Pourquoi tant d’hommes sont-ils silencieux au lit ?

Il est communément admis qu'au lit, ce sont les femmes qui font le plus de bruit. Mais comment sont-elles censées deviner ce que kiffe leur partenaire si celui-ci reste muet ?

Pourquoi tant d’hommes sont-ils silencieux au lit ?

Au pays merveilleux de l’hétérosexualité, le cliché de la femme hurlant de plaisir à la lune est plutôt bien ancré.

L’homme, lui, serait volontiers plus discret… Ce qui, globalement, n’arrange pas nos affaires.

Le gémissement indique-t-il le plaisir ?

J’ai reçu récemment plusieurs mails de madmoiZelles qui s’interrogeaient quant au manque d’expressivité de certains hommes au lit.

Elles étaient satisfaites de leurs rapports mais auraient aimé avoir quelques indices sonores du niveau de plaisir de leurs partenaires…

Comment en effet savoir si l’autre apprécie les techniques secrètes et autres moves audacieux s’il reste absolument muet ?

Vocaliser le plaisir permet de communiquer à son ou sa partenaire que ce qui se passe est plaisant, et éventuellement de le guider pour continuer sur la bonne voie.

C’est aussi un petit boost d’ego qui ne mange pas de pain à offrir à l’oreille de l’autre.

Alors pourquoi autant d’hommes sont-ils aussi silencieux au lit ?

Pourquoi il ne fait pas de bruit : quelques pistes bancales

À toutes celles qui se posaient la question : vous n’êtes pas seules.

En janvier dernier, le hashtag #scaredtomoan ( « peur de gémir ») a donné lieu a une vague de mèmes gentiment taquins tels que celui-ci :

Une utilisatrice de Reddit a même posé la question sur le forum pour avoir des explications des intéressés eux-mêmes, mais les pistes avancées par les hommes m’ont l’air plutôt foirax.

« Je me tais souvent pour pouvoir entendre les bruits que fait ma partenaire. »

Un autre suggère que les hommes prendraient tout simplement moins de plaisir :

« On gémit au moment de l’orgasme parce que le plaisir est intense, alors que les femmes ont un plaisir intense tout au long du rapport ET quand elles jouissent.

Peut-être que les femmes apprécient plus les rapports que nous. »

Ahahahahahah. Ok. Ah bon.

Un troisième membre du forum tout aussi bien informé sur la réalité sexuelle des femmes hétéros avance une question d’habitude :

« La plupart des hommes se masturbent à la puberté, et ils se sont conditionnés à être silencieux pour ne pas se faire prendre. »

Bah vi, parce que les femmes ne se touchent pas, mais quand elles le font, elles kiffent que toute la maison soit au courant par contre !

L’explication la plus plausible est encore celle-ci :

« Voici ma théorie : si un mec fait tous les mouvements (s’il est au dessus pendant la pénétration), il est concentré sur ce qu’il fait et donc les gémissements ne viennent pas.

Alors que s’il est allongé et que la femme est sur lui, il n’a pas autre chose sur laquelle se concentrer que son plaisir et c’est là que le gémissement survient. »

Le partenaire « actif » serait plus focalisé sur ce qu’il est en train de faire que sur ce qu’il ressent. Ça se tient. Mais ça n’explique pas tout…

Théorie évolutionniste VS masculinité toxique

Selon une théorie évolutionniste, le gémissement de plaisir serait typique des femelles primates, dont les femmes ont la chance de faire partie.

La vocalisation copulatoire aurait pour but originel d’inciter les mâles à la compétition et à la copulation pour qu’une femelle soit fécondée par de nombreux mâles, le sperme le plus vigoureux remportant la partie.

Donc plus la femelle se manifeste fort, plus elle attire les foules et augmente ses chances de décrocher le spermatozoïde le plus badass.

De son côté, l’homme (des cavernes, entendons-nous bien) a intérêt à ne pas trop broncher s’il veut garder sa petite affaire secrète et éviter que son date se transforme en gang bang

Intéressant, mais pour le chercheur en masculinité et ancien président de l’Association Américaine de Psychologie Ronald Levant cette théorie n’est que pur « bullshit » !

Pour lui, elle est le fruit de chercheurs qui ont tenté de transposer leurs stéréotypes de genre au passé en trouvant des justifications préhistoriques au sexisme moderne.

