1 Jour 1 Culotte — La culotte d’attaque de Romilly

Une petite merveille de froufrous, de dentelle et de noeuds délicats est à l'honneur dans ce nouvel épisode d'1 Jour 1 Culotte !

1 Jour 1 Culotte — La culotte d’attaque de Romilly

Avant d’arriver dans l’enfer de la coloc, mes culottes rivalisaient de bon goût et d’esthétisme. Ce qui veut donc dire coton, boxer, pas de dentelle, confortable, noir. Tous mes sous-vêtements étaient taillés sur un modèle unique, ce qui me permettait de ne pas perdre de temps le matin en voulant m’habiller : je n’avais pas le choix !

De temps en temps, les soldes chez H&M et autres distributeurs de culottes ont fait que mes boxers sont passés du noir au mauve, au rose foncé ou au bleu, mais cela restait des cas très isolés. Pourtant c’était la fête quand je les mettais !

Et puis un jour j’ai fait la pire erreur de ma vie : je suis entrée dans une coloc qui a failli me faire péter un plomb. Imaginez la petite française aux boxers noirs qui arrive dans l’univers de Mister Bodybuildé aux caleçons-boxers Calvin Klein, et à Miss Model aux strings rouges à dentelles… Quand on étendait les lessives, j’ai commencé à me sentir un peu à la ramasse.

Tellement à la ramasse que j’ai… Piqué cette culotte à ma coloc.

Alors ici j’éclaircis deux points : déjà, c’était une culotte neuve, pas encore portée, qu’elle venait de ramener et qui a fini « par accident » dans mon tas de linge propre, et ensuite, je n’ai aucun regret d’ordre éthique car ces colocs m’ont volé pour plus de 100€ d’objets et de billets en moins de 6 mois (jusqu’à ce que je ferme ma porte à clé avant de me casser bien loin).

Me voilà donc en possession d’une culotte-presque-boxer (excusez moi, mais vu mon niveau, je ne maîtrise pas les différentes appellations : dites-moi « tanga » et je vois le slip de Tarzan qui danse le tango…). Rouge. Avec des noeuds. Et de la dentelle. Qui est restée un nombre incroyable de semaines dans mon armoire avant que je ne décide quoi en faire. Et finalement j’ai trouvé !

À l’époque, je fréquentais un chanteur d’opéra (un ténor), et ça n’allait pas franchement très vite entre nous. Je l’aimais beaucoup, qu’il m’aimait beaucoup mais que… Bah je sais pas, mais y a des histoires de blondes là-dessous si vous voulez tout savoir. Or, je ne suis pas du genre à abandonner sans me battre.

Alors j’ai tenté la transformation en femme. Oui, je sais, je suis physiquement, cis-genderiquement*, une femme. Mais visiblement, lui ne l’avait pas compris ! Du coup, cette culotte rouge illégale est devenue mon arme secrète. Une belle robe, un beau soutif et cette culotte et me voilà telle Jeanne d’Arc, prête à bouter les Ricaines, en l’occurrence, hors de la cafète de l’opéra.

*Oui, j’aime les néologismes

Je dois dire que la technique a fonctionné : sûre de moi et de mon charme, j’ai obtenu un café romantique loin de la cafétéria de l’opéra. Monsieur le Ténor n’a jamais eu le droit de voir mon arme secrète, mais j’ai décidé ce jour-là, déjà consciente que ça ne marcherait pas entre nous autrement, que cette culotte rouge deviendrait ma culotte d’attaque. Mon tissu rouge pour taureaux humains. Olé !

Quelques mois plus tard, mon ténor, dans les bras d’une blonde américaine, étant retourné au pays du burger, ma culotte avait passé un certain temps bien au chaud dans un tiroir, déprimée de n’avoir personne à titiller.

Et puis un soir, mon exotisme de Française des DOM en plein milieu de l’Allemagne de l’Est m’amena à rencontrer une floppée d’Allemands intéressants. Deux devinrent de très bons amis, et le troisième se plia en quatre pour me revoir. Je ne sais pas comme je fais, mais je tombe toujours sur des histoires compliquées, alors malgré le fait que je lui plaisais, qu’il me plaisait, que nous nous plaisions, il ne se passait rien. Rien. Du tout. Nada. Une bière, un surnom, une bière, une bise, une bière…

Un soir, j’ai donc décidé de mettre ma culotte d’attaque. Je précise qu’elle est toujours assortie à une robe/jupe/décolleté d’attaque, car personne ne la voit et ne sait qu’elle est là à part moi, donc ça marche moins bien. En tout cas, une fois de plus, la culotte d’attaque fit des merveilles !

En fin de soirée, bien éméchée, je me suis retrouvée à jouer à « devine quoi » avec mon danseur du moment.

— Devine… quelle couleur je préfère.
— Rouge. Comme ta culotte ?
— Bah comment tu sais ?

Dialogue inoubliable. Il avait juste deviné parce que « c’est aussi sa couleur préférée ». Mouais, acceptons l’excuse. Le jeu se termine sur une grande explication philosophique comme quoi les hommes aiment les sous-vêtements rouge passion tandis que les femmes aiment le noir, et que donc rouge et noir c’était parfait pour l’harmonie du couple. (Si vous voulez la marque de notre bière, rendez-vous en Allemagne !)

En arrivant chez moi, monsieur le danseur vérifie que tout va bien, me met en pyjama (les yeux fermés à partir du moment où il se rend compte qu’il n’a pas tort sur le rouge et noir) et… me fait la bise avant de s’apprêter à rentrer chez lui. Arguant que j’ai quand même une culotte rouge passion, je gagne un baiser. Depuis ce jour, il se réfère à notre premier baiser comme au « rouge et noir » de sa vie — en français dans le texte !

Quelques mois plus tard, nous nous séparons : la vie, tout ça. Ma culotte d’attaque attend patiemment que mon coeur se répare pour tenter une nouvelle aventure. Elle en est toute frétillante d’avance, mais je ne suis pas encore prête, alors elle se repose et prend des forces. Je suis sûre que le prochain cas demandera encore quelques prouesses de sa part…

En tout cas, son origine un peu illégale et sa tendance à mettre du piment dans mes relations en font une culotte bien spéciale pour la madmoiZelle que je suis !

Tu veux aussi participer à 1 Jour 1 Culotte ? Envoie ton récit et une (grande) photo de ton slip à mymy[at]madmoizelle.com ! N’oublie pas d’indiquer 1 Jour 1 Culotte en objet du mail, ainsi que ton pseudo si tu ne souhaites pas être anonyme !
Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Morgus
    Morgus, Le 7 septembre 2014 à 22h45

    Waouh ! Le concept me plaît et j'ai beaucoup rigolé :yawn:

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)