David Bowie / Ziggy Stardust, une icône du cool

Depuis quelques temps déjà, Ziggy Stardust alias David Bowie période 70's, a la côte. Une nouvelle série de photos mettant en scène Daphne Guinness ressuscite le mythe dans le dernier numéro de Vogue Germany. Pourquoi Ziggy est-il plus que jamais cool en 2012 ?

David Bowie / Ziggy Stardust, une icône du cool

Depuis 2011, le fantôme de Ziggy Stardust – personnage décadent incarné et créé de toutes pièces par David Bowie au début des années 1970 – ressurgit ça et là sur les podiums. La Ziggymania débute avec le défilé de Jean Paul Gaultier au Printemps/Été 2011. Ses mannequins défilent avec des coupes mulet décolorées, des blazers et des perfectos à épaulettes démesurées comme David Bowie avait l’habitude d’enfiler.

L’extravagance, typique du vestiaire du personnage, monte d’un cran sur le podium de Balmain Automne/Hiver 2011 2012. La griffe fait du répertoire glam rock son cheval de bataille et revisite pleinement les combinaisons ultra-moulantes et bling-bling. Sa prochaine campagne Printemps/Été 2012 est d’ailleurs encore une ode au chanteur.

Edita Vilkeviciute Numero Mai 2011 – Kate Moss Vogue Décembre 2011

Anja Rubik Campagne Balmain Printemps/Été 2012

Les magazines de mode enfoncent le clou en grimant différents mannequins et plus récemment Daphne Guinness – héritière de l’empire de la bière du même nom (eh oui), femme d’affaire et en quelque sorte muse délurée (du genre à mettre du vernis sur ses lèvres) du monde de la mode, sur le même registre que Lady Gaga.

Daphne Guinness Vogue Allemagne Janvier 2012

D’où vient ce regain de coolitude ?

Qu’on se le dise, Ziggy Stardust/David Bowie a toujours été cool. Aux yeux des fans bien sûr mais aussi du reste du monde pour l’étrangeté que son personnage pouvait susciter. En témoignent les t-shirts à son effigie, au même titre que les plus grands groupes de rock, Ziggy a toujours été une icône.

Ce qui est plus intéressant c’est de comprendre pourquoi la mode se rue soudain sur le mythe. On peut avancer quelques hypothèses. D’abord esthétiques. Ziggy Stardust a été l’emblème du dress-code glam’rock. En plein sous le règne de la paillette, du strass, du lamé, des couleurs trash et des imprimés vulgos (léopard, zèbre…), le messie Ziggy était tout trouvé.

Deuxièmement, la mode s’est toujours délectée du monde fabuleux des freaks. L’extravagant, l’excentrique, le hors-norme, le presque non-humain finalement – attire viscéralement la mode. David Bowie, qui s’était inventé un alter ego mi-humain mi-extraterrestre, rassemblait tout cela. Une sorte de folie schizophrénique que l’on peut éprouver en se travestissant avec des vêtements.

Enfin, on peut penser que la mode s’est aussi beaucoup appuyée sur le phénomène drag-queen, transgenre et androgyne en vogue depuis l’année dernière.

Vous savez ce qu’il vous reste à shopper pour vos saturday night fever cet été…

Sélection shopping Ziggystardustienne

1. Chaussure Asos 174,85€ – 2. Jupe Topshop 16€ – 3. Pochette Asos 47,08€ – 4. Broche Asos £6 – 5. Combinaison Asos 40,85€ – 6. Blazer Topshop 26€ – 7. Top Topshop 65€ – 8. Robe TFNC 73,98€ – 9. Shorty Topshop 23€

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 11 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lily Chantilly
    Lily Chantilly, Le 8 janvier 2012 à 19h44

    Pour ce qui est des ambiances, je suis tout à fait d'accord avec toi.
    Personnellement, je trouve que, malgré quelques très bons morceaux "Aladdin Sane" reste tout de même inférieur à "The Rise and Fall...".
    Le tout me semble quelque peu maladroit, torturé...sans doute le reflet de Bowie à cette époque là, sa dépendance à la coke, ses déclarations fracassantes...etc.
    L'atmosphère jazzy, les nappes de piano, de saxo, les ch?urs de femmes empruntés à la musique noire...
    Tout cela est extrêmement novateur pour l'époque et confirme le génie de son auteur.
    (Mention spéciale à "Cracked Actor" et son harmonica saturé)

    Plus théâtral, il est vrai que la présence de Ziggy sur cet album est discutable puisque le narrateur se définit comme "a lad insane" (un type cinglé me semble-t'il), mais joue toujours avec les "Spiders From Mars"...peut-être est-ce tout simplement une métamorphose de Ziggy finalement?

Lire l'intégralité des 11 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)