EnjoyPhoenix et son succès : pourquoi tant de haine ?

La youtubeuse EnjoyPhoenix est sur tous les écrans en ce moment... Et pourtant, la jeune femme à succès essuie depuis plusieurs semaines de vives critiques. Et si on lui foutait un peu la paix ?

EnjoyPhoenix et son succès : pourquoi tant de haine ?

Mise à jour du 9 octobre 2015 — Hier soir, EnjoyPhoenix était invitée au Grand Journal… et une nouvelle fois, elle a été accueillie d’une manière déplorable. Les chroniqueurs, chroniqueuses et invité•e•s du plateau diabolisaient Internet et la consommation qu’en font les membres de cette FAMEUSE « génération Y ».

Pour commencer, je soulignerai la subtile introduction de Maïtena Biraben pour présenter la jeune youtubeuse : « c’est Enjoy Phoenix, elle fait des tutos, et, euh, voilà ». Puis, pleins de condescendance, les chroniqueurs ont posé leurs questions à Marie.

— Dans un monde sans Internet, vous feriez quoi de vos journées ?
— S’il y a une panne d’électricité, vous faites quoi ? Vous allez marcher ? Voir des gens ?

Parce que bien évidemment, « nous les jeunes » on ne peut pas vivre deux jours déconnectés sous peine de nous éteindre !

Cette nouvelle « interview » montre que cet article sur EnjoyPhoenix est toujours d’actualité. Et si, au lieu mépriser les jeunes qui réussissent, on essayait un peu… par exemple… de les encourager ?

Publié initialement le 9 juin 2015 — La célèbre youtubeuse Marie Lopez (alias EnjoyPhoenix) vient de sortir un livre. Actuellement en pleine promotion de son ouvrage,  elle est invitée sur de nombreux plateaux télé comme celui de C à vous ou encore du Supplément. Récemment, Augustin Trapenard a même fait une chronique littéraire à son sujet dans Le Grand Journal.

Régulièrement, je suis agacée par le traitement médiatique qui lui est accordé : regards complices sur le plateau, questions rhétoriques pleines de condescendance, jugements… Les journalistes ne sont pas tendres avec la jeune Marie, lui parlent comme si elle était stupide et critiquent, à travers le prisme de la youtubeuse, toute la « génération Y ».

À lire aussi : Usul parle de la génération Y, ces jeunes « désabusés »… qui changeront peut-être le monde

Dans cette interview, notamment, j’ai été choquée par les remarques des personnes présentes sur le plateau. Lorsque Marie explique qu’elle a lancé sa chaîne YouTube pour vaincre l’isolement social auquel elle devait faire face, la journaliste présente lui rétorque « Ça dit des choses sur la jeunesse d’aujourd’hui ? Une forme d’isolement ? Internet est un moyen de créer des liens qui n’existent plus dans la vie réelle ? ». Et puis on attaque le fait qu’elle mette sa vie en scène en lui disant que « ça va finir comme les Kardashian cette histoire ». Enfin, l’air de rien, elle utilise l’exemple d’EnjoyPhoenix pour stigmatiser toute une génération qu’elle qualifie de « jeunesse isolée et narcissique »

Quel raisonnement de « vieille conne », si je peux me permettre. Oh oui, on est de vilains jeunes avides de likes. Oh oui, suivez-moi sur Instagram je vous en supplie ! Chère madame-de-la-télé, je ne vais pas m’étendre là-dessus trop longtemps car ça pourrait faire l’objet d’un article entier, mais pour moi, les réseaux sociaux ne sont que le reflet de la société. Les comportements de la vie réelle se transposent en ligne. C’est-à-dire que quelqu’un qui est régulièrement en quête d’attention dans la vie le sera aussi sur Facebook. Une fille qui aime beaucoup se regarder dans le miroir mettra beaucoup d’images d’elle sur son profil (et alors ?). Tout comme quelqu’un d’assez pudique dans la vie n’ira pas étaler son quotidien sur Instagram !

En fait, on est pareils que vous, sauf qu’on a une vie réelle et une vie « en ligne ». Les réseaux sociaux ne sont pas responsables de tous les maux, il y avait bien du harcèlement scolaire avant Facebook, non ? Je t’assure qu’on est pas tous « isolés et narcissiques ».

À lire aussi : « Look Up », la vidéo qui méprise la « génération Y »

enjoy phoenix poids harcèlement beauté

Bref, revenons à nos moutons (ou plutôt à nos Phoenix) ! Non seulement la jeune Marie se prend des réflexions de vieux cons à tour de bras, mais en plus, le fait qu’elle tienne une chaîne « beauté » semble attiser la condescendance. Régulièrement, lorsque le présentateur demande aux invités « connaissez-vous EnjoyPhoenix ? » ceux-ci répondent d’un regard amusé « euuuh non je ne connais pas, c’est du maquillage, les tutos, tout ça, merci bien, c’est pas pour moi, ha ha ». Qu’y a-t-il de mal à tenir une chaîne sur le maquillage ? Pourquoi tout ce qui touche à la beauté est immédiatement catalogué de « superficiel » ou « futile » ?

N’y aurait-il pas une petite dose de sexisme derrière tout ça ? Les mecs qui font des reviews de jeux vidéo sur YouTube se font-ils AUTANT lyncher ? Vous remarquez le paradoxe : nous sommes dans une société faite d’injonction à la beauté, dans laquelle on place malheureusement l’apparence physique au centre de nombreuses interactions… MAIS s’intéresser à la beauté fait de nous quelqu’un de stupide. Où est la logique ?

