L’amour des inconnus sur Internet, un carburant sous-estimé

Sur Internet, on parle à beaucoup d'inconnu•e•s. Mais leur soutien est loin d'être seulement virtuel.

L’amour des inconnus sur Internet, un carburant sous-estimé

Je me souviens de mes débuts sur Internet, quelque part pendant les (toutes jeunes) années 2000. À l’époque, tout le monde avait un pseudonyme. Mes parents, nourris aux campagnes de sensibilisation dramatiques, m’avaient toujours dit :

« Sur Internet, tu ne mets pas ton vrai nom, ni ton vrai âge, ni où tu habites. On ne sait pas qui est de l’autre côté. »

Du coup j’étais mymy26, merci la street cred — car oui, il était bien vu de mettre dans son pseudo le code de son département, au cas où l’Office de Tourisme de la Drôme cherchait une ambassadrice, qui sait ? Je ne parlais pas donc trop de moi, je n’avais aucun compte à mon nom, et mes Skyblog étaient pleins de textes « ambigus »… que seul•e•s mes proches « de la vraie vie » lisaient. On repassera pour l’anonymat.

big-internet-jeunesse-nostalgie

De l’anonymat forcé au trop-plein qui déborde

J’ai fini par raconter des trucs persos sur des blogs qui comptabilisaient, dans leurs beaux jours, une trentaine de lecteurs et lectrices. Normal, après tout : qui ça intéresse, les états d’âme d’une adolescente qu’on ne connaît ni d’Ève ni d’Adam ? Mais parfois, de ci, de là, je recevais un commentaire gentil, un mot doux qui mettait du baume au cœur.

Je reste la même personne, celle qui est rédac-chef adjointe de madmoiZelle et celle qui parfois chouine toute seule dans le noir.

Car dans la vraie vie, comme sur Internet, les attentions ont différentes façons d’agir. Mes ami•e•s, ma famille me soutiennent : ça fait énormément de bien… mais je me dis que c’est un peu leur « rôle ». Qu’il serait compliqué pour eux, pour elles de me dire « Écoute Mymy c’est pas contre toi mais là je m’en CON-TRE-FOUS de ta vie ». Ce sont des piliers solides, mais familiers. Alors que voir un•e inconnu•e sortir du bois pour me témoigner de l’affection, c’est autre chose. C’est un pur acte de solidarité gratuite, une autre sorte de réconfort.

parks-and-recreation

J’ai d’ailleurs rencontré un de mes meilleurs amis, que je ne connaissais pas du tout à la base, via son blog. À l’époque (en 2010 je pense), il postait tous les jours, et c’était un sacré exploit. Via ses écrits, j’avais l’impression de le connaître, même si je n’interagissais pas avec lui. Du coup, un jour, il a tweeté qu’il avait une après-midi de libre dans ma ville, moi aussi, et boum : on a fini par tailler le bout de gras au Starbucks pendant deux heures. ¡ Viva el Internet !

À lire aussi : Et si… les persos de séries des années 90 avaient eu un blog ?

Via mon job sur madmoiZelle, ma présence de plus en plus intense (et suivie !) sur les réseaux sociaux, j’ai fini par être incapable de dissocier « moi en ligne » et « moi IRL ». Quel intérêt de cacher que mon blog perso est bien le mien ? De planquer mon compte Twitter ? Je reste la même personne, celle qui est rédac-chef adjointe de madmoiZelle et celle qui parfois chouine toute seule dans le noir. Le cacher, selon moi, serait entretenir un mythe : celui de la jeune femme à qui la vie réussit, et qui n’a pas la moindre faille.

À lire aussi : Carrière ET famille, j’ai décidé de tout choisir

Ground control to Major Tom

Certains de mes écrits sont bien trop personnels et décousus pour être publiés sur madmoiZelle. J’en parlais dans mon article traitant de ces trucs qu’on ne m’avait pas dit sur l’âge adulte : je me suis retrouvée, récemment, en posture d’extrême vulnérabilité. À base de crises de larmes gratuites et surtout d’une grande peur de l’avenir. N’arrivant pas à en parler sur mad, j’ai fini par en causer sur mon blog.

broad-city

Ce fut comme une nuée de lucioles dans la nuit

Et là, vraiment, je garde la métaphore déjà utilisée : ce fut comme une nuée de lucioles dans la nuit. Plein de gens qui non seulement se reconnaissaient, mais en plus m’envoyaient du soutien, une gentillesse, une petite douceur. C’était comme si j’étais perdue dans un champ, à une heure du matin, et que plein de torches s’étaient allumées autour de moi, pour me dire « Ok, on peut pas éclairer ton chemin, mais voilà, il fait déjà moins noir, non ? Tu n’es pas seule ici ». Et ça m’a fait tellement de bien.

