De l’art d’éviter de mourir de faim le 31 de chaque mois

Ça fait à peu près 2 ans que j’ai pris mon indépendance. Si vous aussi vous vous êtes émancipées du foyer familial, vous savez ce que c’est : les factures à payer soi-même (« donc mon virement est pas passé ? Donc je suis à découvert ? Je me disais bien… »), de soudaines relations […]

De l’art d’éviter de mourir de faim le 31 de chaque mois

Ça fait à peu près 2 ans que j’ai pris mon indépendance. Si vous aussi vous vous êtes émancipées du foyer familial, vous savez ce que c’est : les factures à payer soi-même (« donc mon virement est pas passé ? Donc je suis à découvert ? Je me disais bien… »), de soudaines relations de voisinage à gérer (« si le vieux monsieur au dessus de chez moi était passé à ma soirée comme je l’ai invité à le faire via ma petite affichette dans l’ascenseur, il aurait bien vu que la bonne ambiance justifiait le bruit ») et… le frigo vide, quand le 31 de chaque mois approche.

Pour contrer la disette imposée par le compte en banque presque vide, j’ai trouvé ma solution. Pourquoi toujours choisir de creuser un découvert quand un peu d’organisation et d’imagination peut vous dispenser de multiplier les courses au Franprix du coin ?

LES SURGELÉS

Cette assiette hyper colorée par exemple : elle n’est composée que de légumes surgelés, ceux que l’on trouve dans ces énormes sachets de 1,5kg au rayon frais. Tout le monde sait que les légumes (surtout à Paris) sont chers. Et même si tout le monde sait que c’est au marché que l’on trouve les légumes les moins chers, tout le monde sait aussi que se réveiller tôt un dimanche matin quand on a fait la shouille la veille, c’est comme croire que les horoscopes dans les magazines ça marche vraiment : c’est de la connerie. Les surgelés sont une bonne façon d’avoir toujours chez vous plusieurs sortes de légumes, et de quoi les accommoder avec tout.

Pensez aux soupes (épinards + oignon + crème fraîche, le tout au mixeur – un classique), aux poêlées (plein de légumes revenus dans de l’échalote et mélangés à du riz), aux purées (à la portée du dernier des cordons bleus) et aux accompagnements qui rendent équilibrés toute assiette contenant un steak haché ou une grosse andouillette.

LES MIX

Ne croyez surtout pas que avec plein de restes, on ne peut rien faire de bon. Au contraire. C’est là qu’il faut faire appel à votre créativité et imaginer les plus belles assiettes possibles. Dans cette assiette par exemple, il y a un reste de salade tomates-concombre préparée la veille + une dernière cuiller de gratin du midi. J’ai juste ajouté quelques tranches de ce corned beef retrouvé au fond d’un placard, que j’ai fait revenir dans un peu de matière grasse avec des oignons frits.

Ne jetez pas vos restes, même quand ils sont vraiment petits. Songez à la grosse tambouille que vous pourrez toujours préparer le lendemain. Pensez aussi qu’une grosse association de restes peut faire un très bon tupperware pour le midi en semaine. Toujours moins cher qu’un menu panini-canette à 6 euros qui vous rassasie à peine.

LES OEUFS ET LE FROMAGE

Ce n’est peut-être pas un hasard, si, lorsque vous rentrez de soirée et que vous ressentez une monstrueuse faim qui vous oblige à vous ruer sur toute la bouffe de votre cuisine, vous rêvez souvent de fromage fondu et d’oeufs. Ces 2 aliments sont consistants, goûtus, et assaisonnables à l’infini. Pensez à toujours en avoir chez vous. Pas qu’il faille en bouffer tous les jours (pensez à votre cholestérol), mais de temps en temps, qu’est-ce que ça peut ajouter du potentiel sexy à un plat !

Imitez l’assiette Tennessee que proposent certaines brasseries : posez sur un steak cuit à votre façon, une tranche de fromage (les fameuses Toastinettes) et un oeuf au plat. Le truc est bourratif, donc accompagné de légumes, c’est parfait. Avec des carottes râpées et une crêpe au fromage par exemple, c’est un peu le paradis dans votre assiette.

LES TARTES SALÉES

La révélation des premiers mois de mon indépendance : faire une tarte salée, ce n’est pas compliqué !Le world wide web regorge de recettes toute simples à réaliser. Dérouler une pâte brisée achetée 2 euros tout au plus, et y déposer légumes, thon, fromage, tout ce que vous voulez, mélangés à des oeufs pour faire tenir le tout. Si vous avez un peu de temps devant vous, la tarte salée c’est du grand génie. Pensez au gain de temps pour les repas d’après : une part réchauffée au micro-onde, et quelques feuilles de salade à côté, et le tour est joué. Sur la photo, ma tarte thon-brocolis. Avec une moitié saupoudrée de fromage râpé, pour mon mec.

En bref : imagination + petit budget font tout à fait bon ménage. Vous voyez bien que pour survivre, vous n’êtes pas obligées de a) faire la grève de la faim, b) vous traîner systématiquement au McDo, c) piller le frigo de Papa Maman quand vous allez les voir le week-end ! Restons dignes.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 24 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Marie Obrigada
    Marie Obrigada, Le 23 août 2013 à 17h39

    Je trouve ça dingue qu'on soit obligé de donner ce genre de conseils. Ça me parait tellement aller de soit. Évidemment qu'on ne jette pas les restes mais qu'on les réutilise, ne serait-ce qu’en buffet de reste, et pas forcément à la fin du mois, toujours. Évidemment qu'on cuisine (même du surgelé) au lieu d'acheter des plats tout près 3 fois plus chers.
    Bon c'est bien de le dire, mais vraiment je me demande comment autant de personnes ont pu perdre ces fondamentaux. C'est un peu comme les conseils anti-canicule, il s'agit juste d'adopter un comportement logique et on en parle partout comme si c'était l'invention du siècle.

    Ceci dit, comme souvent sur mad, on parle de sujet plus ou moins intéressant (de mon point de vue) mais avec ce petit plus d'humour qui donne quand même envie de lire. :)

Lire l'intégralité des 24 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)