Caboodle Ranch : le village des chats

Alors aujourd’hui point de mode, points de récit de mes tribulations londoniennes mais un instant goozi goozi. J’ai trois passions dans la vie : la mode, la bouffe et les chats. La dernière vous avez pu l’entr’apercevoir lors du récit shtroumpfesque du nouveau look de Nub mais comme notre grand patron est animé d’une haine […]

Alors aujourd’hui point de mode, points de récit de mes tribulations londoniennes mais un instant goozi goozi. J’ai trois passions dans la vie : la mode, la bouffe et les chats. La dernière vous avez pu l’entr’apercevoir lors du récit shtroumpfesque du nouveau look de Nub mais comme notre grand patron est animé d’une haine féroce envers ces innocentes créatures, je me suis fais violence pour ne pas vous inonder de récits chatounesques.

Mais le Caboodle Ranch est venu balayer toutes mes bonnes résolutions. Qu’est-ce que le Caboodle Ranch ? Un geste du cœur que dis-je, une providence divine. Un homme nommé Craig Grant qui a construit un village entier taille chat avec l’essentiel : un Wal-Mart, une église, un city hall (mairie) et des dizaines de petites villas taille chat.

Le plus étonnant dans cette histoire c’est que au départ, Craig Grant c’est un peu le Fab américain : il aime pô les chats. Mais un beau jour son fils déménage et part en laissant derrière lui son chat Pepper. Craig ne tarde pas à s’apercevoir que Pepper a des petits pains dans le four et quelques mois plus tard Craig l’anti-chat se retrouve avec cinq chatons et leur mère sur les bras. Il se prépare alors à les faire adopter lorsque son fils lui dit qu’il faut d’abord que les chatons soit sevrés avant de pouvoir les donner ce qui sous-entend les laisser au moins 8 semaines avec la mère. C’est alors que commencent les emmerdes. Entre les rideaux en lambeaux, les plaintes des voisins et les tirs de pistolet à plombs sur les chatons, Craig ne sait plus vraiment comment gérer sa meute. Il repère alors dans le journal local une publicité qui le mène à une ferme à une cinquantaine de kilomètres de sa ville d’origine. Il tombe immédiatement sous le charme de l’endroit avec son parc de 30 hectares et ses grands arbres. Ideal comme terrain de jeu pour ses félins. Rapidement l’endroit devient un refuge pour chats, il y ajoute des chatières et des étagères molletonnées pour des longues siestes de chats. A cette époque il n’a encore que 11 chats mais petit à petit il adopte des chats errants, maltraités ou abandonnés et aujourd’hui il arrive au record de 660 chats ayant trouvés refuge au Caboodle Ranch. Six de plus et on est foutus !

Chargement du lecteur...

Entre temps voyant sa meute grandir Craig a donc décidé de construire un véritable ville pour les habitants de son ranch, une ville avec de petites villas colorées, sillonnées par de calmes allées garnies de petits bancs et de petits lampadaires, une ville qui m’ évoquerait presque un Wisteria Lane félin !

CHATS+ PETITES MAISONS COLORÉES = PLAISIR DES YEUX

Craig Grant tu es mon nouveau gourou. Et pour Fab, il y a encore donc un espoir de rédemption pour toi.

– Retrouve Coline sur son blog !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • DolceVita
    DolceVita, Le 1 mars 2012 à 14h47

    J'avais vu cette vidéo y'a pas longtemps, ça m'a fait tripper sur le coup, mais l'article de la PETA beaucoup moins...

    Même si à la base ça part d'un bon sentiment, ce monsieur n'a clairement pas les moyens suffisant pour soigner tout ses chats :erf:

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)