Comment réagir face à un mec qui m’impose ses fantasmes ? L’exemple de Dominique

Situation : un homme impose ses fantasmes à une femme n'ayant rien demandé. Tristement banal. C'est arrivé dans une enveloppe, cette fois-ci, ouverte par Mymy...

Comment réagir face à un mec qui m’impose ses fantasmes ? L’exemple de Dominique

Comme j’aime à le faire, laissez-moi entamer cet article avec un récit, une petite histoire totalement véridique.

Nous sommes vendredi. Il est 10h du matin, je me suis couchée à minuit après avoir éclaté un kebab, et je n’ai bu qu’un café. J’ai UN PEU la tête dans le cul, clairement.

N’écoutant que mon courage, je réunis mon brave bataillon de gens qui fument des clopes et nous descendons dans la cour avec une mission, une seule : libérer la boîte aux lettres de la rédac, qui, selon une rumeur persistante, est pleine à craquer.

Armés de notre fidèle clef, nous sommes victorieuses. Le trésor du royaume de Laposte se déverse entre nos bras. Paquets, enveloppes, les 1854 bouquins reçus chaque jour par Lucie Kosmala… nos yeux scintillent à la vue de ces richesses.

Une fois remontées, il est temps de répartir le butin. Plus vite qu’une technologie alien dans Les Tommyknockers*, nous trions le courrier, envoyant chaque missive à sa destinataire.

Il n’en reste que deux. Deux enveloppes identiques, comme cela arrive parfois, couvertes de la même écriture au feutre rose. L’une pour Clémence, notre rédactrice en chef, l’autre pour Anouk, ancienne rédac sexo.

À lire aussi : Qui est Queen Camille, votre nouvelle cheffe de rubrique Sexe ?

Je mets de côté la première, j’ouvre la seconde, puisque sa destinataire a vogué vers d’autres horizons. Se dévoile sous mes doigts une feuille blanche pliée en quatre…

Et le début, même si je l’ignore, du #DOMINIQUEGATE.

*Prix 2018 de la ref la plus niche de l’année

Dominique et ses rêves de double fellation

Sur cette page, un texte tapé à l’ordinateur puis imprimé, signé d’un simple prénom : Dominique.

« Bonjour,

Voilà… Je suis un mec, et j’aimerais bien réaliser un fantasme… »

Suit un loooong paragraphe dans lequel cet inconnu décrit la double fellation dont il rêve, avec moult détails. Se faire sucer par deux filles coquines, un peu concurrentes mais pas trop, c’est son Graal, à Dominique.

Malheureusement, une seule femme a procuré du sexe oral à Dominique, c’était il y a longtemps, et il est timide. Difficile de réaliser son fantasme !

L’auteur conclut :

« Je suis logiquement quelque peu frustré par cette situation… »

Vous imaginez bien ma réaction :

QUI FAIT ÇAAAAA ?

J’éclate d’un petit rire nerveux, je lis les détails croustillants à une collègue, et mon sang ne fait qu’un tour. Je dégaine mon portable.

Bienvenue dans le monde des fantasmes de Dominique

J’immortalise la missive humide de Dominique et je la poste sur les comptes Instagram et Twitter de madmoiZelle, avec cette légende :

#mabitecestlemontblanc : grosse fierté

Bon, on est clairement dans la turbo ironie, hein. Face au mini-drame que représente la lettre de Dominique, j’ai choisi d’en rire, écoutez.

Dans la rédac, quelques voix se lèvent. C’est pas un peu du foutage de gueule bête et méchant ? On peut pas faire plus constructif que ça ?

Ok, je change donc l’accroche sur Instagram (on ne peut pas modifier un tweet déjà posté) pour mettre un texte un peu moins mordant.

À l’heure où je tape ces lignes, ce post compte 125 commentaires, et au bureau aussi, il a bien fait causer pendant les heures qui ont suivi sa parution.

Du coup, j’écris cet article.

Imposer ses fantasmes, une « erreur » ?

Beaucoup de commentaires exprimaient en substance la même idée que celui-ci, que j’ai copié-collé sur Instagram :

« Dans ce texte, j’ai l’impression que Dominique cherchait simplement à se confier, il l’a sûrement mal fait, mais à aucun moment il n’agresse, ne s’adresse à la rédaction de madmoiZelle.

C’est un homme seul qui se confie, qui se fout de qui l’écoute tant qu’il peut vider son esprit. »

Dominique est « seul », « paumé », « perdu », « timide », nous a écrit « par erreur », a commis un acte « pas approprié », il est « ignorant, pas méchant ». Selon beaucoup de gens.