Interrogé par MEL Magazine, il affirme qu’aucun fait ne vient prouver que nos ancêtres se comportaient ainsi. Sa théorie à lui s’appuie sur les biais très concrets de notre bonne vieille masculinité toxique.

L’homme-le-vrai est insensible et pour préserver sa virilité, ses éventuelles émotions (ça arrive aux meilleurs…) se doivent d’être cachées.

Ronald Levant suggère que cette habitude de taire ce qui les traversent ferait des hommes des partenaires plutôt renfermés.

Tandis que les femmes, élevées dans l’idée que l’expression de leurs émotions est souhaitable, n’hésiteraient pas à les partager.

L’influence du porno sur le silence des hommes

Ainsi, les hommes, une fois adultes, auraient des difficultés à s’exprimer au lit, parfois de peur que cela ne paraisse « trop féminin ».

Même s’il est difficile de savoir qui de l’œuf ou de la poule est arrivé le premier, le porno bite-centré y est sûrement pour quelque chose dans l’association gémissement/féminité…

Je vous résume 95% des scénarios de films pornos mainstream :

« Regarde comme ma (grosse) bite te donne énormément de plaisir. La preuve : tu cries très fort. »

DU COUP, la plupart des pornos mettent en scène des femmes très vocales, qui gémissent en continu d’un bout à l’autre du rapport, voire partent dans des envolées stridentes — la courbe des décibels suivant proportionnellement celle du rythme du pilonnage.

Ce qui a certainement renforcer dans l’inconscient collectif l’association du niveau sonore et du niveau de plaisir !

Les acteurs pornos s’expriment bien sûr à l’occasion, mais c’est en général pour :

  • Affirmer à quel point ils dominent leur partenaire
  • Dire des trucs insultants
  • Les deux en même temps

Le gémissement, s’il est sincère, est au minimum l’indicateur que le moment présent est pleinement vécu, que le partenaire s’abandonne, se montre vulnérable. Ça, c’est pas bon pour la virilité…

Gémir n’est pas une obligation

À ce stade de l’enquête, j’aimerais souligner que faire du bruit pendant l’amour n’a rien d’une obligation. 

Les stéréotypes de genre ne suffisent pas à expliquer que les bruits de chairs moites qui s’entrechoquent soient les seuls sons dans la pièce.

Certaines personnes sont tout simplement calmes et discrètes dans la vie, et cela se reflète au lit.

D’ailleurs, il existe aussi des femmes silencieuses au lit et nous y reviendrons prochainement (n’hésitez pas à m’écrire, les petites carpes : queencamille[at]madmoizelle.com).

Il est des personnes qui ne peuvent réprimer l’expression orale de leur plaisir et d’autres qui ne ressentent simplement pas le besoin de vocaliser leur kif, et ce quelque soit leur genre.

L’absence de gémissements ne signifie pas (toujours) l’absence de plaisir. 

Mais les râles, les expirations bruyantes et les « Oh baby » sont tout de même une composante importante de la communication au lit !

Cela donne à l’autre l’opportunité de savoir ce qui plait et de faire monter l’excitation. Le silence total peut créer des incompréhensions et laisser la place à toutes les suppositions (surtout les négatives, sinon c’est pas marrant).

En cas de doute, un petit « Ça te plaît ? » devrait permettre de te rassurer…

Et toi, plutôt placide ou plutôt sonore ? Tu as connu des hommes particulièrement discrets au lit ? 

À lire aussi : Comment faire l’amour sans bruit (chez tes parents PAR EXEMPLE) ?

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires

Marjowine

Ah moi au début je ne ressentais absolument pas le besoin de faire du bruit, mais je me forçais pour informer mon copain de quand c'était bien et quand ça ne l'était pas. Et puis bon maintenant, ça sort tout seul et c'est totalement inconscient. Je ne cris pas non plus mais ça reste des gémissements très audible. Je me suis rendue compte que je le faisais même quand je me masturbe seule. Ça fait complètement partie de ma façon de prendre du plaisir.
Et c'est vrai que mon mari ne fait pas de son, j'entends juste sa respiration accélérer au fur et a mesure. Je ne m'en suis jamais préoccupée outre mesure. Je sais qu'il est complètement épanouie dans sa sexualité et c'est bien tout ce qui m'importe ^^ (enfin, avec mon propre épanouissement sexuel hein faut pas déconner)
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!