3 raisons de voir Demi-sœurs, désormais disponible en DVD !

Charlotte Gabris, Sabrina Ouazani et Alice David forment un trio détonnant à l'affiche de Demi-soeurs, une comédie française désormais disponible en DVD !

3 raisons de voir Demi-sœurs, désormais disponible en DVD !

En partenariat avec SND (notre Manifeste)

Mise à jour du 3 octobre 2018 —  Demi-soeurs est désormais disponible en DVD ! Pourquoi se le procurer, pour soi-même ou à offrir ? Rendez-vous dans l’article ci-dessous pour t’en convaincre, et clique sur l’image pour accéder au DVD !

Publié le 28 mai 2018 — Demi-sœurs est l’histoire de la rencontre de Salma, Lauren et Olivia. À respectivement 26, 29 et 28 ans, ces trois jeunes femmes aux parcours très différents découvrent que leur père biologique est décédé.

Certaines apprennent même qu’elles avaient un père, c’est dire si la nouvelle ne les émeut que modérément.

La véritable émotion naît plutôt d’une double surprise : le géniteur défunt leur lègue un superbe appartement parisien, soit l’équivalent d’une petite fortune en pierres. Sauf que cet héritage est commun à ses trois filles, qui ne s’étaient jamais rencontrées.

Un père décédé, un appartement et deux demi-sœurs : ça fait beaucoup de nouveautés, et c’est assez pour chambouler la plus posée des vies posées. Je vous laisse imaginer le bouleversement occasionné sur une vie un poil moins stable…

Demi-sœurs n’est pas le remake des Trois Frères

Trois sœurs qui touchent le pactole : la ressemblance avec Les Trois Frères s’arrête là. Demi-sœurs n’est pas un remake girly du cultissime film des Inconnus, c’est un scénario original de Saphia Azzeddine. L’héritage inopiné, c’est l’élément perturbateur du récit, qui ne se fait pas attendre, puisque le film s’ouvre sur la réception du courrier providentiel.

La fortune seule n’est ni bonne ni mauvaise, ce sont les circonstances qui lui donnent un sens : c’est cela aussi que le film raconte. Je veux en dévoiler le moins possible, parce que j’ai aimé suivre cette histoire à l’écran.

Mais puisqu’il faut bien vous convaincre d’aller voir le film dans vos cinémas les plus proches, voici non pas une, mais trois raisons d’aller voir Demi-sœurs en salle : elles s’appellent Charlotte Gabris, Alice David et Sabrina Ouazani, et à elles trois, elles sont les piliers de cette comédie française décomplexée.

Olivia, Lauren et Salma, les protagonistes de Demi-sœurs, sont trois personnalités complexes, originales et attachantes. Elles sont la force de ce film, c’est pourquoi je voulais les mettre en lumière dans cette critique !

« Lauren », incarnée par Alice David

Lauren est l’aînée de la fratrie recomposée, mais paradoxalement, c’est plutôt la petite sœur du trio. À 29 ans, elle n’a pas grand chose à son palmarès : elle collectionne les factures et les avis d’impayé, elle tente de se faire une place dans le milieu de la mode, lequel lui signifie assez vertement qu’elle n’est pas assez bien pour en faire partie.

On lui parle plus mal qu’à une guichetière SNCF un jour de grève, mais elle doit sourire et acquiescer, parce que c’est son métier.

Lauren projette une force de façade : elle montre qu’elle s’en fout, sans doute aussi pour s’en convaincre. Pour ne pas être blessée par le mépris et le jugement des autres, surtout ceux dont elle aspire à gagner le respect.

J’envie sa désinvolture, je plains sa solitude qui m’a l’air plus subie que choisie. Elle qui galère avec ses factures, j’ai pourtant la sensation que l’héritage le plus précieux à ses yeux n’est pas le pactole de l’appartement, mais plutôt ces deux inconnues, sur qui elle va pouvoir compter comme sur la famille qu’elle n’a plus, ou n’a jamais eue.

C’est Alice David qui prête sa moue de Marilyn à l’aspirante égérie, et son regard d’acier à cette jeune femme déterminée à tracer sa propre voie, envers et contre les obstacles et les aléas.

« Olivia », incarnée par Charlotte Gabris

Olivia sait ce qu’elle veut, dans la vie. C’est simple : c’est ce que tout le monde veut. Un travail, un appart, un mari, des enfants. La base.