À lire aussi : « Moins tu sais que tu es belle, plus tu l’es », une double injonction bien stupide

Pour tous ceux qui s’amusent à la descendre sur les réseaux sociaux, pour tous ceux qui la prennent pour une cruche, voici les raisons pour lesquels vous devriez respecter EnjoyPhoenix.

Elle a monté un empire

ENJOY-LIVRE
Marie Lopez a 20 ans, elle est sa propre patronne et gagne autour de 300 000€ par an. Elle vit dans un immense appartement à Lyon. Qui aujourd’hui peut se targuer, à 20 ans, d’être propriétaire, d’être n°1 des ventes en librairie, de vivre de sa passion, de gagner suffisamment sa vie pour être totalement indépendante financièrement grâce au fruit de ses labeurs ?

Ce n’est pas une « fille de », c’est une self-made-woman qui a bâti un empire, pierre par pierre, de ses propres mains.

Indépendante dans son boulot, elle est à la fois rédac chef de la ligne éditoriale de ses propres chaînes, éditrice de contenus, vidéaste, monteuse, community manager, commerciale… Tout ça, en autodidacte et  à 20 piges ! Personnellement, elle a tout mon respect.

Si vous suivez ses vlogs, vous pouvez vous rendre compte qu’elle a un rythme de vie incroyable. Elle semble bosser 7/7j et presque 24/24h. Perso, à 20 ans je décuvais des soirées étudiantes sur les bancs de la fac. Elle, à cet âge-là, elle gère d’une main de fer son business !

Une véritable sincérité

Si on lui reproche régulièrement de livrer beaucoup de détails sur sa vie personnelle (jusqu’à comparer son boulot à de la téléréalité), je trouve qu’on ne peut pas lui enlever la sincérité avec laquelle elle fait ses vidéos.

ENJOY-VERGETURE

Sur sa chaîne, on peut la voir les yeux bouffis au petit matin, remarquer son acné (qu’elle nous apprend d’ailleurs à maquiller), distinguer ses cernes… À une époque où la plupart des femmes mises en avant dans les médias sont souvent des mannequins hors-norme, maquillées, photoshoppées. Je trouve que ça fait du bien d’avoir dans notre paysage médiatique une jeune fille lambda, sans fards.

Parce que quand j’vois ses boutons et ses yeux fatigués, ben j’me dis que je ne suis pas la seule et j’trouve ça rassurant. Et si ça rassure aussi des adolescentes complexées, c’est plutôt bien non ?

De même, EnjoyPhoenix n’hésite pas à prendre position sur des sujets de société assez sérieux, comme le poids ou encore le harcèlement scolaire. Elle utilise son audience pour aider les ados et passer des messages qui lui tiennent à cœur. Peut-être que la forme peut vous déplaire mais le fond part tout de même d’une belle intention, non ? Combien de personnes sur YouTube prennent le risque de s’affirmer sur des sujets aussi délicats ? D’autant plus qu’elle en parle à la première personne : comme une grande soeur, elle témoigne et nous livre ses failles.

Elle a la tête sur les épaules

Avec la vie qu’elle mène, elle aurait pu péter les plombs un peu près 1000 fois. Face à son nombre d’abonné•e•s croissant et à sa notoriété exponentielle, elle pourrait choper la grosse tête. Pourtant, elle semble rester humble et est encore émerveillée par tout ce qui lui arrive.

Elle respecte énormément ses abonné•e•s et n’hésite pas à faire toutes les villes de France pour aller à leur rencontre. Sa simple présence génère une hystérie telle que j’étais flippée rien qu’en regardant cette vidéo !

Vivre une telle notoriété aussi jeune n’est pas une chose facile à gérer et je trouve qu’elle s’en sort plutôt bien (à sa place je serai tellemeeeent devenue une grosse conne).

De même, si de nombreuses adolescentes l’adulent, le déferlement de haine à son égard sur les réseaux sociaux donne aussi le vertige. On peut, je le comprends tout à fait, ne pas aimer ses vidéos. Mais sérieusement, qu’est-ce qui justifie qu’on lui vomisse dessus à ce point ?

Pour avoir testé (à une bien moindre échelle) la violences des commentaires sur le Web, je peux vous dire que c’est assez déstabilisant. Alors quand je vois la vague de violence qu’elle se prend dans la tronche au quotidien et que malgré tout, elle continue son taf la tête haute. Ben j’ai envie de lui dire, bravo !

Enjoy phoenix business girl youtube

Je ne sais pas si c’est parce que c’est une jeune femme, parce qu’elle bosse sur le Web ou parce qu’elle travaille dans le domaine de la beauté — sûrement un peu des trois. Mais je ne comprends vraiment pas la haine et la condescendance qu’EnjoyPhoenix peut attiser. Pour moi, son parcours est incroyable, mais visiblement il ne suffit pas de réussir pour être légitime. Il faudrait réussir dans un domaine « socialement accepté » pour être reconnu•e. Dans ce cas, serait-il possible de me fournir la liste exhaustive de ces domaines (c’est pas pour moi, c’est pour une amie) ? Que vous n’appréciez pas ses vidéos et que vous trouviez que son livre ne vaut pas Baudelaire, c’est une chose… mais pourquoi cet acharnement ?

Marie, si tu lis cet article, bravo pour ton parcours. Trace ta route, tu as bien raison !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 631 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lynéa
    Lynéa, Le 25 janvier 2016 à 21h57

    En vérité je ne vois pas le problème de ce "débat". En général je parle.
    Si elle a du succès et qu'elle aide des jeunes filles qui manque de confiance en elle : c'est génial ! Pourquoi des personnes se sentent-elles obligées de critiquer sa vie et ses choix (et pour le coup : son métier) ?

Lire l'intégralité des 631 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)