Carte postale de la Réunion (France) #2 : Couleurs locales

Les DOM sont à l'honneur ! Après une première carte postale de Romilly sur le patrimoine naturel de la Réunion, celle de Valentine sur la Guadeloupe, voici un deuxième épisode en terre réunionnaise !

Carte postale de la Réunion (France) #2 : Couleurs locales

À lire aussi : Le patrimoine naturel créole — Carte postale de la Réunion

Île française sans aucun doute, mais aux couleurs du monde

Bien que le Réunionnais soit en général d’abord réunionnais, et ensuite français (à l’exception de la Coupe du Monde, où tout le monde revendique son côté français), la Réunion fait bel et bien partie de la France. C’est un DOM, un Département d’Outre-Mer, et une Région, qui est autant française que la Franche-Comté ou le Pas-de-Calais, malgré l’éloignement kilométrique.

Notre langue officielle est le français bien que le créole réunionnais soit extrêmement vivace. Notre monnaie est l’euro. Nos papiers sont français. Nous passons le bac français – et il est aussi mauvais qu’en France Métropolitaine. Nous avons une université française. Notre sécu et notre CAF sont françaises. Nos plaques d’immatriculation sont françaises. Et ainsi de suite.

D’ailleurs, ça me fait penser : non, je ne suis jamais allée aux Etats-Unis (nous sommes près de Madagascar, pas aux Antilles !), non je ne me déplace pas de liane en liane (nous avons des bus et des voitures, youhou !), et non, nos toilettes ne sont pas dans le jardin. Nous sommes une île française avec tout le confort de la modernité française.

Cependant, il est sûr que la culture réunionnaise est légèrement différente de tout ce que vous pouvez rencontrer en Métropole. Je ne dis pas que les autres régions françaises n’ont pas de culture propre, de façon de parler propre à leur coin de France. Je dis juste que la culture créole est spécifique et qu’on la sent bien lorsqu’on a l’occasion de la comparer avec n’importe quelle autre culture régionale française. Et ceci parce que notre population s’est cristallisée autour de plusieurs origines ethniques et culturelles, et qu’elle a fait son propre mélange à la sauce « France » et « créole » unique au monde. Même les autres îles françaises n’ont pas la même culture que nous, bien qu’elles soient elles aussi « créoles ».

La Réunion, mille visages et milles couleurs

P1030263

Le port de St Leu

Ce qui fait de la Réunion une île particulière, c’est sa mixité dans les origines ethniques, les religions, les couleurs de peau, les communautés. Chacun vit, non pas l’un à côté de l’autre, mais bien l’un avec l’autre. Malgré des groupes sociaux plutôt bien définis, le « créole » est souvent originaire de plusieurs d’entre eux.

Le racisme à la Réunion existe, certes, mais le département est classé comme étant le moins raciste de France. Pour ma part, je n’ai appris qu’il y avait une « différence » pour les autres entre les « noirs » et les « blancs » qu’en arrivant en Métropole. Ici la couleur importe peu même si certaines communautés sont plus ou moins mal regardées de temps en temps.

Voici un petit récapitulatif des communautés réunionnaises :

