Le consentement expliqué par des métaphores toutes simples

Par  |  | 14 Commentaires

Une BD utilise les situations du quotidien pour mieux faire comprendre l'importance du consentement dans une relation sexuelle.

Le consentement expliqué par des métaphores toutes simples

Un strip publié par le site Everyday Feminism aborde le consentement sexuel via des situations de la vie de tous les jours. Le but est d’utiliser des instants du quotidien en tant que métaphores.

À lire aussi : Le consentement sexuel expliqué par une tasse de thé

Des situations banales, telles que le visionnage d’un film ou la prise d’un petit déjeuner, se voient détournées pour pointer du doigt les mauvais comportements quand il s’agit de relations sexuelles.

consentement

Dans la première situation, un homme propose à un autre de regarder Pulp Fiction ; celui-ci accepte d’abord, avant de s’apercevoir qu’il n’aime pas le film, une demi-heure plus tard. Lorsqu’il souhaite arrêter de le regarder, son interlocuteur le force à rester en prétextant :

 « Tu as dit que tu voulais regarder le film, donc tu restes jusqu’à ce qu’il soit fini ! »

Toute cette BD est un moyen efficace pour rendre compte de l’absurdité et la dangerosité de certaines attitudes face à un refus… qui sont mieux comprises lorsqu’on utilise des situations simples et fréquentes.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Naya Ali

Naya écrit des chroniques vie et société. Douée dans peu de choses à part faire des blagues, elle a préféré écrire chez madmoiZelle plutôt que de passer sa journée à jouer à la console. Elle recherche activement les deux individus qui l’ont victimisée dans le bus en l’appelant Tahiti Bob.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Lydm
    Lydm, Le 28 juin 2015 à 18h15

    kittyminaj
    Quand quelqu'un dit un truc du genre "bah ouais mais vu comment tu t'habilles, t'étonne pas s'il t'arrive quelque chose", j'avais vu une "comparaison" un peu comme la BD de l'article. Quand un type se fait voler son smartphone en soirée, on lui dit pas "bah ouais mais fallait pas montrer ton téléphone à tout le monde"; si un mec se fait racketter dans la rue, c'est absurde de dire "oui mais tu te balades en costard hyper classe, tu as une grosse montre, tu montres à tout le monde que t'es riche, donc te plains pas". Ca viendrait pas à l'idée d'engueuler quelqu'un parce qu'il s'est fait voler un truc, alors pourquoi blâmer les victimes de violences sexuelles? En général ça marche plutôt bien :)

    La BD est vraiment bien, il faudrait pouvoir la montrer partout (dans les écoles, les lycées, les salles d'attentes des médecins, les infirmeries...) !
    Not bad not bad ! Après ça arrive que l'on reproche de temps en temps ça à quelqu'un (parents à enfants qui se font faucher leur portable au collège par exemple, alors qu'en soi le collège/lycée ne devrait pas exiger des techniques de survie dignes du Far West non plus), mais dans l'ensemble c'est vrai qu'on ne fait pas (plus) trop ce reproche, donc bien trouvé !
    Et j'approuve x100 qu'il faudrait afficher cette BD partout dans les lycées, universités...