« Edge of Tomorrow » ou la science-fiction façon poupées russes

« Edge of Tomorrow », qui sort aujourd'hui en DVD, est un film de science-fiction avec de LA BAGARRE, Tom Cruise et Emily Blunt. Si le genre vous plaît, alors foncez !

« Edge of Tomorrow » ou la science-fiction façon poupées russes

Parmi les nombreux trucs que j’aime dans la vie, il y a :

  • Les films d’action
  • Les mechas, gundams et autres exosquelettes
  • Les aliens
  • Tom Cruise, qui me fait craquer depuis des années (j’assume moyennement)
  • Être (agréablement) surprise au cinéma

Parmi les trucs que je n’aime pas, il y a :

  • Voir un film que tout le monde a encensé, me rendre compte que mes attentes étaient trop grandes, me rendre compte que c’est un film comme tant d’autres, être déçue, pleurer sur mes euros perdus

Par exemple, un jour j’ai décidé de regarder le reboot récent du film d’action Dredd, parce qu’absolument tout le monde sur Reddit disait que c’était un petit chef-d’oeuvre injustement passé inaperçu. Et si ce n’était pas un navet total, je n’ai pas trouvé que c’était une pépite de cinéma. Du coup, quand j’ai vu ces mêmes utilisateurs de Reddit porter aux nues Edge of Tomorrow, je me suis forcée à modérer mon enthousiasme : chat échaudé craint l’eau froide, comme on dit, ce que je ne comprends pas puisque logiquement il devrait craindre l’eau chaude, mais les chats étant de merveilleuses créatures quelque peu concon, on va dire que ça passe.

Ai-je eu raison de calmer mon slip en guise de mesure de précaution ? Voyons ça ensemble !

Edge of Tomorrow, un film surprenant (dans le bon sens du terme)

Edge of Tomorrow, adaptation du roman japonais All you need is kill d’Hiroshi Sakurazaka (plus précisément l’adaptation d’une pièce tirée du roman), se déroule dans un futur proche. L’humanité toute entière est en guerre contre l’Envahisseur avec un grand « E » : des aliens pas vraiment venus en paix qui dézinguent de l’humain pour le petit-déjeuner avant même de faire le café, ce qui n’est pas très très poli. Ils sont forts, ils sont rapides, ils sont nombreux, et on est bien dans le caca.

Le Major William Cage (Tom Cruise), qui gère les relations publiques de l’armée et est plus à l’aise derrière un micro que le doigt sur la gâchette, est envoyé au front après un embrouillamini qui l’a conduit à se mettre à dos un Général quelque peu chatouilleux. Une bataille capitale se prépare en Angleterre, où les humains prévoient un remake du débarquement de Normandie, mais Cage, la bagarre, c’est pas trop son truc. Lui, il était bien content quand il allait de plateau télé en plateau télé pour dire « tout se passe très bien l’humanité lutte pour sa grandeur et l’armée protège les bons citoyens de ce pays béni par Dieu », mais bon, la guerre c’est la guerre, même quand on a pas envie de la faire.

tom-cruise-edge-of-tomorrow

Voilà donc notre cher Tommy à l’aube de la bataille, notamment aux côtés du sergent Rita Vrataski (Emily Blunt), surnommée Full Metal Bitch, célèbre pour avoir dézingué de l’extraterrestre à tout va lors d’un précédent combat, notamment grâce à son super exosquelette armé jusqu’aux dents. Voilà, c’est la fin de l’intro du film, Cage serre les fesses de toutes ses forces, Vrataski est l’incarnation de la « meuf-badass-qu’il-faut-pas-faire-chier », et bientôt c’est LA BAGARRE.

Et bon, je ne vais pas vous en dire plus, parce qu’Edge of Tomorrow passe ensuite dans une dimension assez surprenante. Moi je n’étais pas au courant quand je l’ai vu et j’ai vraiment kiffé découvrir ça sans rien savoir d’avance, donc mon conseil, c’est : ne lisez pas les critiques, ne regardez pas la bande-annonce, ne regardez même pas trop l’affiche, en fait, lancez le DVD et savourez, c’est cool !

Mais bon, je suis pas payée à rien faire donc je vais développer un peu ce qui fait d’Edge of Tomorrow un bon film, sans rien vous spoiler, promis.

Les aliens les plus cool depuis District 9 (au moins)

Je l’ai déjà dit, j’aime bien les aliens. Sauf que trop souvent, ils ont la dégaine d’humains de toutes les couleurs (comme dans Les Gardiens de la Galaxie), de petits hommes verts (généralement gris) ou de bestioles un peu chelou comme dans le très passable After Earth.