  • Les « créoles » : de toutes origines, ils sont tellement métissés qu’ils peuvent choisir l’appellation qu’ils veulent. Chaque communauté est une communauté « créole » de toute façon à part les « zoreils ».
  • Les Zoreils : les métropolitains installés à la Réunion. Ils sont réunionnais à part entière. C’est une des communautés un peu « mal vue » dans les rares cas de racisme : souvent militaires ou fonctionnaires, ils font partie des classes sociales moyennes à hautes.
    Le mot « zoreil » aurait plusieurs origines. La première histoire est qu’un zoreil arrivant à la Réunion va tendre l’oreille pour comprendre le créole. La deuxième est qu’un zoreil (blanc) rougira des oreilles autant que des joues. La troisième, plus historique, est que les zoreils étaient les maîtres blancs des esclaves et qu’ils coupaient les oreilles des marrons (esclaves en fuite).
    Un Zoreil et un Créole vont donner un bébé zoréole. Une personne née dans une famille zoreille mais ayant la culture créole sera également un-e zoréole.
    Les Zoreils sont réputés pour habiter l’Ouest de l’île, où se trouvent les belles villas et les plages, mais bien sûr ce n’est qu’un cliché à la vie dure.
  • Les Malbars (féminin : malbaraise): originaires à la base de la côte Malbar en Inde, c’est la communauté indienne catholique « malbar » de la Réunion. Les sorciers malbars sont redoutés, et les prêtres malbars sont très respectés – ils peuvent vous protéger du mauvais œil. Ils sont souvent regroupés en familles et en communautés dans l’Est de l’île.
  • Les Tamouls, souvent confondus avec les Malbars, sont les indiens hindous de la Réunion. Ils sont souvent en contact avec les Indiens de Pondichéry de la Réunion.
  • Les chinois (ou Sinois en créole) : c’est la communauté chinoise de la Réunion. Un « chinois » en créole veut également dire un boutiquier, métier traditionnellement tenu par la communauté chinoise dans le « temps lontan » (le passé). Actuellement nos « sinois » ont plus tendance à être médecins et pharmaciens.
  • Les Zarabes : avec un z ! Loin de venir du Moyen-Orient ou même du Maghreb, ce sont les musulmans de la Réunion, dont les familles sont le plus souvent originaires d’Inde ou du Pakistan. Ils sont traditionnellement les commerçants de l’île. Les plus riches familles du départements sont zarabes.
  • Les Caf’, ou Cafres (féminin : Cafrine) : ce sont les réunionnais d’origine majoritairement africaine. Eux aussi ont leurs sorciers. Catholiques, protestants ou animistes, ils sont une des communautés majoritaires de la Réunion.
  • Les Yab les hauts : ce sont les descendants d’anciens petits blancs (propriétaires terriens pauvres) venant des « hauts » (la montagne) car repoussés par les gros blancs après l’abolition de l’esclavage. Le cliché du Yab les hauts est un homme roux un peu péquenot, agriculteur par exemple. Mais en vrai on peut être un Yab pas roux et pas péquenot hein ! Par contre, traditionnellement parmi les plus pauvres, ils participent à notre conception du monde: la couleur de peau ne veut rien dire sur la condition sociale!
  • Les Mahorais et les Comoriens: venant des Comores et de Mayotte (DOM également), ils sont le plus en butte avec le racisme, venant « voler le travail des réunionnais » ou « profiter de la France ». Sachez cependant que le racisme usuel est très mal vu et que vous pouvez vous faire éjecter d’un bus par les usagers si vous avez l’audace de dire des horreurs pareilles en public !
  • Les Malgaches : originaires de Madagascar, ils tiennent traditionnellement les marchés et l’agriculture.

P1030303

Un exemple de cliché à la vie dure 

À noter que même si les communautés sont assez clairement définies, la plupart des Réunionnais sont tellement métissés qu’ils peuvent entrer dans plusieurs catégories, comme cafre-malbar par exemple. De plus, malgré des rancoeurs centenaires entre certaines communautés – les cafres et les malbars justement par exemple – le métissage se fait malgré tout et efface le racisme latent.

Les cultures se mélangent pour un métissage presque parfait.

  • dans les croyances

La Réunion est un des départements les plus croyants de France. Par croyant je n’entends pas catholique, mais toutes les confessions : catholique, protestant, musulman, hindou, animiste, boudhiste,

Il y a très peu d’athées recensés, et la religion tient une place importante dans le cœur des Réunionnais. Que ce soit par des valeurs culturelles communes (nous sommes par exemple exceptionnellement prudes en ce qui concerne le corps, la famille est sacrée et passe avant tout, …), ou par des peurs et superstitions communes (personne, même un non-croyant, ne roulera sur un sac en plastique sur la route de peur qu’il y ait un poulet sacrifié porteur de mauvais œil dedans, ainsi que personne n’entrera dans une maison avec des rubans rouges sans y être invité par peur du mauvais sort – la sorcellerie en général fait peur), ou par des rituels partagés (le kabar par exemple, où les animistes rencontrent leurs ancêtres, ou la marche sur le feu hindoue, …).

Les jours fériés à la Réunion sont assez amusants : nous avons les jours fériés français… mais les musulmans prennent également leurs jours sacrés, ainsi que les hindous, les boudhistes, etc …

Et si on regarde la population des classes lors des jours sacrés de religion non-chrétienne, on s’aperçoit que même les chrétiens prennent le jour férié « par solidarité ». (Autant vous dire que dans mon quartier de zep, l’absentéisme était assez important…)

  • dans la cuisine

La cuisine réunionnaise est aussi métissée que sa population. D’inspiration indienne, chinoise, française, africaine, les noms exotiques tels que carris, massalés, rougails, bouchons, sarcives, … mettent l’eau à la bouche.

