Ces conseils mode et beauté hérités de ma mère

Louise a les mêmes yeux et les mêmes expressions que sa mère, mais celle-ci lui a aussi transmis des conseils mode et beauté qu'elle a toujours suivis à la lettre (ou pas).

Ces conseils mode et beauté hérités de ma mère

Avec ma maman, on se ressemble BEAUCOUP : on a la même tête, on parle pareil, on a les mêmes expressions (physiques et orales), disons qu’on ne peut pas trop se renier. En bonne maman de fille unique, elle m’a discrètement mais sûrement inculqué un bon nombre de valeurs, d’idées mais aussi de conseils.

De « S’il est tard, prends un taxi. » à « Le plus important chez un garçon, c’est qu’il soit gentil avec toi », j’en ai entendu des phrases qui résonnent dans ma tête, et qui, la plupart du temps, se sont avérées vraies.

À lire aussi : Trois conseils d’adulte que ma mère m’a inceptionnés

Question allure, la madre m’a aussi donné pas mal de conseils, que j’ai appliqués pour le meilleur … ou pour le pire !

« C’est soit les yeux, soit la bouche ! »

Môman se maquille peu : j’ai dû la voir trois fois dans ma vie avec du mascara, jamais avec du fond de teint ou de la poudre, au mieux un peu de Terracotta ou de BB crème. C’est vrai qu’avec sa peau impec, elle n’a jamais vraiment ressenti le besoin de camoufler quoi que ce soit. Chanceuse.

À lire aussi : La Terracotta de Guerlain, un produit culte

De mon côté, j’ai découvert les merveilles du maquillage avec mes copines, au début du lycée et j’ai vite fait de traîner ma mère chez Sephora pour m’acheter l’attirail nécessaire pour embellir ma tête d’adolescente. Adepte de la discrétion, on a passé le rayon eye liner violet et autres paillettes qui me faisaient pourtant bien de l’oeil, du haut de mes quinze ans et de mon admiration pour Hannah Montana.

hannah-montana-generique

« Non ma fille, tu n’auras pas de perruque blonde. »

Après m’avoir acheté un kit de poudre minérale pour protéger ma peau d’une invasion de fond de teint mal appliqué, on est passées au sujet sensible : le maquillage des yeux. Ayant les yeux bleus et un peu tombants, j’ai assez vite réalisé que le smoky me donnait l’air d’un panda maltraité et que je n’étais pas vraiment capable de me faire un joli trait d’eye liner continu (et égal des deux côtés).

À lire aussi : L’eye-liner – Les bases beauté

Ma mère étant une adepte du rouge à lèvres qui ne sort jamais sans un peu de couleur sur la bouche, même pour aller acheter des tomates, elle a essayé pendant des années de me convertir, avec un succès assez faiblard. Et le jour où j’ai finalement adopté le rouge à lèvres bien rouge et mat, je l’ai assorti d’un gros trait d’eye liner, ce qui m’a valu un aller-retour direct à la salle de bains avec une règle de vie bien ancrée dans ma tête pour toujours :

« C’est soit les yeux, soit la bouche ! »

mulan

D’accoooooooord.

À lire aussi : Le rouge à lèvres — Les bases beauté

« Coiffe-toi ! »

Capillairement, j’ai connu un changement de taille : ma chevelure lisse comme un bambou est devenue bouclée, du jour au lendemain. Et BIM, un grand coup dans mes habitudes de traitement de mes cheveux : déjà que j’en prenais un soin assez limité, là j’ai pu envoyer valser ma routine de brossage !

N’étant pas prête à adopter la coiffure de Whitney Houston dans sa prime jeunesse (qui lui va pourtant fort bien), j’ai rapidement dit bye-bye au coiffage de cheveux bouclés entre deux shampoings.

whitney houston

J’ai donc assez vite pris conscience que j’allais devoir oublier la case brossage le soir avant d’aller me coucher et faire avec les moyens du bord. Je me shampouine avec soin, je démêle la tête avec une huile après le shampoing, je fais un masque de temps en temps et je prends soin de mon blond. Jusque là, tout va bien.

À lire aussi : Comment prendre soin de ses cheveux ? — Les bases beauté

Mais la madre, ayant sur la tête des cheveux fins et lisses, ne cesse de me répéter depuis mes quinze piges :

« Coiffe-toi ! »

Deux messages dans cette exclamation : brosse-toi les cheveux et donne leur une apparence agréable pour l’oeil. Deux réponses : non je ne me les brosserai pas sous peine de ressembler à Simba un jour de pluie, oui je les coifferai le jour où je SAURAI les coiffer. J’oscille donc depuis quelques années entre une demie-queue avec une pince, une queue de cheval haute et un chignon mal fait, aussi appelé le chignon crotte.

shoshanna-girls-chignon

« Comment ça j’ai un donut sur la tête ??? »

Heureusement pour moi, j’ai découvert le doux monde des tutos coiffure, dont certains sur un petit magazine sympathique appelé madmoizelle.com (je sais pas si tu connais). A moi les chignons banane, les headbands et autres merveilles que je maîtriserai un jour ! Enfin peut-être.

À lire aussi : Cheveux bouclés : 4 coiffures en 4 vidéos !

« Tu veux pas mettre une jupe ? »

Je veux pas me la péter hein, mais il faut savoir assumer ses atouts à voix haute : j’ai des jolies jambes. Sans avoir jamais vraiment fait de sport à outrance si ce n’est de la danse, j’ai toujours eu des jambes élancées, fines, musclées pile ce qu’il faut, avec très peu de cellulite. Donc autant les sortir, me direz-vous !

