Arrête de procrastiner en te basant sur l’effet Zeigarnik

Par  |  | 16 Commentaires

Tu ne cesses de penser à cette tâche que tu n'as pas terminé sans pouvoir te lancer ? C'est peut-être ce qui va t'aider atteindre tes objectifs.

Arrête de procrastiner en te basant sur l’effet Zeigarnik

Si j’avais écrit cet article il y a dix ans, je n’aurais peut-être pas passé un mois d’été merdique à rédiger ce mémoire de 3ème année en urgence.

Cette tâche énorme (une centaine de pages à écrire) m’a paralysée tout au long de mon année scolaire, si bien qu’il a fallu que je sois au pied du mur pour enfin commencer, et gâcher magistralement mes vacances.

Si j’avais connu l’effet Zeigarnik, j’aurais pu l’utiliser pour hacker mon cerveau, me lancer et me gratter les fesses au soleil tout le mois d’août.

Mais pas le temps pour les regrets, il n’est jamais trop tard pour tacler la procrastination et achever les tâches les plus angoissantes de ta to-do list.

Qu’est-ce que l’effet Zeigarnik ?

Notre cerveau recèle des mécanismes que tu peux utiliser pour augmenter ta productivité et enfin venir à bout des corvées accablantes. L’effet Zeigarnik en fait partie.

Dans les années 20, la psychologue et psychiatre Bluma Zeigarnik observe que les serveurs d’un café de Vienne retiennent toutes les commandes sans prendre de note.

Aussitôt la note réglée, ils oublient ce qu’ils viennent de servir pour mémoriser de nouvelles additions.

Pour étudier ce phénomène, elle décide de mener une expérience sur 164 participants. Ils doivent réaliser des puzzles et d’autres tâches simples qui ne demandent pas plus de 5 minutes de leur temps.

Régulièrement, les participants sont interrompus et ont leur demande de se souvenir de la tâche qu’ils étaient en train d’accomplir.

Résultat : les gens se rappelaient beaucoup mieux des tâches qu’ils n’avaient pas encore achevées.

Cet effet Zeigarnik désigne la faculté de notre cerveau à se souvenir davantage de ce qui doit être fini et à le rappeler sans cesse. En d’autres termes, s’interrompre dans une tâche nous rend plus motivé à l’achever.

Utiliser l’effet Zeigarnik pour arrêter de proscratiner

L’effet Zeigarnik est bien connu du marketing qui l’utilise par exemple via les bandes-annonces de films et les jingles.

Ces extraits visuels ou musicaux sont identifiés par notre cerveau comme inachevés, en suspens, et créent donc un sentiment d’anticipation.

Voici quelques options pour utiliser ou détourner l’effet Zeigarnik au quotidien et arrêter de procrastiner indéfiniment !

Écris la liste de tout ce que tu dois faire et assure-toi d’avoir un plan d’action

L’auteure et diplômée de psycho Sarah Allen explique dans cet article :

« L’effet Zeigarnik fonctionne en fait tant que nous n’avons pas de plan concret, et non parce qu’une tâche n’est pas achevée.

Notre inconscient ne peut pas établir un plan donc il pousse notre conscience à penser davantage à cette tâche et à se demander comment la réaliser. »

Ainsi, notre esprit ne cesse de passer en revue ce qui n’est pas terminé, causant au passage distraction et anxiété.

Pour éviter ces désagréments, tu peux donc commencer par lister tes tâches et être sûr·e de savoir quand et comment tu vas les réaliser.

Lance-toi sur la première étape du projet et achèves-en au moins une partie

Si tu manques de motivation, tu peux diviser un gros travail en plusieurs étapes. Cette technique des baby steps te permettra de créer le besoin de poursuivre cette tâche jusqu’à ce qu’elle soit achevée.

De plus, atteindre tes objectifs à court terme augmentera ta confiance en toi. Même si tu n’as pas complètement fini, tu as fait de ton mieux et cela t’a rapproché du but final.

Cela fonctionne aussi pour acquérir de bonnes habitudes, en revoyant ton temps de footing à la baisse ou en commençant par manger un fruit/légume par jour sur les cinq recommandés.


Regarde comme tu seras fière de toi

En fait, je réalise au terme de cet article que l’ex qui m’a soutenu pendant la rédaction de mon mémoire avait tout compris à l’effet Zeigarnik…

Le conseil qu’il m’a donné à l’époque m’avait beaucoup aidée à me lancer et ne m’a plus quitté depuis. Il s’agissait d’une phrase de son grand-père, qui donnait à peu près ceci :

« Pour moissonner tout le champ, il faut commencer par une botte de paille. »

Vous avez l’idée.

Et toi, tu as des techniques pour hacker ton cerveau et et arrêter de repousser ce que tu dois faire ? 

À lire aussi : Tu procrastines ? Tu as enfin une bonne excuse

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires
  • Kristeva
    Kristeva, Le 17 septembre 2018 à 14h33

    @Fauvette à lunettes pareil, si je me sens dans un flux de motivation faut surtout pas que je m'interrompe et faut que j'en profite jusqu'au bout ! Mais des fois au bout de 5 minutes j'en ai vraiment marre et je m'autorise à arrêter.

    J'avais lu quelque part que la procrastination vient du fait qu'on surestime beaucoup la pénibilité de la tâche à faire et l'inconfort que cela va apporter, ainsi que le plaisir immédiat que l'on peut retirer à ne rien foutre à la place. Alors que c'est un piège, finalement on profite assez peu du plaisir de ne rien faire à cause de la culpabilité...
    C'est sûrement aussi accentué par notre mode de vie actuel qui nous offre plein de gratifications immédiates.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!