Guide de survie à destination des personnages de films d’horreur

Voici un guide de survie à l'attention des personnages de films d'horreur qui, décidément, n'en finissent pas de mourir bêtement.

Guide de survie à destination des personnages de films d’horreur

Aujourd’hui, les films d’horreur tendent à devenir de plus en plus diversifiés, de plus en plus riches en idées et originalité. C’est vachement bien pour les amateurs du genre, même si à n’importe quelle période, il y a eu des petites pépites, tout de même. S’agirait pas de faire preuve de mauvaise foi et de jeter le bébé avec l’eau du bain (ce serait en plus considéré à juste titre comme un infanticide alors évitez s’il vous plaît).

Mais quelle que soit l’époque, il y a eu et il y a encore de bons gros navets qui piquent les yeux et qui reprennent parfois les mêmes clichés.

navet
Ce que j’ai l’impression de voir quand je me balade dans le rayon « DVD au rabais » des supermarchés.

Les clichés de films d’horreur sont régulièrement utilisés, dans des films de qualités diverses et variées. Soit ! Les clichés parfois, c’est bien. Qu’on continue à surfer dessus, moi ça me va. Mais y a bien un truc qui me chiffonne : il suffirait d’un tout petit rien pour que les personnages de films d’horreur arrêtent de mourir. Vraiment. Juste un petit peu de bon sens.

Voici mon guide de survie à l’attention des personnages de films d’horreur.

À lire aussi : Les clichés trop vus au cinéma

Arrêtez de vous séparer

Chaque fois que je regarde un film à base d’hémoglobines, de gens qui meurent et de stress, je suis surprise par ce bon vieux plan qui revient trois fois sur quatre : la séparation.

Pour aller à la recherche de la source du danger, ou pour essayer de retrouver un de leurs potes, les groupes d’amis, qui se doutent bien qu’ils sont en danger, prennent l’habitude de se séparer en équipe de une personne (deux grand maximum).

Je sais pas toi, et j’espère que tu ne m’en voudras pas trop, mais j’aimerais avancer une réflexion que je me faisais : pour trouver quelque chose ou quelqu’un qu’on cherche, il y a besoin d’un facteur essentiel : être vivant. Et c’est vachement difficile de le rester si tu pars TOUT-E SEUL-E affronter un GRAND DANGER sans possibilité autre que toi-même POUR TE DÉFENDRE.

Arrêtez de partir en éclaireur

Moi, si j’ai besoin d’un éclaireur je prends une lampe-torche. Je demande pas à un de mes potes de partir en avant pour regarder ce qu’il se passe. C’est le meilleur moyen de le faire tuer par un monstre, humain ou pas et il se trouve que j’aime trop mes amis pour les envoyer au casse-pipe.

Si j’écrivais un film d’horreur, je proposerais aux personnages de rester collés sans qu’ils ne bougent jusqu’au lever du jour (parce que la journée, le danger n’est plus), et j’interdirais à tout le monde de se déplacer pour aller uriner. Uriner c’est pour les faibles.

Mais comme je suis faible 79 fois par jour, bah, je crois que je me pissoterais dessus et ce serait très bien comme ça.

Arrêtez de tenter des blagues

Je ne sais pas bien pourquoi, mais les scénaristes de film d’horreur s’arrangent toujours pour que le petit rigolo de la bande se fasse assassiner en premier.

Je sais pas pourquoi mais je vais quand même tenter un élément de réponse : si ça se trouve, le premier scénariste de films d’horreur s’est fait quitter par sa moitié au profit d’un mec super drôle (parce que l’élu-e de son coeur, justement, en avait marre de son esprit trop dark et avait envie de rire un bon coup — en plus il passait son temps à écouter Indochine pour être d’humeur à écrire des films d’horreur et elle/il aime pas trop ce groupe).

kev adamsKev Adams se demandant si ça veut dire que son perso mourrait super vite dans un film d’horreur(dans une pose tout à fait naturelle).

Du coup il était super saoulé et il a décidé de tuer le personnage de mec marrant en premier dans l’oeuvre qu’il écrivait.

Depuis, c’est devenu une tradition.