Alors, déjà : Dominique, si c’est son vrai prénom, a tapé ce texte, l’a imprimé en deux exemplaires, qu’il a glissé dans deux enveloppes, sur lesquelles il a écrit à la main l’adresse de la rédac, et la destinataire précise de son message.

Ce n’est pas un envoi « par erreur », ça.

Ça aurait été une erreur s’il avait voulu nous envoyer un CV et qu’il s’était trompé de feuille, confondant son curriculum vitæ avec son dernier écrit érotique.

Moment gênant.

J’ai du mal à croire qu’on puisse commettre une telle erreur deux fois de suite, je pense que vous en conviendrez, on peut donc partir du principe que Dominique a très délibérément décidé de nous envoyer ce texte, pour qu’on le lise.

On ne peut donc pas dire qu’« il ne s’adresse pas à la rédaction de madmoiZelle » ! Certes, il ne dit pas « Salut Anouk », mais ça n’empêche que les lettres SONT adressées à la rédaction !

Imposer ses fantasmes, le signe d’un homme souffrant de sa solitude ?

Quant à l’aspect solitude…

Écoutez, je suis en charge de la rubrique masculinité de madmoiZelle, je ne suis pas sans savoir que les problèmes de solitude, la difficulté à se confier ou à montrer sa vulnérabilité sont pour beaucoup d’hommes de douloureuses réalités.

À lire aussi : Ces choses dont les mecs ne parlent pas… et qui leur font du mal

Loin, très loin de moi l’idée de nier ça.

Mais est-ce que ça excuse ce genre de lettre ? Est-ce que ça donne le droit d’imposer ses fantasmes à quelqu’un qui n’a rien demandé ?

VOICI TOUT MON PÉNIS !

Est-ce que la prochaine fois qu’un inconnu me touchera le cul, les seins, me reniflera les cheveux, me sifflera, me suivra, je devrai me dire « le pauvre doit souffrir de solitude » ?

Expliquer n’est pas excuser ; il est fort possible que cet homme se sente seul, il dit d’ailleurs être « timide avec les filles ».

Mais nom de Dieu, Dominique, EN QUOI ÇA TE DONNE LE DROIT DE M’INFLIGER TON RÉCIT PORNO, LÀ ?

Garde tes fantasmes pour toi !

À lire sur l’air de « Garde ton avis pour toi », évidemment.

D’autres commentaires évoquent le fait que Dominique semble avoir besoin d’aide, que c’est abusé de l’afficher ainsi, de le jeter en pâture, pour ainsi dire, au lectorat de madmoiZelle.

Alors, déjà, jamais je n’aurais posté cette image si elle contenait quoi que ce soit permettant d’identifier l’auteur. J’ai assez vécu le harcèlement en ligne pour savoir qu’il n’est jamais justifié, même quand la cible a commis un acte répréhensible.

Donc Dominique n’est pas jeté en pâture, à la limite ses écrits le sont. Tout comme il me les a imposés, finalement, en postant cette lettre que je n’ai jamais réclamée.

Ce commentaire l’exprime parfaitement :

« Personnellement, je comprends très bien la réponse un peu sèche de la rédaction.

C’est un peu comme recevoir une dick pic (sans consentement) sur les réseaux sociaux : même s’il l’expéditeur se sent seul, normalement il doit garder ses fantasmes pour lui, ou en parler à des gens consentants.

D’accord il a une manière un peu « naïve » d’écrire cette lettre, mais ça reste extrêmement bizarre et surtout incroyablement pervers dans la description de l’acte […]

Enfin, cet homme reste quand même anonyme (je ne sais pas combien il y a de Dominique en France, mais il doit y en avoir plus d’un !) »

Tout à fait, c’est pas si loin d’une photo de pénis, cette histoire : c’est un contenu à caractère sexuel, cru et absolument non sollicité.

À lire aussi : Des mecs qui envoient des dick pics expliquent ce qui les motive

Est-ce aux femmes d’aider les hommes, encore et toujours ?

Peut-être que Dominique a besoin d’aide. Peut-être qu’il souffre de sa solitude, de sa timidité face aux femmes, de son incapacité à réaliser son fantasme.

Mais si vous lisez bien, jamais Dominique ne demande de l’aide.

Je n’aurais pas été outrée si j’avais lu, par exemple :

« Bonjour madmoiZelle, voilà, je vous écris parce que j’ai un souci.

J’ai ce fantasme, celui d’une fellation procurée par deux femmes, j’ai vu ça dans des films porno et ça m’excite beaucoup.

