Comment éviter la déprime de la rentrée ?

La rentrée est souvent marquée par une petite période de déprime, lorsque les derniers grains de sable ont quitté nos baskets et qu'il faut remiser le bikini au placard. Voici comment l'atténuer !

Comment éviter la déprime de la rentrée ?

Cette fois, c’est sûr : l’été est derrière nous, et les vacances sont bel et bien finies. Vous savez comme parfois, la fin de la saison estivale et le retour au quotidien peuvent être difficiles à gérer ? Comme on peut rapidement retrouver sa mauvaise humeur d’avant les vacances ? 

À lire aussi : Le cafard de la rentrée — Chroniques de l’Intranquillité

Las ! Dans un article pour CNN, Jesse Singal propose de glaner quelques conseils « psycho » pour conserver un peu plus longtemps le bonheur des vacances.

Parlez de vos étés, souvenez-vous de vos vacances !

Plusieurs recherches scientifiques ont déjà suggéré que nos « expériences » nous rendent plus heureux que des biens matériels. Autrement dit, il y a de grandes chances pour que ce que l’on fait pendant nos vacances nous apporte un peu de satisfaction et de bien-être… et lorsque l’on « achète » un voyage (donc une expérience), on achète aussi les souvenirs, les histoires à raconter.

En racontant nos vacances, en prenant soin de nos souvenirs de vacances, nous pourrions maintenir un peu le bonheur lié à ces expériences !

forgetting-sarah-marshall

Finalement, en rentrant de Palavas-les-Flots, de Bourg-en-Bresse ou de New York, prendre le temps de créer des petits carnets de vacances, faire développer ses photographies, ou simplement narrer les bons moments de nos périples à nos proches pourraient être des moyens de rester vacancier•e•s pendant un peu plus longtemps.

Ne comparez pas vos vacances à celles des autres

Souvent, voir la vie parfaite de nos contacts sur Instagram peut être hyper déprimant : quand l’appart de votre copine semble avoir été relooké par un designer scandinave, alors que votre propre studio est tapissé par la litière de votre chat (qui se prend pour le Petit Poucet, faut croire), vous pourriez avoir tendance à vous comparer très vite – SA VIE EST MIEUX QUE LA MIENNE, LA MIENNE EST TOUTE POURRIE.

À lire aussi : Ma vie c’est pas Pinterest (mais je le vis bien)

C’est un peu pareil pour les vacances : si vous avez passé un séjour agréable, il vaudrait peut-être mieux éviter de le comparer à celui d’autrui. Il est possible que votre voisin•e de table soit allé•e plus loin, dans un pays plus chaud, avec une mer plus bleue, pendant plus longtemps… Et en faisant ces constats-là, nous pourrions être tenté•e•s de voir nos propres vacances de façon négative.

vicky-cristina-barcelona

Barcelone c’est sympa, mais Saint Nazaire le Désert, dans la Drôme, c’est pas dégueu non plus

Chacun de nos voyages, chacune des choses que nous vivons est unique ; et en nous concentrant sur les aspects personnels de nos expériences, en évitant de comparer la taille de nos vacances (si vous voyez ce que je veux dire) à celles des autres, nous pourrions rester plus serein•e•s sans entacher nos jolis souvenirs.

Vacances bien préparées = bonheur maximisé

Des recherches psychologiques ont identifié un drôle de phénomène : l’effet de primauté et de récence. Cela veut simplement dire que nous avons une large tendance à nous souvenir plus facilement des informations que nous recevons en premier et en dernier.

Autrement dit, nous pourrions mieux nous souvenir du début et de la fin de nos vacances que de ce qu’il se passe au milieu ! Si on commence par trois jours pourris passés à nettoyer les placards et dégivrer le frigo, nous risquons de nous rappeler bien fort de ces trois jours et de « pourrir » le souvenir global (enfin, sauf si nettoyer les placards et dégivrer le frigo fait partie de vos petits kifs).

broad-city

Du coup, en planifiant des vacances, il vaut mieux porter une attention toute particulière aux premiers et derniers jours de congé. Prévoir des trucs bien cool le premier et le dernier jour pourrait vous aider à être encore plus satisfait•e•s !

Je ne sais pas si ces trois p’tites astuces nous aideront à affronter le retour à l’école ou au boulot… Mais juste une dernière chose : pour éviter d’avoir le moral dans les chaussettes au mois de septembre, nous pourrions aussi cultiver notre sentiment de gratitude pour ces chouettes vacances, pour celles et ceux qui ont contribué à notre bonheur et bien-être estival — parce que la gratitude permettrait aussi d’être plus serein•e !

À lire aussi : Pourquoi je préfère l’automne à l’été

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • PetiteMénade
    PetiteMénade, Le 30 août 2016 à 8h11

    Cette année, j'avais pas de vacances mais trouvé le job idéal dont le contrat se termine la semaine prochaine... j'ai envie de chialer.

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)