Le thé pour les nulles : comment s’y mettre et découvrir l’art du thé ?

Vous aimez le thé ? Vous voudriez apprendre à l'apprécier encore plus ? Mircea Austen vous apprend à bien préparer vos thés pour mieux les savourer !

Le thé pour les nulles : comment s’y mettre et découvrir l’art du thé ?

C’est la journée internationale du thé !

Retrouvez ici tous nos articles qui en parlent !

Publié initialement le 26 août 2014

Le thé est une boisson chaude préparée à base d’eau et des feuilles et bourgeons du théier. Et non, pourtant, ce n’est pas « que de l’eau chaude avec des plantes dedans » ! C’est d’ailleurs la deuxième boisson la plus consommée au monde, devant le café (en numéro un : l’eau, évidemment).

On consomme du thé pour se rafraîchir, comme le thé à la menthe servi très chaud, mais pas brûlant, qui augmente la sudation (la sueur quoi). On en consomme aussi lors de cérémonies rituelles comme au Japon. Ou simplement sous la couette, un jour de pluie, avec un roman, quand la vie a besoin d’un petit coup de pouce côté douceur.

Toi-même tu sais 

Toi qui penses que le thé, c’est juste de l’eau colorée, ou toi qui es accro à tes sachets Lipton et même toi qui te contentes d’en commander une fois de temps en temps dans les cafés, suivez attentivement ces conseils : de nouvelles perspectives dans l’art délicat du thé s’ouvrent à vous !

À lire aussi : L’Afternoon Tea, une vieille tradition bien sympathique

Qu’est-ce que le thé ?

En principe, dans ton sachet de thé se trouvent des feuilles de théier.

Dans les thés de supermarché, il n’est pas rare qu’on puisse y trouver également… des petites branchettes de théier.

À l’inverse, dans des maisons de thé extrêmement luxueuses, tu peux trouver des thés dits « cueillette impériale » (ils étaient autrefois réservés aux empereurs) : ne sont utilisés pour réaliser ces mélanges d’exception que la première feuille et le premier bourgeon du théier.

Les feuilles de thé sont récoltées le plus souvent à la main, sauf dans le cas des thés japonais et géorgiens. Elles vont ensuite être préparées selon des principes bien précis, suivant le type de boisson que l’on souhaite obtenir et plus précisément selon le type d’oxydation que l’on désire.

  • Dans le cas des thés verts ou jaunes par exemple, les feuilles sont simplement chauffées. Ensuite, les thés verts sont roulés, tandis que les feuilles de thé jaune (voire blanc) sont laissées intactes, entières. Les feuilles ne sont donc pas oxydées.
  • Dans le cas des thés noirs, les feuilles sont séchées, soumises à fermentation et déchirées. Ces feuilles sont parfaitement oxydées.
  • Les thés bleus, aussi appelés « oolong », sont un intermédiaire très recherché entre les thés verts et les thés noirs, à l’oxydation incomplète.
  • Les thés fermentés dits pu-erh sont des thés noirs luxueux qui fermentent bien plus longtemps, le plus souvent dans des jarres, et en retirent un goût particulièrement terreux et humide.

C’est donc le taux d’oxydation, variant de 0% pour les thés verts à 100% pour les pu-erh, qui va déterminer le type de thé que l’on souhaite déguster !

Mais tous les thés viennent de la plante Camellia sinensis : le théier ! 

Chaque « couleur » a ses caractérisques, ses traditions, son histoire, son mode de préparation. Les feuilles peuvent être écrasées, roulées en spirale, réduites en poudre comme dans le cas du thé matcha ou encore enroulées sur elles-mêmes pour former de petites boules.

Ce taux d’oxydation n’a en revanche rien à voir avec le taux en caféine de ton thé, cette fameuse molécule responsable de son effet stimulant. Car oui, on ne parle plus de théine mais bien de caféine : ces deux molécules sont en réalité les mêmes !

Un thé vert n’est donc pas nécessairement moins riche en caféine qu’un thé noir. Tout dépend de son année de la récolte, de sa durée d’infusion, de la présence ou non de bourgeons, de l’âge de la femme du capitaine…

Les tanins du thé, ces molécules responsables de sa couleur, de son astringence et de son épaisseur, se combinent à la caféine de façon à retarder son absorption dans le sang et à rendre les effets excitants du thé plus diffus que ceux du café.

