3 créatures terrifiantes des fonds marins

Grâce à Jack Parker, découvrez trois des bestioles les plus dégoûtantes et dangereuses de nos merveilleux océans !

3 créatures terrifiantes des fonds marins

Cette année, je ne pars pas en vacances, je n’irai pas nager, alors comme une vilaine frustrée, j’ai décidé de me venger en traumatisant celles qui auront l’immense plaisir d’aller faire trempette sous un soleil de plomb (en vrai je vous souhaite de bonnes vacances, amusez-vous bien, n’oubliez pas la crème solaire et dites bonjour à la plage pour moi, bisous, je vous aime).

La mer, ça fait PEUR. Déjà c’est dégueulasse, en plus c’est hyper profond et puis y a plein de trucs immondes qui nagent là-dedans. Alors ouais, c’est ça, faites les malignes avec vos poissons multicolores, vos dauphins “trop mignons” (mon cul ouais) et vos requins qui ne vivent que loiiin, trèèèès loin de nous et puis qui n’attaquent que très rarement (re-mon cul ouais). Moi je suis là pour vous parler de ces créatures dont vous ne soupçonnez même pas l’existence, qui rôdent sous vos orteils pendant que vous vous prenez pour Ariel en rigolant et en buvant la tasse.

1. La Tiburonia Granrojo, également appelée La Grande Rouge

On dirait un vieil euphémisme sophistiqué pour désiginer les menstrues, mais la Tiburonia Granrojo est en réalité une grosse méduse bien moche, toute droit sortie de l’imagination d’H.P. Lovecraft. Ce gros bulbe rouge armée de quatre à sept bras buccaux semblables à d’épaisses tentacules (ou des péni un peu moches et malformés) (ou des langues, aussi) n’a été vu pour l’instant qu’en Californie, vers Hawaii et au Japon. Autant vous dire que vous avez assez peu de chances de la croiser, surtout qu’une toute petite vingtaine de spécimens ont été observés seulement, donc dans l’immensité des étendues d’eau salée de la planète, ça fait maigre.

Et ça tombe bien, parce qu’en plus d’être sacrément moche (on avait dit pas le physique !), cette méduse est plutôt du genre barbare. En plus d’avoir un diamètre avoisinant généralement les 90 cm (ça fait presque un mètre hein, pour une méduse, c’est FAT), elle ne chasse pas comme ses autres copines méduses. Là où les autres utilisent des tentacules qui paralysent/grattent/piquent/tuent pour faciliter leur chasse, la Grande Rouge est obligée de faire sans, rapport aux pénis qui lui servent de bras. Immobiliser ses proies c’est pour les faibles : du coup, elle est obligée de faire avec les moyens du bord et se contente d’attraper ce qu’elle veut et de l’enfourner dans sa bouche direct, comme ça, sans bonjour ni merde ni rien.

Si vous vous retrouvez avec des grosse ampoules rouges en guise de pantoufle en plein océan Pacifique, faudra pas chercher plus loin.

Et pour finir sur une note glamour, sachez que la Grande Rouge a un système digestif incomplet, ce qui signifie qu’elle utilise le même orifice pour ingérer et expulser sa nourriture. Voilà voilà.

2. Le bathynome géant

Également appelé “gros cloporte géant dégueu des fonds marins”, le bathynome géant est un crustacé de taille totalement illégale : 35 centimères en moyenne et jusqu’à 50 pour les plus gros spécimens. Il traîne généralement du côté des Antilles et du golfe du Mexique, mais également à l’embouchure de l’Amazone, dans le golfe du Bengale, la mer rouge et l’océan indien. Faites bien gaffe à la destination que vous choisirez cet été.

Alors si vous observez deux secondes cette ravissante photo, vous noterez qu’il y a un truc légèrement anormal au niveau des pattes (rapport au nombre indécent). Si vous voulez savoir combien de pattes possède un bathynome géant, va falloir faire un peu de maths. En effet, le corps du bathynome géant est composé de 14 segments articulés, possédant chacun une paire de pattes. En tout, ça fait beaucoup, beaucoup trop de pattes pour un seul être.

Et devinez quoi ? Il est carnivore et charognard ! Woooo double jackpot ! Bon, un charognard de la mer concrètement, c’est celui qui bouffe les restes de baleine et de crevette, donc y a moins menaçant comme concept – mais remplacez l’image du mec qui crève la dalle dans le désert, surveillé de près par des vautours par l’image d’un gens comme vous un peu fatigué sur la plage et surveillé de près par des bathynomes géants et vous verrez que ça marche super bien.