Malheureusement j’ai du mal à parler aux femmes et je suis frustré par cette situation, je me dis que jamais mon fantasme ne deviendra réalité.

Auriez-vous des conseils pour arriver à dépasser ma timidité ? Est-ce normal d’avoir ce genre d’envies ? »

Dans la lettre de Dominique, il n’y a aucune demande, interrogation, remise en question. Juste une description crue de l’acte qui le fait bander, et des faits : je suis timide, je suis frustré.

Je, je, je. Sans aucune considération pour celle qui le lira.

Et je devrais être gentille, ménager les sentiments de cet inconnu, qui visiblement ne s’est pas préoccupé des miens, tendre non pas l’autre joue, mais ma main, pour l’amener à avoir une vie sexuelle plus épanouie ?

J’ai l’impression qu’en tant que femmes, on a tellement été élevées à être gentilles, à se préoccuper des autres, à faire preuve d’empathie, que parfois on n’ose même plus se défendre face à un comportement clairement abject.

Si Dominique avait été un inconnu m’ayant chuchoté tout son texte à l’oreille dans le métro, m’aurait-on aussi intimé d’être cool avec lui ?

Si non, quelle est la différence, au final ?

Imposer sa sexualité, c’est se mettre en danger, eh oui

Honnêtement, je suis prête à me remettre en question.

J’admets volontiers que j’aurais peut-être dû directement écrire cet article, au lieu de faire un post Instagram ironique. Expliquer la lettre de Dominique, et pourquoi elle est malvenue.

J’ai peut-être manqué de patience, de délicatesse.

Mais n’ai-je pas le droit de réagir à cette sexualité imposée comme je le veux ? Sans forcément être patiente, compréhensive, pédagogue ?

N’ai-je pas le droit à mon réflexe premier, celui de me défendre par l’humour face à une forme d’agression ?

Je n’irais pas dire à une victime de harcèlement de rue ou d’injures sexistes qu’elle devrait réagir de telle ou telle façon. Je n’irais pas faire des leçons sur la patience nécessaire quand on reçoit une photo de bite alors qu’on a rien demandé.

Dominique m’a, en quelque sorte, montré sa bite, et j’ai eu envie d’en rire, parce que c’est une des façons dont je me défends contre ces micro-agressions qui arrivent foutrement souvent.

Ensuite, j’ai eu envie d’écrire cet article, long, posé, empreint de mes réflexions et d’un certain recul. Mais sans mon post initial, cet article n’existerait pas.

Alors écoutez, je vous le dis comme c’est : je ne regrette rien.

Dominique, j’ai des choses à te dire

Et s’il te plaît, Dominique, ne fais plus ça. N’impose plus tes fantasmes aux gens qui n’ont pas consenti à les découvrir.

Tu peux tirer des envies du porno, tout en te rappelant que bien souvent, les films X ce n’est pas la vraie vie. Tu peux trouver deux femmes prêtes à réaliser ton fantasme, il y a des gens qui le partagent.

Tu peux vaincre ta timidité, pourquoi pas en parlant aux femmes comme tu parles aux hommes, et non comme à des êtres qui seraient de potentiels partenaires sexuels avant même d’être des personnes.

Oh et en effet, te faire prendre la bite à pleine bouche par DEUX filles en même temps, c’est « point aisé », c’est même impossible. Désolée. C’est pas moi, c’est la physique !

Trêve de plaisanteries, chère lectrice, cher lecteur : que penses-tu de tout ça ? As-tu déjà été dans une situation similaire ? Qu’as-tu ressenti en lisant la lettre de Dominique, et cet article ? Dis-moi tout !

À lire aussi : « Trop bonne, trop conne » : comment arrêter d’être « trop gentille » ?

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Dansmaforet
    Dansmaforet, Le 2 octobre 2018 à 13h14

    Mouais, en soit je ne défends pas forcément cet homme d'avoir envoyé la lettre mais bon, ca ne méritait pas forcément un post cru gros foutage de gueule sans explication.
    L'article, oui, le post moqueur, non.
    C'est simplement ridicule de réagir à quoi que ce soit en se moquant sans explication. Je pensais que vous valiez plus que ca, que vous pouviez réfléchir un peu.

    Surtout que la lettre ne t'était pas adressée. Si tu avais été la destinataire, tu aurais sans doute eu plus de légitimité. Mais là tu dis que c'est ta manière de te défendre de cette agression. Pardon, mais c'est toi qui as ouvert une lettre qui ne t'était pas adressée.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!