Arrêtez d’être curieux

« Oh ! Hihihi, nous sommes en pleine nuit et j’entends un bruit vraiment très effrayant dans le grenier où personne ne va jamais. Je ne vais prévenir personne et je vais aller voir ce qu’il peut bien se passer de tellement bizarre, hihihihi, aucune raison que je puisse mourir. »

Voilà ce qu’il semble se passer dans l’esprit de tant de personnages de films d’horreur.

C’est une notion totalement abstraite pour moi qui sursaute à mes propres rots.

Arrêtez de partir en week-end dans des p’tites cabanes

Nan mais eh, franchement, au bout d’un moment faut arrêter de me prendre pour une zozo : dans beaucoup trop de films d’horreur, l’intrigue commence quand une bande de jeunes étudiants partent en week-end dans une petite maison isolée du reste du monde.

J’ai à peu près l’âge des protagonistes, alors pardonnez-moi mais je sais de quoi je parle : quand je pars en week-end ou en vacances avec mes potes, je vais pas dans le fin fond de la Creuse ou dans une petite cabane perdue au milieu de nulle part dans la Meuse. Pas que je sois snob hein, mais enfin, je veux dire, petit 1, si je pars avec mes potes j’ai plus envie de faire la fête avec plein de gens et petit 2, j’ai vu suffisamment de films d’horreur pour savoir que c’est une mauvaise idée.

Aller en groupe de jeunes personnes en week-end dans la campagne perdue, c’est le meilleur moyen de trouver la mort et il se trouve que moi, j’aime bien la vie. La vie c’est vachement bien parce que tu peux faire des trucs super cool comme manger des trucs bons et regarder des séries. Est-ce qu’on a déjà vu un mort manger des trucs bons et regarder des séries, ou d’autres trucs sympa ?

Je ne crois pas. Ou alors, ce serait drôlement inquiétant.

Alors restez en vie, personnages de films d’horreur : allez boire du jus de grenade à Châteauroux plutôt que du Coca dans le fin fond du Poitou.

freddy prinze jr dans souviens toi lete dernierOh mon Dieu Freddie, tu entends ce bruit dans le grenier où personne ne va jamais ? Allons voir ce qu’il s’y passe ! Si ça se trouve, c’est là que tu as laissé ta carte d’accès au cours pour apprendre à exprimer la crainte, que tu as vraisemblablement perdue !

Faites contrôler votre voiture de temps en temps

Je vous promets que je n’ai aucune action chez Norauto, Point S ou autre, mais au bout d’un moment, je me permets de donner un conseil très simple à destination de personnages de films d’horreur. Ce conseil est le suivant.

Compte tenu du nombre de films dans lesquels, alors qu’ils sont poursuivis par un tueur fou, les potentielles victimes sont super soulagées de retrouver leur voiture, de grimper dedans jusqu’à ce qu’elles réalisent que oh lala, elle ne démarre pas, je me dis qu’il serait peut-être vachement utile de faire vérifier son niveau d’huile de temps en temps.

À moins que ce ne soit la courroie de distribution, ou autre terme qui sent le gazole. Mais faites un truc, bon sang* !

*Plomb (Sang plomb. Gazole. HILARITÉ GÉNÉRALE)

Bon, ceci étant dit, si ces clichés n’existaient pas et si les personnages de films d’horreur ne mouraient plus, je crois qu’on n’appellerait plus ça des films d’horreur, ou qu’ils n’auraient plus rien d’effrayant.

Je pense que ce serait vachement contre-productif.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lafeemandarine
    Lafeemandarine, Le 31 octobre 2016 à 11h09

    - Les protagonistes sont dans un manoir qu'on dit hanté et tout le monde au village raconte que quiconque allumera 13 bougies devant un miroir poussiéreux libérera un démon buveur de sang? Paf! Le petit malin de la bande s'écrie: "mais non, c'est juste une légende, je vais vous le prouvez, passez-moi les bougies..."

    - On annonce à la radio qu'un tueur en série rode dans les parages? La pom-pom-girl et le footballeur décident que c'est le meilleur moment pour s'isoler dans la cabane au fond du jardin et faire une bonne partie de jambes en l'air. On a le droit d'aimer le sexe mais quand même...

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)