Notons également que ce que l’on nomme en France « thé rouge » est en réalité le résultat de l’infusion des feuilles d’un arbuste africain de la famille des acacias, le rooibos. Il ne contient pas du tout de caféine.

Enfin, après la préparation des feuilles, le fabricant peut rajouter épices, écorces et autre arômes afin d’obtenir un thé parfumé.

Et côté santé ?

Le thé n’est pas une boisson miracle. Il n’aide pas à perdre du poids, surtout quand on le sucre, qu’on y ajoute du lait ou qu’on l’entoure de petits gâteaux !

Cependant, le thé participe à notre hydratation quotidienne. Chaud, il tend à diminuer le stress lorsqu’il est consommé modérément. Riche en antioxydants, surtout quand il est vert, le thé serait un aliment utile pour lutter contre les effets du vieillissement, y compris certaines maladies.

Attention, cependant, ami-e-s végétarien-ne-s ! Le thé diminue l’absorption du fer contenu dans les végétaux. Évitez donc d’en boire durant vos repas.

Où acheter son thé ?

Tout dépend de ton budget et de ta consommation.

Si tu as besoin de ta tasse de thé noir chaque matin pour te réveiller, un thé en sachets de supermarché fera largement l’affaire. Pareil si tu en bois beaucoup en période de stress (examens, dossiers à boucler…) histoire de te booster un peu en fin de journée.

Si à l’inverse tu aimes organiser des goûters entre ami-e-s et que tu recherches un thé plus gourmand, tu peux te tourner vers des maisons de thé en vrac qui te permettront de tester beaucoup plus de variétés. Les prix ne sont pas forcément excessifs (ça commence aux alentours de 5€ le sachet), et le thé se conservant longtemps, c’est un achat plutôt rentable.

Les thés bio et les marques de thé hype colonisent de plus en plus les épiceries fines, les supermarchés de (grandes) villes et les épiceries bio. Faut-il céder à la tentation ? Pourquoi pas. Mais sache que côté prix, tu trouveras la même chose, le conseil en plus, dans les boutiques spécialisées. De plus, les thés de ces boutiques sont conservés dans de grandes boîtes où tu pourras plonger ton minois afin d’inspirer les arômes des différents produits avant de faire ton choix.

N’oublie pas qu’en matière de thé, des commerciaux bien avisés ont depuis longtemps compris l’intérêt d’un packaging coloré et design qui ne change pas forcément grand-chose à la qualité du produit final…

Plus le thé que tu recherches est simple, plus tu en trouveras de bons en supermarché. Pour un thé noir basique Earl Grey, il n’y a aucune raison de courir toute la France à la recherche d’un produit d’exception, surtout si ta consommation est occasionnelle.

Il faut cependant porter un soin particulier à l’endroit où tu fais tes courses dans deux cas !

  • Pour les mélanges parfumés qui sortent de l’ordinaire

Je ne saurai que te recommander d’être exigeante. Un thé parfumé artificiellement est rapidement fade, s’évente, ne tient pas la distance, voire te colle des migraines. Un thé « goût russe » par exemple est normalement préparé à l’aide d’écorces d’agrumes… dans les faits, ça peut aller de l’arôme artificiel à la vraie belle écorce d’orange bio.

  • Pour les thés autres que noir

Le thé noir se prépare en écrasant les feuilles, ce qui le rend particulièrement propice à la dégustation en sachet. À l’inverse, un thé vert, blanc ou encore jaune, se prépare à l’aide de feuilles entières. Lorsque tu les achètes en sachets, tu paies en réalité des rébus aux arômes considérablement affaiblis. C’est en magasin que tu trouveras les belles feuilles de thé entières qui sauront faire le délice de tes papilles !

Comment préparer ton thé ?

Je ne te ferai pas un cours sur l’art de la cérémonie du thé japonaise, ou sur le fameux service Gong fu Cha, méthode chinoise de préparation du thé.

Cérémonie du thé japonaise 

On va parler de la préparation du thé de tous les jours, celle avec la bouilloire héritée du grand frère et la petite boule à thé de forme rigolote que tu as fini par retrouver au fond d’un tiroir.

  • Quels outils ?

Une bouilloire, bien sûr. L’idéal serait également d’avoir un thermomètre. Et un mug, évidement !

