Pourquoi la condamnation d’un agresseur de Julia est historique

Julia, une femme trans de 31 ans, a été agressée place de la République à Paris. Une personne a été condamnée.

Pourquoi la condamnation d’un agresseur de Julia est historique
Un agresseur transphobe condamné

Le 23 mai 2019

Un mois et demi après que Julia, femme trans, a été agressée place de la République à Paris (lire ci-dessous), un homme a été condamné.

L’agresseur a prix 10 mois de prison dont 6 mois fermes. Et ce verdict est historique.

Comme l’explique France TV Info, « c’est une première en France car la circonstance aggravante en raison du genre de la personne n’avait jamais été retenue par un tribunal ».

L’homme a donc été condamné pour violences ET pour transphobie. Un symbole fort à l’heure où, toujours selon France TV Info qui cite la procureure : « 85% des personnes transgenres [sont] régulièrement agressées ou insultées ».

Le 3 avril 2019

Julia a 31 ans, et c’est une femme trans, c’est-à-dire qu’elle a été assignée au genre masculin à la naissance. Ça fait 5 mois qu’elle a commencé à prendre des hormones pour transitionner.

Ce dimanche 31 mars, Julia a été agressée place de la République, à Paris, parce qu’elle est transgenre.

L’agression transphobe de Julia à Paris

La scène a été filmée et largement diffusée sur les réseaux sociaux. On y voit Julia face à une foule hostile alors qu’elle se tient sur les escaliers du métro.

Des gens l’insultent, l’invectivent ; d’autres, comme une jeune femme enveloppée dans un drapeau algérien, semblent vouloir l’aider.

Puis c’est la violence physique. Julia est agrippée, frappée. Elle se défend, mais les agresseurs sont plusieurs.

Au final, des agents de la RATP viennent disperser la foule et aider Julia à se réfugier dans la station de métro.

Julia raconte son agression transphobe à Paris

Julia a d’abord témoigné pour le Huffington Post. Elle raconte le contexte de l’agression, l’exhibitionnisme, les attouchements, l’attitude peu respectueuse des agents de la RATP qui l’ont aidée, la violence et ses conséquences.

« J’avais réussi à avoir confiance en moi et là ils ont tout détruit. […]

Le plus traumatisant ce n’est pas les coups ou la douleur, mais l’humiliation. C’est ça qui est le plus dur à gérer. C’est un choc psychologique, je me suis sentie salie. »

Julia a décidé de porter plainte. Je rappelle qu’en France, la transphobie est une discrimination inscrite dans la loi. Je cite le Ministère de l’Intérieur :

« L’identité de genre et l’orientation sexuelle font partie des 23 critères de discrimination, comme le sexe, l’âge, le handicap, l’apparence physique ou encore les opinions politiques et religieuses…

Les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre sont un délit passible de sanctions pénales :

  • 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende
  • 5 ans d’emprisonnement et 75 000 € quand le refus discriminatoire est commis dans un lieu accueillant du public ou commis par une personne dépositaire de l’autorité publique. »

Julia refuse les amalgames racistes après son agression transphobe

Si Julia s’est retrouvée face à une véritable foule place de la République, au lieu des passants habituels, c’est parce qu’une manifestation y avait lieu.

Les manifestants et manifestantes protestaient contre Abdelaziz Bouteflika, le président algérien très controversé qui vient d’ailleurs de démissionner.

Les drapeaux algériens et l’origine maghrébine de certaines personnes agressant Julia n’ont pas échappé à celles et ceux qui aiment à penser qu’en France, ce sont « les autres » le problème…

J’ai pu lire, à de nombreuses reprises, que si Julia a été agressée, c’est parce qu’elle était au milieu d’arabes. Parce qu’elle était au milieu de musulmans.

La transphobie n’a pourtant ni origine, ni couleur de peau. Et Julia refuse de voir son histoire ajouter de l’eau au moulin de l’intolérance. Elle l’exprime très bien chez RMC :

La transphobie, tout comme le sexisme, l’homophobie, le harcèlement de rue, n’est pas l’apanage d’une culture ou d’un pays.

C’est par l’éducation à la différence et à la tolérance, par des mobilisations comme la Marche des Fiertés ou #NousToutes contre les violences sexuelles, que les choses changeront.

J’envoie en tout cas tout mon soutien à Julia, et je salue son courage : celui de prendre la parole en public, de raconter son histoire, de ne pas se laisser instrumentaliser.

À lire aussi : Vis ma vie d’homme trans, de la prise de conscience à la transition

Mymy

Mymy

Mymy est la rédac chef adjointe de madmoiZelle et c'est elle qui gère la rubrique masculinité (dont fait partie son podcast, The Boys Club). Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

marie3009

Le chemin à parcourir reste long, mais cette condamnation est une belle victoire !
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!