« Look Beyond Borders », la campagne d’Amnesty International qui va vous filer les poils

Amnesty International a publié une nouvelle campagne de sensibilisation, en faveur des réfugié•es. Look Beyond Borders invite à une rencontre... par le regard. Alerte émotion.

« Look Beyond Borders », la campagne d’Amnesty International qui va vous filer les poils

Amnesty International est une ONG oeuvrant pour la défense des droits de l’Homme partout dans le monde. À partir de là, toutes les causes humanitaires peuvent être de son ressort.

Tandis que les actualités en Europe ont chassé la question des réfugié•es loin des priorités médiatiques, des centaines de milliers de personnes continuent de fuir les zones de conflit, et tentent de reconstruire leur vie dans leurs pays d’accueil.

À lire aussi : Cette photo de réfugié syrien mort restera dans l’Histoire, et l’indignité de la France aussi

crise-refugies

Dans ces conditions, s’intégrer devient mission impossible

C’est déjà pas facile de s’intégrer dans un nouvel environnement quand on a le même niveau de vie et qu’on passe à peu près inaperçu. Mais quand en plus de la barrière de la langue, et des contraintes matérielles, on est victime de discriminations, stigmatisé en tant « qu’étranger•e » — voire pire : potentiel•le terroriste ! S’intégrer devient vraiment mission impossible.

Look Beyond Borders, porter son regard au-delà des frontières

Dans sa dernière campagne de sensibilisation, Amnesty International met face à face des réfugié•es, et des autochtones. Seul à seul•e, ils/elles doivent se regarder dans les yeux pendant 4 minutes. Une petite expérience qui se montre tout à fait concluante.

Draginja Nadażdin, directrice d’Amnesty International Pologne, d’où vient l’initiative de ce clip, explique son concept :

« Nous avons décidé de mener une expérience simple au cours de laquelle des réfugié•es et des Européen•nes sont assis•es l’un•e en face de l’autre et se regardent dans les yeux. Nous avons filmé ces rencontres empreintes d’humanité et le court-métrage parle de lui-même. Des personnes venues de continents différents qui ne se sont jamais regardées dans les yeux repartent en ressentant une connexion incroyable. »

Hanna Waśko, de l’agence de publicité Big Picture, l’une des organisatrices de la campagne, précise :

« Nous avons mené cette expérience à Berlin, ville symbole de la victoire sur les clivages. En ce sens, le plus important est de donner aux gens du temps pour mieux se comprendre et apprendre à se connaître. »

Se regarder pour se comprendre

Ils ne parlent pas la même langue, mais on l’aurait presque oublié : le langage n’est que la partie émergée de l’iceberg de la communication (cette métaphore est copyrightée par moi, merci bien). On se parle souvent sans mots, par les yeux, par les larmes et les sourires, par les gestes, par les caresses. Et toute cette communication non verbale casse la barrière de la langue sans effort.

Il suffit de prendre le temps, et de s’ouvrir à l’autre. En 4 minutes de face à face, ces gens ne sont plus des étrangers les uns pour les autres : ils se sont rencontrés.

À lire aussi : Des lycéens d’Île-de-France se mobilisent pour aider les réfugiés

big-john-oliver-crise-refugies

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • JAK-STAT
    JAK-STAT, Le 31 mai 2016 à 23h42

    Mitzy
    Très belle vidéo !

    Mais de manière générale, je dirai que les gens sont davantage touchés quand on leur raconte des histoires individuelles et personnelles que lorsqu'on leur sort des chiffres astronomiques sur le nombre de réfugiés qui arrive en Europe.
    C'est normal, on n'est pas touchés par un nombre :/ on le retient comme un nombre donc quelque chose de froid et quantitatif, mais une histoire individuelle ça fait penser "ah oui c'est tout de même hardcore ce qu'ils vivent"

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)