Eric Toledano et Olivier Nakache réalisent un spot contre l’alcool au volant

Eric Toledano et Olivier Nakache ont réalisé un spot contre l'alcool au volant pour l'Association Ferdinand.

Après Lorsque l’amour sera mort par Erick Zonca, avec Élodie Bouchez et Pascal Elbé il y a quelques jours pour la Sécurité Routière, c’est au tour de l’association Ferdinand de nous dévoiler son nouveau spot, Le Bon Vivant. C’est le second de son partenariat avec VINCI Autouroutes, un an et demi après Ivresse de Guillaume Canet.

À lire aussi : « Lorsque l’amour sera mort », le court-métrage poignant pour la Sécurité Routière

C’est Eric Toledano et Olivier Nakache, les réalisateurs entre autres d’Intouchables qui ont réalisé ce court-métrage invitant à être plus responsable au volant. Plus précisément, il se concentre sur les dangers de la conduite en état d’ivresse, cheval de bataille de l’association. Dans Le Bon Vivant, on fait la connaissance de Lucas, personnage attachant qui aime faire la fête, qui aime ses parents, qui aime ses potes et qui aime boire des coups…

L’association Ferdinand (dont le mot d’ordre est « Amuse-toi mais reste en vie ») lutte contre l’alcool au volant. Elle a été créée par l’acteur Patrick Chesnais, suite au décès de son fils, en 2006, alors qu’il avait 20 ans et qu’il était passager d’un véhicule conduit par une personne en état d’ivresse.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 17 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Zgu
    Zgu, Le 22 mai 2015 à 13h51

    Bah honnêtement je pense pas qu'un spot peut vraiment faire réfléchir un jeune. Ça reste une fiction, ils gardent un certain recul par rapport à ça et ne s'y voient pas. Je parle pour ceux qui pensent que ça n'arrive qu'aux autres. Peut être de vraies images filmées sur les lieux des accidents, sans forcément de gros plan sur le sang et les blessures, mais voir l'agitation autour d'un corps inerte, une carcasse de voiture en miettes, les urgences, le bloc (toujours sans pour autant filmer ce qu'il se passe sur le table), Les années à s'en remettre, la souffrance physique et psychique....
    Encore mieux, je pense qu'au lieu d'envoyer des gendarmes dans les écoles pour raconter ces histoires, ils pourraient envoyer les élèves dans les centres de rééduc. Avoir face à soi une vraie personne d'à peu près le même âge qui ne marche plus, bouge juste le menton pour guider son fauteuil roulant électrique, qui est maigre parce qu'il a perdu toute sa masse musculaire, qui a l'air si différent si handicapé et pourtant il y a pas si longtemps il était comme eux... Ça fait réfléchir.
    Et on ne met pas assez en avant le danger qu'ils peuvent être pour les autres aussi. On peut s'en sortir sans égratignure mais tuer quelqu'un d'autre. Là aussi leur vie est gâchée. J'ai connu un garçon à peine plus jeune que moi qui était vsl ambulancier. Il a eu un accident après avoir un peu fumé et bu, et le conducteur d'en face, un papi, est mort. Lui n'a rien eu, mais a perdu son emploi, a fait de la prison du coup et ne se remet toujours pas d'avoir tué ce papi. Comment peut on se relever après ça...

Lire l'intégralité des 17 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)