En plus, ce gros dégueulasse est extrêmement vorace. Les pêcheurs ne l’aiment pas des masses, parce que quand ils ont le malheur d’en prendre un dans leur filet, ils le découvrent généralement sous une pile de poissons à moitié bouffés (et donc invendables). Et quand il bouffe trop (ce qui arrive souvent), il n’est même plus capable de tenir sur ses pattes tellement il est plein jusqu’à la gueule. Si on m’avait dit qu’un jour je me trouverais un point commun avec un isopode géant…

3. Le vampire des abysses

Prenons quelques instants pour apprécier ce nom absolument extraordinaire et donner une petite tape dans le dos du mec qui a eu cette super idée. Le vampire des abysses putain.

Qu’est-ce donc que cette chose ? Il s’agit d’un petit céphalopode qui ressemble vaguement à une pieuvre mais qui n’en est pas une puisqu’il appartient à l’ordre des… Vampyromorphides, évidemment (à noter que le vampires des abysses est le seul vampyromorphide encore vivant). Sa taille tourne généralement autour des 30 centimètres et il ne présente donc aucun danger pour l’homme. Est-ce que ça le rend moins flippant pour autant ? Pas vraiment. Comme je suis du genre à bondir hors de l’eau en hurlant comme une démente si un poisson de la taille de mon petit orteil me frôle, imaginez un peu le carnage en cas de rencontre avec un vampire des abysses.

Vous vous doutez quand même bien qu’on lui a pas donné ce nom uniquement pour le panache qui va avec. D’abord, ce gros mollusque possède une paire de nageoires qui ressemblent à deux grosses oreilles d’éléphants et qui donnent l’impression qu’il vole dans l’eau – un peu comme Dumbo en vachement moins mignon. Ensuite, ses huits bras sont bordés de rangées d’épines semblables à des crocs acérés (ça y est, vous la voyez la cohérence avec son blase ?). Et pour finir, le vampire des abysses est plutôt du genre festif. Son corps est recouvert de photophores, des organes qui produisent de la lumière. Il peut s’éteindre et s’allumer à volonté, faisant de lui un super arbre de Noël de substitution, en plus mou et plus flippant. Il sait aussi très bien faire le stroboscope pour désorienter ses victimes, et j’avoue, je trouve ça un peu coolos quand même.

Ah, et il peut aussi se mettre complètement à l’envers – pas comme toi et moi le samedi soir, mais plutôt comme les Popples. Jugez plutôt :

Classe, hein ? Ouais bah j’aimerais quand même pas qu’il vienne traîner trop près de mon derrière au fin fond de l’océan. Mais bon, de ce côté-là on est tranquilles, le vampire des abysses vit à plus de 600 mètres de profondeur, là où la lumière n’existe pas.

Bon allez, histoire de finir sur une note pas trop dégueu, rappelons qu’il y a aussi deux trois trucs cool sous l’océan (dans votre IMAGINATION) :

http://www.youtube.com/watch?v=Rcph6M3DiV0

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 17 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Woe
    Woe, Le 22 juillet 2012 à 21h41

    AndTheBeatGoesOn;3398137
    Bah à contre courant, j'ai pas trop aimé le ton de l'article. Pour moi ces animaux sont fascinants, on peut tellement apprendre de ces espèces, alors forcément quand je lis qu'ils sont de "gros dégueulasses", que "oh mon dieu il a 14 paires de pattes"... Bof.
    Je suis tout à fait d'accord...
    Et pour éclaircir un point, les méduses ne sont pas dotées d'un système digestif 'incomplet' mais seulement différent de celui d'autres animaux. Ce n'est pas qu'il leur en manque un bout comme le sous-entend le mot 'incomplet', mais seulement qu'elles ont un appareil tout à fait fonctionnel sans anus, tout comme chez nous il marche très bien avec deux orifices...
    C'est une autre solution qui a été retenue par la sélection naturelle, et je trouve ça un peu gradiste de considérer que les méduses ne sont 'pas finies' !
    Et accessoirement, pas de risque de 'grosse ampoules rouges en guise de pantoufle' puisque cette espèce vit en moyenne à 1000m de profondeur...
    En bref, un peu d'ouverture d'esprit ne ferait pas de mal sur ce coup là !

Lire l'intégralité des 17 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)