Ce fut le cas, d’ailleurs, à chaque fois que j’ai parlé de trucs personnels (positifs ou non) sur Internet. J’en viens à cliquer sur « Publier » en imaginant la planisphère, dans l’obscurité, clignoter au fil des gens qui se reconnaissent et qui prennent la parole.

À lire aussi : Lettre d’amour au monde de l’Internet

Plaisir d’offrir, joie de recevoir

Je me suis rendue compte, au fil des mois, que le soutien et l’amour des inconnu•e•s m’apportait beaucoup — à la fois parce que ça rassure de se sentir écoutée, et parce que ça fait du bien de ne plus se sentir seule. Mais il me restait encore un cap à franchir : celui de la réciprocité.

pay-it-forward

Dans la vie, je ne commente jamais, ou presque, sur Internet. Je ne vais pas débattre sur des pages Facebook, m’insérer dans des discussions Twitter, poser quelques lignes sous un article. Ce n’est pas un réflexe pour moi, j’ai plutôt une consommation passive, je suis uniquement lectrice. Difficile donc de « rendre la pareille » en soutenant des gens qui vont partager des états d’âme et autres doutes, ou même des moments heureux de leurs vies.

Mais cette histoire d’amour sur Internet, ça m’a fait relativiser. Et l’autre jour, sur Tumblr, je tombe sur les écrits d’un « pote ». C’est le premier mec que j’ai suivi dessus, car ses clichés m’hypnotisaient (il est photographe). On a vaguement parlé il y a des années, on est amis Facebook, mais on est loin d’être proches. Il vit entre Los Angeles et New York, moi entre Lille, Paris et Lyon. On ne se connaît pas intimement, il ne peut pas lire mes articles car il ne parle pas français.

master-of-none

Dans son article, ce pote parlait de plusieurs obstacles récents. Difficile de trouver des contrats, indécision quant au coin du pays qu’il préférait, petits soucis de santé… C’est rare pour lui d’évoquer des choses aussi personnelles. Et comme j’étais aussi passée par là, je lui ai écrit, spontanément. Ça a donné environ cet échange :

— Hey, ça va peut-être avoir l’air bizarre car on ne se connaît pas tant que ça, mais j’ai vu ton post et j’espère que tout ira bien. Tu m’as l’air de te débrouiller malgré les soucis financiers, et vu ton talent je suis confiante : ça finira par aller. Je pense que je ne te l’ai jamais dit mais j’adore ton travail. Voilà, c’était juste pour dire ça, tu as des ami•e•s ici en France, même si on ne s’est jamais vus (enfin, pas encore) ! Prends soin de toi.

— Merci Mymy. Ça fait vraiment du bien. Même si on n’est pas amis « en vrai », tu es l’une de mes plus anciennes « amies de l’Internet » et tu es importante à mes yeux.

À QUEL POINT C’EST CHOU ? Ouais c’est hyper chou. Et surtout, ce mec, qui a la trentaine bien tapée, qui est « cool » à tout plein de niveaux, doute aussi. Cet homme qui a une vie bien plus organisée que la mienne peut tirer du réconfort des mots gentils d’une petite meuf de 24 ans qu’il n’a jamais vue, qui lui écrit depuis l’autre bout du monde pour lui dire que ça va aller.

Alors ce que j’ai envie de dire, c’est aimez-vous, boudiou. Posez vos likes, vos cœurs, vos coms et vos MP. L’amour et le soutien, ça prend plein de formes différentes, chacune avec ses avantages. Et vous-mêmes vous savez que quand on se sent seul•e dans la nuit, chaque lumière est bienvenue.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 18 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MésangeBleue
    MésangeBleue, Le 12 février 2016 à 2h01

    :puppyeyes::cupidon:@Mymy Quel bel article, tu exprime parfaitement ce que je ressens aussi. C'est dingue comme internet peut produire le pire (com' haineux, harcèlement...) et le meilleur:hugs:

Lire l'intégralité des 18 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)