Dans Edge of Tomorrow, les aliens sont cool. Super cool. Fascinants, originaux, résolument étranges et incompréhensibles. Aucun extraterrestre ne m’avait autant enthousiasmée depuis les émouvantes « crevettes » de District 9, c’est dire ! Ici, les aliens sont des boules de tentacules aux mouvements brusques, qui paraissent erratiques au premier abord mais se révèlent fulgurants et surtout mortels.

alien-edge-tomorrow

SALUT L’HUMANITÉ VOUS ÊTES FOUTUS BISOUS

Non mais sérieux, regardez-moi ce truc ! La façon dont il bouge, cette masse de câbles à l’air semi-organique, semi-métallique, l’absurdité violente des mouvements façon insecte vénère, LA TAILLE DU BONHOMME, le moment à la fin où il semble se ramasser pour bondir de sa dune…

Il est possible que j’ai tapé des mains quand le premier alien est apparu à l’écran, heureuse comme une gamine qui voit un tigre sortir de sa tanière au zoo. Parce que je n’attendais pas grand-chose d’Edge of Tomorrow, à part, au moins, des méchants classieux. Et là, je n’ai clairement pas été déçue !

Il existe différents types d’extraterrestres dans le film, mais c’est vraiment ces boules de tentacules qui m’ont le plus séduite. Du coup, je ne vous révèlerai pas le design des autres, tout à fait cool aussi mais un peu moins originaux, un peu moins surprenants, un peu moins… bizarres.

Full Metal Bitch n’est pas une demoiselle en détresse, et elle le fait (un peu trop) savoir

Rita Vrataski, a.k.a. Full Metal Bitch, est une autre bonne surprise d’Edge of Tomorrow. Même si Cage reste le héros, ça fait plaisir, mine de rien, de voir Tom Cruise dans un rôle de soldat-mais-gros-boulet tentant de suivre les enseignements d’une femme résolument badass, guerrière et patriote, comme on en voit encore trop peu dans les films d’action.

edge-of-tomorrow-full-metal-bitch

Certes, Full Metal Bitch est tout de même un semi-cliché : celui de la guerrière froide et un peu antipathique qui s’ouvre petit à petit au contact du héros, le seul capable de percer sa carapace (quasiment au sens propre dans Edge of Tomorrow, vu la gueule de l’exosquelette). Mais au moins, ce n’est pas la fidèle épouse qui s’occupe des gosses pendant que Môssieur sauve le monde, ni la demoiselle en détresse capturée par le méchant qui se fait des tresses en attendant que Môssieur la sauve.

Elle n’a pas énormément de background, mais Cage non plus, finalement : le film se concentre sur ce que sont ses personnages pendant la guerre, et c’est pas plus mal. Pas de « les aliens ont tué mon bébé et j’ai juré sur sa tombe de le venger », pas de « mon père a toujours voulu avoir un fils, du coup je n’ai jamais été comme les autres filles »… de la baston, des flingues, des aliens partout, on reste sur les bonnes bases.

Les personnages comme celui de Full Metal Bitch, du type « mentor-super-badass-qui-connaît-trop-bien-l’ennemi-et-te-traite-mal-pour-ton-bien » sont généralement des mecs, du genre vieux major aguerri, donc c’est rafraîchissant de voir Emily Blunt endosser le rôle ! Mention spéciale au fait qu’elle est habillée comme les autres soldats, n’est pas sexualisée et ne se bat pas en ondulant gracieusement mais en démolissant tout avec ses gros joujoux.

Pour être honnête, Edge of Tomorrow n’est pas non plus LE film de l’année et sa structure assez originale ne résiste pas à un examen approfondi, mais c’est un vrai bon moment de cinéma, de bagarre et d’intrigue inattendue, avec des exosquelettes de ouf, des aliens impressionnants et des rôles qui sortent un peu des clichés du genre. Parfait pour une soirée DVD, en somme !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Loxlady
    Loxlady, Le 27 octobre 2014 à 10h00

    Big up pour cet article, j'ai beaucoup aimé ce film !
    Je ne suis pas fan fan de Tommy à la base (ses films sont toujours auto-centrés sur lui c'est relou à la longue) et là, le voir camper un gros boulet, couard et au final bien réaliste l'a fait remonter dans mon estime.

    Spoiler

    En dehors de ça, j'ai complété ma vision du film par le manga que j'ai trouvé bien foutu. Pour le coup il apporte une seconde vision de l'histoire (la fin n'est pas du tout pareil) et j'avoue que maintenant j'aurai préféré voir le film finir comme le manga. :)

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)