Par exemple le cari, d’origine principalement indienne, se compose d’une viande en sauce, avec de la tomate, de l’oignon, de l’ail et des épices (curcuma et gingembre notamment). On mange beaucoup de plats d’origine indienne donc, mais également chinoises.

Attention ! Un plat qui a le même nom qu’en Inde ou en Chine ne sera pas forcément le même plat que là-bas ! Nos samoussas ne sont pas des samossas indiens ! Nos bouchons ne sont pas des bouchées chinoises ! Notre riz cantonais et notre chop-suy n’ont plus tellement grand chose à voir avec les originaux. Le principe du plat réunionnais est de mélanger les épices et de tout faire à sa sauce… ce qui est en général délicieux.

Pour saliver devant les recettes, c’est par ici !

  • dans la rue

Ce qui étonne le plus les touristes ou les Zoreils venant d’arriver, c’est que le métissage de l’île se voit dans les rues. Pas seulement sur les visages aux milles teintes, dans les cheveux blonds, bruns, noirs, frisés, bouclés, raides, … Mais également dans les vêtements : ici, un boubou mahorais cotoiera un tchador ou une hippie ou une « racaille » ou une djellabah ou un costard-cravatte ou un penjabi indien, … Tout est possible !

Cette mixité se reflète aussi dans l’architecture réunionnaise. Un bâtiment ultra-moderne pourra faire face à une case créole du dix-huitième siècle ou à une petite échoppe zarabe ou chinoise qui donne l’impression de sortir des années 30.

Les langues se mélangent également. Bien que la langue officielle soit le français et qu’elle soit parlée par tous, on trouve toujours des gens pour parler non seulement le créole (80% de la population parle créole) mais également l’arabe, le chi-mahorais, des langues malgaches, du chinois, de l’hindi ou du tamoul, …

Mais notre grande tendance à être bilingues – au moins français / créole – ne nous rend absolument pas meilleurs que les métropolitains en ce qui concerne l’apprentissage des langues comme l’anglais ou l’allemand ! Aux touristes de s’adapter !

L’exemple le plus frappant du métissage réunionnais, ce sont les marchés. Là, toutes les couleurs, toutes les langues, toutes les nourritures, tous les vêtements, toute la culture y a rendez-vous.

P1030267

 Le marché de St Leu

En bref

La Réunion n’est pas une île parfaite. Nous avons 37% de chômage. Nous avons des embouteillages à n’en plus finir aux heures de pointe. Il y a plus de chiens que d’habitants. Il y a des attaques de requins.

Nos politiques ne sont pas plus pourris qu’ailleurs, juste un peu moins cachottiers. La sorcellerie existe dans notre culture. On peut se sentir enfermé sur l’île quand on a connu les limites extra-larges de l’Europe. Et pourtant, certains appellent la Réunion le « dernier paradis sur Terre » dans leur documentaires (ici en allemand).

Parce qu’ici, on retrouve des petits morceaux d’ailleurs et qu’on sait vivre tous ensemble. Parce que nos couleurs sont éclatantes et que le soleil tropical et la mer veillent sur tout ce petit monde. Parce que chez nous vous êtes les bienvenus. Mi aim zot tout’.*

(*Je vous aime tous)

– photo en une : les canons de St Denis de la Réunion au Barachois

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MacadamCowboy
    MacadamCowboy, Le 18 octobre 2014 à 15h41

    Té, la Réunion i manque a moin soman ...! Je suis ravie que Madmoizelle puisse en parler et faire disparaître quelques clichés et confusions avec les autres DOM. Souvent les gens pensent qu'on exagère en s'énervant/soupirant quand on nous dit "ah ouais, près de la Martinique" ou roule des "r" pour nous imiter mais c'est comme confondre un Corse avec un Marseillais (même si ça parait moins évident à confondre, CERTES).

    Et oui oui, beaucoup pratiquent plusieurs religions à la fois. J'ai des amis Chinois-Réunionnais qui sont chrétiens (donc baptisés, confirmés, communiés, vont à la messe, Jésus tout ça ...) et qui ne venaient pas à l'école lors des fêtes Chinoises (comme le nouvel an chinois par exemple) et vont brûler de l'encens dans les temples tout ça tout ça. Pareil pour des amis Malbar-Réunionnais qui sont à la fois chrétiens mais ne pouvant pas manger de boeuf par respect pour les Dieux indiens.

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)