Sauf que j’ai grandi à une époque où le pantalon était roi, et particulièrement le jean slim des BB Brunes qui avait envahi les salles de classe aux environs de 2007. Je l’ai adopté sans jamais l’abandonner sur le bord de la route, et j’ai longtemps eu la flemme de mettre des jupes. Et pourtant, j’ai eu la chance de ne jamais avoir eu droit à des remarques désobligeantes sur ma jupe, sa longueur ou autre idée véhiculée par quelqu’un d’ostensiblement assez stupide.

fuck you

À lire aussi : Une photo de « jupe » lance une discussion sur le slutshaming

Ma maman a donc dû faire un peu de forcing quand j’étais au lycée pour me poser une jupe sur le fessier et grand bien lui en a pris ! Aujourd’hui j’en mets très souvent, je me suis même mise aux jupes que je pensais réservées aux mannequins ou aux fashionistas invétérées, de la jupe longue à la jupe crayon, en passant par la jupe portefeuille ou la mini-jupe fourreau, qui est maintenant ma besta.

bootyshake

Et je danse pareil aussi.

À lire aussi : Tuto Mode — La jupe crayon

« Mieux vaut être trop habillée que pas assez. »

( J’entends par là habillée trop chic hein, pas trop habillée en quantité de vêtements : il est évident que ma mère m’a transmis l’idée de mettre le plus de tissu possible sur ma peau. )

Ayant plutôt un style assez sportswear et une passion pour les fringues trop grandes et optimales pour une sieste au bureau, les soirées chic me donnent l’impression de me déguiser. J’adore ça mais ce n’est pas naturel : je sors la robe du soir, les talons (que j’ai par dizaines et que je ne sors que les soirs de pleine lune), je me maquille, je tente de faire quelque chose de mes cheveux.

anastasia-opera

Mwa quand je vais à l’opéra.

Mais tu la connais cette angoisse de se demander comment seront sapé-e-s les autres, s’il s’agit d’être vraiment chic genre Bal du Metropolitan, chic sans avoir l’air de l’être ou carrément pépouze. Heureusement, ma mère avait une solution en une petite phrase simple qui m’a marquée :

« Mieux vaut être trop habillée que pas assez. »

J’ai depuis suivi ce conseil et je n’ai jamais eu l’impression d’être une paysanne au milieu d’une cour royale. Le secret, c’est d’avoir une tenue chic et de quoi la dé-chiciser au cas où : pouvoir enlever le petit blazer, avoir une touche un peu funky dans sa tenue (genre des derbys au lieu des escarpins classiques), jouer sur un maquillage bien coloré pour compenser, … Bref, je me débrouille mais j’ai toujours la classe. Du moins, j’essaye.

kaamelott-paysan

« Comment ça jsuis pas classe moé ? »

« No sport. »

Alors oui, cette citation n’est pas de ma mère, dans la mesure où je ne suis pas la fille de Winston Churchill. Cette jolie formule fait partie des phrases mythiques de l’homme d’Etat britannique. L’origine de cette déclaration est discutée mais l’idée générale, c’est qu’il est mort à l’âge de 89 ans, malgré une hygiène de vie peu recommandable ; alors quand un journaliste lui a demandé le secret de sa forme, ce dernier aurait répondu plus ou moins :

« Cigars, whiskey, no sport. »

oss-117-chicha

Si je ne fume pas et que j’ai remplacé le whisky par du gin, je suis bien d’accord pour le sport. Mes parents ne m’ont jamais mis la pression pour faire du sport, bien au contraire, malgré les diverses convocations de la part de mes profs de sport, un peu excédé-e-s par ma manie de me cacher dans les vestiaires pour échapper aux cours d’athlétisme. Je n’ai jamais eu besoin de faire du sport pour rester à peu près mince, merci le métabolisme familial.

En revanche, on a rien sans rien et mes tablettes de chocolat s’apparentent plutôt aux petits pots de crème de Margaux. J’ai bien tenté de m’inscrire dans des salles de sport, que je fréquente avec optimisme et courage pendant quelques mois. Mais ma volonté se résume le plus souvent au néant et je retourne assez vite à ma philosophie churchillienne. Après tout, il s’en est pas mal sorti lui !

À lire aussi : Les pires conseils qu’on m’a donnés – Le sport

Alors merci pour les conseils maman !

lolita-malgre-moi-amy-poehler

De rien ! Margarita ?

Et toi, c’est quoi les meilleurs conseils que ta maman t’a donnés ? Et les mauvaises habitudes qui se transmettent de mère en fille ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 29 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Shinigamylle
    Shinigamylle, Le 14 mai 2015 à 8h11

    @Ju- : Cet article est fait pour toi ! Haha, pour vrai, super pratique, j'ai presque envie de me forcer à me maquiller pour en avoir l'utilité XD

    Hm, moi ma maman elle m'a pas trop trop donné de conseils, à part m'aider avec mes fringues ou autre, et me dire "Se nettoyer le visage avec de l'eau uniquement c'est le mieux !" (et c'est vrai, si vous ne vous maquillez pas, incroyable à quel point ma peau est nickelle depuis que je n'utilise plus aucun produit pour la nettoyer :d)

Lire l'intégralité des 29 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)