme d'expérimentations* : en fonction de leur manière de faire, on peut leur dire ce qu'on souhaite. Du coup, Luniiie, je pense qu'on se rejoint sur l'idée que c'est pas tant les outils qui sont un problème, mais les biais de pensées/mentalités qu'on a en amont qui se répercutent sur la mise en place et la considération de l'étude effectuée...
    C'est exactement ça oui ! Travaillant dans le domaine du marketing, sans être trop suceptible, j'avoue que voir l'ensemble de ma profession se faire dénigrer en l'utilisant comme prétexte de l'interprétation de quelques uns des études qui sont fournies, ça a tendance à me hérisser le poil. Il y a aussi des gens très bien en marketing, même des Madmoizelles ! :rockon:

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)