#MaybeHeDoesntHitYou rappelle que les violences conjugales ne sont pas forcément physiques

Sur Twitter, les témoignages de violences conjugales psychologiques, verbales, rappellent que même s'il ne te tape pas dessus, ton mec est peut-être violent.

#MaybeHeDoesntHitYou rappelle que les violences conjugales ne sont pas forcément physiques

Twitter est parfois un bon moyen de faire de la pédagogie ou d’alerter l’opinion sur un sujet en particulier. Avec #MaybeHeDoesntHitYou, la twittosphère rappelle que ce n’est pas parce que ton compagnon ne te frappe pas qu’il n’exerce pas une autre forme de violence sur toi.

On a tendance à penser que dans les relations toxiques, le premier coup marque le début des violences, mais c’est très souvent faux. Avant d’en arriver à de la violence physique, celle-ci est d’abord psychologique, verbale, financière… et plus insidieuse de bien des manières car elle ne laisse pas de marque sur le corps.

big-premiere-violence-conjugale-conseils

Si tu as toi-même des doutes, ou besoin de t’adresser à quelqu’un, concernant ta propre relation ou la relation d’une personne qui t’est chère, il existe un numéro officiel gratuit, anonyme, et dont le numéro n’apparaît pas sur les factures téléphoniques : le 3919.

On ne répètera jamais assez que la violence sous toute ses formes n’est pas acceptable, et qu’il est encore plus difficile de s’en extirper lorsqu’elle vient d’un proche.

C’est pour cette raison que le hashtag #MaybeHeDoesntHitYou est loin d’être une bête idée, ce serait même plutôt tout l’inverse…

Le hashtag a d’ailleurs fait son apparition sur Twitter le 2 mai dans un message à la teneur assez claire :

Il ne te tape peut-être pas dessus, mais il a fait une grosse crise débile pendant plusieurs semaines parce que tu as coupé tes cheveux « sans sa permission »

Le hashtag a depuis été repris dans de multiples tweets, permettant aux personnes victimes de ce type de violences de témoigner et de faire la lumière sur cette attitude et cette violence qui n’ont rien de « normal ».

Il ne te tape peut-être pas dessus, mais si tu évoques les fois où il t’a blessée, il va dire que c’est toi qui le blesse en pointant du doigt son comportement.

Il ne te tape peut-être pas dessus, mais il ne te laisse jamais oublier qu’il pourrait te quitter pour une autre plus jolie que toi, moins « salope » que toi, moins émotive, moins pétée que toi.

On a tous•tes une amie, une collègue, une camarade, une soeur, une mère, une fille dans notre entourage qui est concernée par les violences conjugales. Parfois cette personne est un homme, il faut aussi le rappeler. Et dans tous les cas, il ne faut pas laisser la violence gagner.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 21 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Penny Winkeul
    Penny Winkeul, Le 16 mai 2016 à 23h00

    @Asveig Je ne suis pas psy et je ne suis pas ta pote non plus. Je n'ai donc pas de sentiments qui pourraient altérer ma réponse. Tu as donné des faits, juste des faits, des actes, j'ai dit ce que représentaient ces actes, ce qu'ils signifiaient.

    Et quand bien même tu serais schizophrène (je crois d'ailleurs que ce terme n'est plus utilisé), ça changerait quoi? Il n'en reste pas moins que son comportement est malsain et reflète de l'indifférence et de l'irrespect.

    Tu parles de paranoïa, mais je n'en vois pas dans tes posts. Tu décris juste des actions, sans y mettre d'interprétation.

    Tu ne sais pas quoi penser, je crois surtout que tu n'as pas assez confiance en toi. Si vraiment tu es perdue, tu peux essayer de te fabriquer des repères autrement, sans te poser la question de façon personnelle. Est-ce que c'est respectueux de quitter la pièce quand quelqu'un parle de choses qui lui tiennent à coeur? Est-ce que c'est bienveillant de dire "ce que tu as vécu/tu éprouves, c'est pas grave, il y a pire?

    Ou plus simplement: qu'est-ce que attends d'une relation? Comment définis-tu une relation équitable, respectueuse et équilibrée? Est-ce que la relation actuelle correspond à ta définition? Es-tu heureuse, te sens-tu respectée, aimée, écoutée, soutenue?

    Je n'ai pas les réponses à ces questions. Toi, si. Et selon les réponses que tu trouves, fais le choix qui te conviendra. Tu peux aussi en parler à d'autres gens, si tu as des proches de confiance. Collecte les avis et vois ce qui te semble le plus exact.

    Méfie-toi avec les "j'ai vu pire/il y a pire". La limite du pire, tu la fixes où? Parce que, si tu pars du principe que "y a pire", cela veut dire que tout le reste est acceptable, toutes les autres brimades. Ca veut dire que je peux te dire "Hé, Asveig, *placer ici les insultes que vous voulez*" et que tu vas laisser couler parce que "y a pire". Or non, ce n'est pas vrai. L'irrespect n'est jamais acceptable et tu ne mérites pas le large éventail de maltraitance et de violence qui précède le truc hyper dur que tu n'encaisseras pas. Et si je te parle mal, t'alertes Amy, nan mais :rire:

    D'ailleurs, les "petites" violences répétées au quotidien peuvent détruire une personne aussi bien que les coups. Ca prend juste plus de temps, mais c'est plus efficace: la victime ne parvient pas à identifier la violence, puisqu'il n'y a pas de coups, elle ne s'échappe donc pas et finit par admettre la situation comme normale et naturelle, jusqu'à perdre sa personnalité. Les dégâts peuvent être catastrophiques et ne sont pas moins réels que les bleus et les fractures.

    Je vais conclure sur ceci: ne fais pas un choix tout de suite. Prends le temps d'y penser froidement, calmement, de constater à nouveau son comportement, s'il est correct ou pas. Au besoin, demande à d'autres gens. Tu peux appeler le 3919, tu demandes si c'est normal ce genre de relations. Tu finiras bien par trouver une réponse, mais laisse-toi le temps ^^

Lire l'intégralité des 21 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)