Mais Olivia veut tout en mieux : la carrière qu’elle a en tête, son appart — et pas la coloc avec deux inconnues, fussent-elles génétiquement proches, ce mec sur lequel elle a flashé.

Olivia aime le contrôle, la sécurité, ou plutôt l’illusion de la sécurité : je sais où je mets les pieds.

Elle veut racheter les dettes de son père, sauver la confiserie familiale pour lancer son propre projet pâtissier, entre tradition et modernité. C’est son paradoxe, je trouve : sous ses airs de femme forte et indépendante, elle ne semble pourtant pas capable de faire des choix.

Olivia, c’est un peu l’anti Sarah Jessica Parker dans Sex and the City : bah non, la vie de femme indépendante c’est pas facile, c’est pas toujours glamour, et c’est dur de savoir bien s’entourer.

C’est plus dur encore d’avouer ses doutes, de montrer et d’assumer sa vulnérabilité, surtout quand, comme Olivia, on s’est convaincu qu’il n’y a que les forts, les gens solides et déterminés qui réussissent dans la vie.

Les états d’âme et les doutes, c’est pour les victimes, les hésitants, les futurs ratés, n’est-ce pas…

Le parcours d’Olivia dans le film, c’est une leçon d’humilité, et de vie d’adulte, en fait.

C’est Charlotte Gabris qui prête ses traits déterminés à cette jeune entrepreneuse, moins assurée qu’elle ne le laisse croire, à force de se cacher derrière un masque de confiance parfois bien lourd à porter.

« Salma », incarnée par Sabrina Ouazani

À 26 ans seulement, Salma est la benjamine du trio. Elle passe directement de chez sa mère à chez son père, mais sans le père, du coup.

La famille, elle connaît, elle vit toujours là où elle a grandi. Des sœurs, elle en avait déjà. Deux demi-sœurs, c’est une surprise mais pas tant une nouveauté, et la vie en collectivité non plus.

Cette jeune prof dans un collège difficile n’est pas dupe quand on lui manque de respect : elle voit, elle sait, et décide si elle va réagir ou non.

Si elle est toujours chez ses parents, c’est aussi peut-être parce que c’est pas facile de prendre son envol dans la vie, surtout quand on ne connait pas sa destination.

C’est ça, le bout du voyage ? Être prof, s’entretenir par le sport, garder sa place parmi les siens ? À 26 ans, t’es sûre d’avoir fait le tour de tes options ?

Avec cet héritage inopiné, Salma ouvre un nouveau bagage, et s’ouvre à de nouvelles possibilités.

La vie peut être tellement riche lorsqu’on ose prendre des risques.

Sabrina Ouazani illumine ce personnage par son énergie transcendante : Salma est la pièce maîtresse de ce trio improbable.

Ce que j’ai préféré, dans le film ? C’est regarder trois inconnues si différentes abattre progressivement leurs barrières respectives, pour devenir une famille.

Les 3 Demi-sœurs racontées par leurs interprètes !

Je vous l’ai dit, j’ai adoré ces 3 personnages, alors lorsque j’ai eu la chance de pouvoir m’entretenir avec leurs interprètes, le sujet de la discussion était tout trouvé : les forces et les faiblesses de chacune de ces trois jeunes femmes !

Voici mon interview de Charlotte Gabris, Alice David et Sabrina Ouazani, à propos d’Olivia, Lauren et Salma, les trois étoiles de Demi-sœurs.

Demi-sœurs sort le 30 mai, allez donc le voir en famille : la famille que vous voulez, celle qui compte même si c’est pas le sang qui l’a scellée !

Télécharger le podcast
S’abonner au podcast : sur iTunesFlux RSS
C’est quoi un podcast ?

À lire aussi : « Chères Vingtenaires », la lettre de Navie, notre grande soeur

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
  • 7Tangerine6
    7Tangerine6, Le 4 octobre 2018 à 12h00

    Personnellement j'ai vu ce film... et je l'ai adoré ! Il est vraiment très bien fait, les héroïnes sont super, assez complexes sans être prise de tête, elles ne sont pas des clichés sur pattes, elles se serrent les coudes... allez voir ce film, franchement il vaut le coup et c'est assez rare pour etre souligné! (Par contre evitez love addict ^^')

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!