Mais le point de détail qui doit attirer ton attention, c’est ta boule à thé. Elle est peut-être design, jolie et fun, mais est-elle suffisamment grande ?

Dans le cas d’un thé noir, il n’y a pas trop de problème, et le traditionnel sachet fait l’affaire. Mais dans le cas d’un thé à feuilles entières (blanc ou vert donc), il vaut mieux utiliser une grande boule à thé qui permettra aux feuilles de s’ouvrir et de développer leurs arômes sans s’écraser les unes les autres.

Enfin, si possible, choisis de l’eau de source. L’eau minérale est trop forte en goût, celle du robinet en calcaire… Mais bon, on n’a pas toujours de l’eau de source sous la main et ton thé ne se transformera pas en breuvage infect sous prétexte que tu as utilisé de l’eau du robinet !

  • Quelle température ?

Eh non, il ne suffit pas d’utiliser de l’eau bouillante, malheureuse ! Pour le thé noir, on utilisera de l’eau entre 80° et 95°. Faute de thermostat, utilise de l’eau non pas bouillante mais frémissante. Pour les thés fragiles comme les jaunes et les blancs, on préfèrera une eau aux alentours de 70°. Le thé vert est intermédiaire : dans les 70 à 90°.

De façon générale, plus ton thé est délicat, réputé, plus il faudra l’infuser à basse température. L’idée ? Ne pas brusquer, et encore moins brûler, ses feuilles fragiles.

  • Je laisse infuser combien de temps ?

Le mieux, c’est de suivre les indications du paquet. Mais encore faut-il penser à les lire ! Ce n’est pas seulement un temps compris entre « quand ça brûle » et « quand c’est trop froid ». On peut aller de 9 minutes pour un thé blanc ou un pu-erh à seulement 3 minutes pour un thé noir aromatisé plutôt fort.

  • Est ce que je peux rajouter quelque chose dans mon thé ?

Bien sûr ! Sucre, lait, miel, épices, écorces… Tu peux t’amuser à améliorer l’ordinaire de plein de façons différentes.

Mais si tu as l’occasion de déguster un très bon thé, que ce soit en salon ou bien chez toi, alors tente le coup et ne rajoute rien. Un thé délicat a en lui-même une tonne d’arômes que le moindre grain de sucre réduirait à néant. Profites-en pour affiner ton palais, apprendre à déguster un breuvage et à le décrire avec un vocabulaire plus riche.

L’astringence d’un thé, par exemple, c’est l’impression de sécheresse qu’il te laissera en bouche une fois fini. Tu peux regarder également la texture du thé : moelleuse ou au contraire limpide. Les couleurs, les odeurs… Prends le temps de laisser les souvenirs remonter à la surface, invente-toi des histoires : qu’est-ce que t’évoque ce thé ?

C’est aussi un bon moyen de développer à bas coût des techniques de dégustation qui seront utiles lorsque tu voudras apprécier une bonne bouteille de rouge !

Tu peux maintenant assortir ton thé à une pâtisserie bien choisie ou bien simplement à ta tartine du matin, en étant sûre de ne plus jamais déguster un thé trop amer.

Une fois ta petite pause terminée, range ton thé au sec, loin de tout produit à l’arôme trop fort : chocolat, café… Car il en prendrait rapidement les arômes et perdrait son équilibre !

Bonne dégustation !

Petite sélection shopping

  1. Thé Oriental Beauty Supreme, un luxueux thé bleu de chez Mariage Frère, 60€ les 100 gr
  2. Le classique Earl Grey du matin, Twinings, 2,30€ les 50g / 25 sachets
  3. Green an Blue Veda, des thés glacés peu sucré et qui goûtent vraiment le thé, 1,90€ les 50 cl.
  4. Thé blanc Bai mu dan, délicat et rafraichissant du Palais des Thés, 7,50€ les 100g
  5. Thé noir du Matin n°24 Kusmi Tea, non aromatisé, 12,30€ les 125 gr 

À lire aussi : Des sachets de thé qui calment le stress

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 102 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Blab
    Blab, Le 27 mars 2016 à 19h51

    Oh d'accord, ça me rassure parce que je l'avais justement pour le sommeil ^.^

    En tout cas merci beaucoup à vous deux !

Lire l'intégralité des 102 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)