5 bonnes raisons d’aimer Marc Levy

Après avoir trollé sur Harry Potter, celle qu'on appelera désormais P.Trollette (pouet) se devait de prendre la défense de Marc Levy.

5 bonnes raisons d’aimer Marc Levy

Marre d’entendre que Marc Levy est le pire blaireau de la littérature. Pourquoi tant de haine ? J’espère bien vous convaincre que Marc Levy, tout de même, il en a là-dedans.

1 – Marc Levy est un écrivain populaire.

Populaire, carrément. Alors que j’ai franchement des doutes sur le fait que chacun de nous ait pu lire un jour du Zola et aimer ça (sans s’endormir, soit dit en passant), il est sûr et certain que tout le monde trouvera une petite pause de bien-être dans un ouvrage de Marc Levy. Fluide, bien construit, avec des histoires efficaces : j’appelle ça du livre pour tous, sans distinctions de niveau de langue, d’origine scolaire ou autre. Et tout le monde s’y retrouve.

2 – Marc Levy a de l’imagination.

Comment ça Marc Levy écrit toujours la même chose ? Hey, c’est bon ! C’est pas non plus Guillaume Musso ! Qui d’autre peut se targuer d’oeuvres aussi éclectiques ? Il passe sans se retourner d’une histoire d’amour ombragée (le magnifique Où es-tu ?) à une histoire fantastique et truculente de revenante avec Et si c’était vrai. Ma preuve que cet homme ne cherche pas à s’enfermer dans des cases (roman réaliste, SF, drames…) et touche à tout. La marque des grands.

3 – Marc Levy ne fait pas de fioritures.

Y’en a marre de voir des tournures de phrases alambiquées comme pas permis. Marre de la domination poétique de Baudelaire et autre, et qu’on vienne nous assommer à coups de belle écriture. On veut du concret, point. Marc Levy n’y va pas par quatre chemins : l’amour s’appelle l’amour, et la voisine d’en face n’est rien qu’un être humain. Ca fait du bien de ne pas se triturer les neurones en permanence pour comprendre une phrase, notre divertissement ne cherche pas spécialement le prix Nobel, merci.

4 – Marc Levy a su rester simple.

Quand certains se targuent de cracher à la tronche des médias, de dénoncer un système de l’intérieur, ou de snober le monde littéraire en s’y croyant supérieur (rappelons que Beckett, le mec dont on a jamais compris un seul ouvrage, avait refusé un prix comme un malpropre), Levy, lui, se contente de profiter de son succès avec humilité et disponibilité envers son public. La preuve, en ayant adapté certaines de ses oeuvres au cinéma (films dont il a toujours contribué à l’adaptation sur grand écran), il garde toujours contact avec ses fans, sans vendre son âme au diable ni laisser d’autres dénaturer ses histoires. Un mec qui écrit pour les autres, et qui sait les remercier.

5 – Marc Levy sait donner des émotions justes.

Alors là, si on peut dire quelque chose pour défendre les livres de Marc Levy, c’est bien le fait qu’ils soient tous touchants, et de manière très juste. Tandis que beaucoup d’oeuvres nous prennent littéralement la tête sur les émotions humaines (Baudelaire, le poète qui resta toute sa vie à se torturer le slip devant la fenêtre), Marc Levy, lui, écrit toujours de manière terre à terre. C’est vrai quoi, pas besoin de disserter pendant des heures sur une sensation pour la faire comprendre, marre de ces habitudes de névrosés prétentieux ! Par des mots simples et réalistes, les personnages de Marc Levy savent nous faire ressentir leurs émotions, et par conséquent nous intégrer à l’histoire.

Je pourrais encore vous évoquer comment Marc Levy a su s’imposer, en ces temps de stagnation du monde littéraire français, parmi tous les autres auteurs, avec son style original, ou comment cet auteur a su me redonner le goût de la lecture à moi qui m’ennuyais devant ces malheureux classiques, ou comment le quotidien peut s’embellir grâce à des histoires qui nous touchent. Mais le plus simple, vraiment, est encore d’aller s’en payer un bon tome.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 145 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Faol
    Faol, Le 5 novembre 2011 à 21h54

    Rien que pour l'insulte à Baudelaire, je boycotte cet article. Et Marc Levy avec. Non mais.

Lire l'intégralité des 145 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)