3 raisons d’aller voir Fireworks, la romance d’animation japonaise de l’année

Par  |  | 2 Commentaires

Kalindi a passé un très joli moment devant Fireworks, un film d'animation sensible et plein de poésie. Voilà donc 3 raisons de foncer en salles le 3 janvier voir ce feu d'artifice onirique !

3 raisons d’aller voir Fireworks, la romance d’animation japonaise de l’année

— Cet article a été publié dans le cadre d’un partenariat avec Eurozoom.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Entre Dans un recoin de ce mondeSword Art Online Movie, ou encore Your Name (sorti en décembre 2016), la France aura cette année fait la part belle à l’animation japonaise de qualité.

Et 2018 ne sera pas en reste. La preuve avec Fireworks, un produit sensible et délicat qui parle d’amour, de temps, et d’évolution.

Un joli moment de romance que je vous conseille ardemment.

Voilà donc trois raisons de tout laisser tomber, pour courir en salles voir Fireworks.

Fireworks, de quoi ça parle ?

Par une belle journée d’été, Nazuna, ravissante collégienne, défie ses deux camarades de classe Norimichi et Yusuke lors d’une course de natation. Le gagnant, Yusuke, remporte le droit d’escorter la belle au feu d’artifice.

Mais entre temps, Norimichi découvre le secret de Nazuna…

Fireworks, une animation de qualité

Sans avoir jamais été une férue de manga, je dois admettre une certaine inclinaison pour l’animation japonaise.

J’ai grandi parmi les créatures d’Hayao Miyazaki, j’ai rêvé avec Satoshi Kon, et me suis révoltée avec les héros d’Akira.

Alors je suis toujours à la recherche du nouveau petit bijou. Celui qui me fera oublier Totoro, Chihiro, Paprika, et Tetsuo.

Et je dois dire que Fireworks a relevé le pari de me faire rêver. Je me suis évadée avec Nazuna, Norimichi et Yusuke, l’espace d’une heure et demi. 

Alors je ne peux qu’être ravie.

Appliquée et soignée, l’animation est vraiment réussie, même si je déplore l’intervention ponctuelle de la 3D, qui selon moi n’apporte rien au film, ni au propos.

Fireworks, un film initiatique

Fireworks fait le récit d’amours plurielles. Les trois personnages s’aiment tous et toutes à leur manière, et leur destin va se voir chambouler par la découverte d’un objet.

Le portrait d’un moment de vie. Celui de l’adolescence.

Un moment où l’on se cherche, où l’on tâtonne, et où l’on ose finalement. 

En cela, Fireworks peut se voir comme une fable initiatique, sorte d’essai sur le changement.

Très inspirant !

Fireworks, un film familial

J’ai vu Fireworks toute seule, lors d’une projection presse.

Mais j’aurais adoré partager ce moment avec mon amoureux, qui aurait particulièrement été touché par l’écriture des personnages.

J’aurais profondément aimé le voir avec mes petits cousins, respectivement âgés de 12 et 14 ans, qui se reconnaitraient probablement dans les protagonistes principaux.

Fireworks s’adresse aux amateurs d’animation de tout âge.

Il parlera aux enfants, aux adolescent•es et aux adultes.

Chacun•e peut y trouver une petite pépite à emporter quand il faudra quitter le cinéma, laissant derrière soi les rêves de Akiyuki Shinbo et Nobuyuki Takeuchi, conteurs devant l’éternel…

Fireworks sortira dans nos salles le 3 janvier 2018.

À lire aussi : 8 superbes odyssées japonaises, à voir et à revoir

7 surprises choisies par Elise, + de 35€ de valeur
18.90€ + livraison

Commentaires
  • Fauvea
    Fauvea, Le 17 janvier 2018 à 19h01

    Au secours je sors d'une séance devant Fireworks. C'est serieusement une daube monumentale où le niveau d'animation est sacrément inégal, l'histoire plus creuse qu'un receptable à balais pour chiotte et les personnages aussi paumés que les scenaristes.
    Franchement économisez vous la douleur d'aller voir ce film. Il existe tellement de bon long metrage d'animation.
    Allez voir Your name, La traversée du temps ou Summer wars qui eux sont de vrais chef d'oeuvre nondidju.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!