Top Chef et ses petits éléments très agaçants

Tous les lundis, Annelise a un rituel : Top Chef sur M6. Mais quand même, il y a des choses qui l'agacent un peu. Un article 100% croquant, voire carrément gourmand, et approuvé par Chef Lignac.

Top Chef et ses petits éléments très agaçants

— Publié le 8 avril 2013

Top Chef fait partie de mes émissions préférées du petit écran. Depuis la création de l’émission, je suis tous les épisodes avec autant d’envie et de fièvre que si j’étais supporter devant une Coupe du Monde. Mais soyons réalistes, à force de regarder, j’ai pu noter toutes les petites choses agaçantes de cette émission.

Des (gros) tics de langage

C’est gourmand, c’est croquant : qui n’a jamais parlé de Top Chef en évoquant le gourmand et le croquant ? Avec ces deux mots, vous avez de quoi qualifier tous les plats proposés par les candidats. Des petits pois ? Non, une harmonie de croquant qui équilibre l’assiette. Un jus de volaille pour saucer ? Non, du gourmand qui vient donner toute sa texture au plat. Vous pensez que ce sont les seuls mots clefs récurrents ? Pas du tout. Dans le top des expressions qui reviennent autant de fois que l’acné sur un visage adolescent, vous pouvez trouver…

C’est malin : cette année, tous les plats sont « malins ». Une salade de rognons avec coulis fruits de la passion ? C’est malin ! Sublimer la gencive de porc ? C’est malin ! Faire un maki à base de peau de mouton ? C’est malin ! Voilà, j’ai toujours pas compris ce que ça voulait réellement dire, mais une chose est sûre, cette saison est super maline.

Les « traceurs émotionnels » : grosse nouveauté, les chefs ne parlent plus d’ingrédients (trop old school) mais de « traceurs émotionnels ». Si tu veux tout savoir, en gros les traceurs émotionnels de la paella c’est par exemple le riz au safran, les fruits de mer et la viande. Si tu viens nous coller un peu de biscotte dans la casserole, ton traceur émotionnel, il tombe à l’eau. Du coup, tout a l’air désormais de sortir d’une intense réflexion philosophique. La dégustation devient la recherche du traceur émotionnel du côté de chez Swann. Moi, depuis, je ne cuisine plus de simples spaghettis bolognaise. Je recherche tout d’abord le traceur émotionnel de la viande hachée qui me rappelle les déjeuners de mon enfance. Puis le traceur émotionnel de cette tomate gorgée de soleil, élevée loin de mes Ardennes natales. Enfin, je lie le tout grâce au traceur émotionnel de ma pasta al dente, qui me rappelle Gino, l’employé à tout faire de l’école. Puis je pleure dans mon assiette, parce que c’est beau, parce que c’est l’émotion écrite au stylo de mon cœur, à l’encre tomacoulis.

Respecter le produit : eh oui, pour bien cuisiner, il faut manifestement « respecter le produit ». Une belle côte de bœuf ? Mais respectez-la, bordel ! Ne la découpez pas pour faire votre plat ! À chaque fois que j’entends les chefs dire qu’il faut respecter le produit, j’attends secrètement qu’un candidat vienne crier « Moi ton pavé de saumon je le prends je le retourne je lui mets la misère OKAY ? J’respecte pas ton produit moi, YOLO ». Malheureusement, ça n’arrive jamais, et je suis donc obligée de casser des speculoos avec une fourchette pour réaliser mes fantasmes.

Sublimer : à chaque épisode, les candidats doivent sublimer quelque chose. Quand ce n’est pas le couscous, c’est la compote de pommes ou la blanquette de la mer. Sublimer, ça veut dire quoi ? C’est rendre le plat plus gastronomique qu’il ne l’est. Et si le candidat ne sublime pas assez, croyez-moi il se prend un bon pan-pan cucul de la part de Jean-François Piège. Au début, pour sublimer le couscous, je pensais qu’ils allaient juste faire de la semoule à paillettes. Autant vous dire que si j’étais derrière les fourneaux, y a longtemps que je me serais pris une baguette de Thierry Marx dans le derrière.

L’accent de Cyril Lignac : ai-je besoin d’en dire plus ?

Certains candidats

L’essentiel, dans Top Chef, c’est quand même les candidats. Chaque année, j’ai mes petites têtes de turc (bah quoi ?). Mon tableau de chasse 2013 :


Julien : éliminé un peu trop tard à mon goût, Julien est surtout connu pour avoir cuisiné pour Tom Cruise et pour avoir dit beaucoup trop de fois « Come on ! ». Néanmoins, Julien était plutôt marrant et pas méchant pour un sou.

Virginie : désolée si tu me lis Virginie, mais je n’aime pas les gens qui aiment « trop » la vie. Vous savez, les gens qui pourraient venir te dire « Mais tu sais la vie c’est un cadeau de la Nature, si la vie m’envoie des melons dans la tronche j’en ferais du smoothie ! Je lâche rien moi, je ne lâcherai jamais ce feu précieux qu’est la vie, je suis amour et partage moi ». Oui bon, stop. On apprend également qu’elle a toujours tout appris toute seule, de l’usage d’un four micro-ondes jusqu’à la découpe de la cuisse de poulet. Certes, être autodidacte est une fierté. Mais quand même, est-ce bien nécessaire de devoir le dire tout le temps ? Fais-je état de mon incroyable faculté à avoir compris tôt dans la vie qu’il fallait désormais que j’arrête d’appeler ma mère pour venir m’essuyer les fesses ? Pas sûr.

Yoni : ce jeune homme a l’air de bien cuisiner mais nom de dieu, qu’est ce qu’il a dans le citron ? Entre les remarques sexistes plus que douteuses et le fait de se sentir sorti de la cuisse de Joël Robuchon, je ne sais plus où donner de la tête. Vais-je devoir l’attacher par le slip dans les cuisines de chef Etchebest pour qu’il se calme ? Je n’aimerais pas en arriver là…

Naöelle : toute l’essence de cette candidate est disponible dans cet unique smiley -> :'(

Alors pourquoi je continue de regarder Top Chef ? Parce que mine de rien ça me fait rêver devant mon plat de coquillettes, et parce que certains candidats envoient du respect par paquet de douze. Et parce que je fantasme sur Christian Constant, évidemment.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 93 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Kyonaa
    Kyonaa, Le 23 avril 2013 à 1h47

    Ce qui m'insupporte le plus dans Top Chef, c'est la musique choisie pour illustrer tel ou tel passage. Genre, la fin, pour le départ du candidat, on dirait que la musique te dit "regarde le bien, dès qu'il va passer la porte, ce candidat va crever dans d'atroces souffrances ! Mouahahah"

    Et puis, c'est beaucoup, beaucoup trop long pour ce qu'elle propose ; cette émission.

Lire l'intégralité des 93 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)