Tous ces aliments qui contiennent des matières animales (sans que tu ne le saches)

Il se cache peut-être dans ton frigo et tes placards des aliments que tu pensais végétariens... Mais qui en réalité, ne le sont pas.

Tous ces aliments qui contiennent des matières animales (sans que tu ne le saches)

18h. Tu sors de cours, ou du taff. Machinalement tu réfléchis à ce que tu as envie de manger ce soir, et tu entres dans la supérette en bas de chez toi..

Ce soir la flemme est à son top niveau, alors tu décides d’aller au plus simple. En bonne végétarienne, tu attrapes dans les rayons une boîte de flageolets que tu agrémenteras de crudités pour ton quota de légumineuses et de fruits et légumes de la journée.

Tu passes au rayon frais et ta gourmandise te fait tendre la main vers ce comté AOP. Il est un peu cher, c’est vrai, mais le goût du comté est incomparable !

Pour finir, tu achètes un paquet de chamallows Haribo, ce sera parfait à déguster devant un bon Harry Potter.

Tu penses à ton équilibre alimentaire et tu décides d’acheter quelques pommes rouges pour faire office d’encas de 10h dans les prochains jours.

Te voilà avec un panier 100% végé !

Vraiment ? En réalité, rien n’est moins sûr…

Du boeuf et du porc dans tes desserts

Dans ce panier de courses, en réalité, chacun des aliments que je viens de citer peut contenir de la matière animale.

C’est ce que dénonce l’ONG FoodWatch, dont l’enquête a été relayée par Morgane Bertrand, dans l’Obs.

Si tu es comme moi, tu savais peut-être déjà que de nombreux bonbons par exemple contiennent de la gélatine animale, à l’image des chamallow Haribo ou des oursons à la guimauve Cémoi…

Mais c’est aussi le cas de nombreux autres produits, à l’image de yaourts de la marque Yoplait qui comportent de la gélatine bovine, « issue de la peau et des os de l’animal ».

Les Viennois au chocolat de Nestlé, ainsi que d’autres desserts tels qu’un tiramisu de Carrefour ou le macaron aux framboises d’Auchan incluent dans la liste de leurs ingrédients de la « gélatine », mais il n’est jamais précisé qu’elle est d’origine porcine.

À savoir en la matière : généralement, lorsqu’il est indiqué gélatine dans la liste d’ingrédients, si le mot n’est pas suivi de l’adjectif « végétal »… c’est qu’elle est d’origine animale.

Des insectes pour donner un air appétissant à ta glace

Parmi les autres ingrédients dont peu de gens savent qu’ils sont d’origine animale, des additifs.

Ils sont souvent nommés à l’aide de lettres et de chiffres difficilement décryptables, à l’image des E120 (« carmins et acide carminique ») ou du E904 (« shellac ») qui sont respectivement des colorants et additifs issus d’insectes.

Le shellac est en effet une sécrétion de la cochenille, qu’on retrouve par exemple dans une glace Carte d’Or à la fraise et à la meringue, mais aussi dans l’Orangina rouge, ou de manière encore plus surprenantes… dans les « pommes luisantes » Fuji.

Du poisson pour obtenir un vin limpide et clair

Énième surprise, sache que tu peux retrouver de la matière animale non pas dans ton vin lui-même, mais il en est régulièrement utilisée au cours du processus de fabrication, pour sa clarification.

Explications : la clarification consiste à faire en sorte d’éliminer les résidus solides présents dans le vin. L’une des méthodes utilisées pour cela peut être le « collage » : on ajoute dans le vin des protéines qui vont coaguler avec les résidus solides et in fine couler au fond de la cuve.

Les protéines dont on parle peuvent être issues du blanc d’oeuf, mais aussi de gélatine animale (oui, encore !) ou de « colle de poisson », un dérivé de poisson.

Et tiens toi bien : c’est aussi le cas pour la bière !

Une liste non-exhaustive de produits « végétariens » contenant de la viande

Reste un aliment dont je n’ai pas expliqué la composante animale : les flageolets. Sache que ceux « extras-fins » de la marque Cassegrain comporte… du bouillon de volaille.

L’ONG FoodWatch précise que cette liste n’est bien sûr pas exhaustive. Elle a présenté cet échantillon dans le but de faire réagir les industriels en leur demandant de mieux étiqueter leurs produits.

D’ailleurs, après n’avoir obtenu qu’une réponse insatisfaisante de la part de Yoplait (que l’on peut résumée à « il y en a peu et les gens qui l’achètent préfèrent ce goût »), l’ONG a lancé une pétition pour lui demander au choix de modifier sa recette ou de mieux informer les consommateurs et consommatrices de ses produits.

Alors, tu vas signer ? Tu avais connaissance de toutes ces composantes animales plus ou moins dissimulées ?

Esther

Esther est tombée dans la marmite de madmoiZelle quand elle était petite. Elle n’a pas grandi, mais elle a depuis développé de fortes convictions féministes. Au croisement de la rubrique actu et de la rubrique témoignages, elle passe de temps en temps une tête à l’étranger pour tendre son micro aux madmoiZelles du monde entier !

Tous ses articles

Commentaires

Kathelvellon

Puisque tu parles d'amalgames, attention, "omnivore" et "carniste", c'est pas la même chose.
Merci pour ces précisions ! Le contexte dans lequel j'avais entendu l'expression ne m'avais pas donné cette impression et était assez clairement péjoratif, ce qui m'avait paru d'ailleurs plus comique que vexant... Je vois grâce à ta réponse que l'emploi de ce terme se justifie dans un cadre plus complexe.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!