Live now
Live now
Masquer
violences-conjugales-conge-paye
Actu mondiale

Un congé payé pour aider les victimes de violences conjugales à s’échapper

27 juil 2018
La dépendance financière est l’un des nombreux facteurs qui peuvent empêcher une victime de violences conjugales de redevenir libre. Alors un pays a décidé d’agir.

Un jour, au Japon, je suis passée devant une boutique de fringues qui avait le meilleur nom : Congés payés adieu tristesse.

Il est courant là-bas de croiser des mots français n’ayant pas trop de sens accolés les uns aux autres, ça fait exotique — un peu comme les t-shirts couverts de kanji que je portais au collège.

Congés payés adieu tristesse, ça m’a beaucoup fait rire et ça m’a plu. Surtout que j’étais, à ce moment-là, en congés payés !

Adieu tristesse, en effet, quand on peut prendre une pause dans son quotidien, éteindre tous ses réveils et ne rien faire du tout, sans perdre d’argent, sans se mettre en danger.

Ce congé payé d’un nouveau genre est aussi une question de sécurité. Mais pas juste financière.

Le congé payé pour les victimes de violences conjugales

En Nouvelle-Zélande, un projet de loi porté par des femmes politiques, dont Jan Logie qui a part le passé travaillé en refuge pour femmes battues, vient d’être adopté.

Il met en place un congé payé de 10 jours pour les victimes de violences conjugales.

L’idée : qu’elles puissent se permettre de ne pas travailler, partir de chez elles, avec leurs enfants le cas échéant. De prendre du temps pour sauver leur vie.

Le fléau des violences conjugales

Comme l’explique The Guardian, ce n’est pas un hasard si cette loi a été votée en Nouvelle-Zélande.

« La Nouvelle-Zélande est l’un des pays ayant le plus fort taux de violences conjugales dans les pays développés, avec une intervention de police toutes les quatre minutes.

Les violences conjugales représentent pour le pays un coût allant de 4,1 milliards à 7 milliards de dollars néo-zélandais par an. »

À lire aussi : Les jeunes femmes victimes de violences échappent à l’aide des associations

Pour Jan Logie, l’une des porteuses de ce projet, le congé payé n’est bien sûr pas une solution miracle, mais un symbole fort.

« L’un des buts de cette initiative, c’est d’engager toute la société. Ce n’est plus juste le rôle de la police : nous avons tou·tes un rôle dans l’aide aux victimes.

C’est une façon de changer le statu quo, de dire : nous sommes tou·tes impliqué·es dans ce problème et il faut changer les choses. »

L’argent, un boulet de plus aux chevilles des victimes de violences conjugales

Il peut être difficile de comprendre pourquoi les victimes de violences conjugales ne partent pas dès la première gifle, la première insulte, le premier coup.

C’est que la violence est souvent psychologique bien avant d’être physique, et qu’elles sont déjà sous l’emprise de leur partenaire.

Dans l’article Mon mec vient de me frapper pour la première fois, que faire ?, Chloé écrivait :

« Les psychologues expliquent que la violence conjugale fonctionne en « cycles ».

En fait, il est plutôt rare que la première violence physique soit un acte isolé – souvent, elle a été précédée par d’autres formes de violences (psychologiques, verbales, etc.). »

À la pression pesant sur la victime, à la peur, s’ajoute parfois l’aspect financier : puis-je me permettre de prendre des jours ? Vais-je être mal vu·e au travail ? J’ai déjà posé mes vacances, puis-je assumer des congés sans soldes ?

Jan Logie explique :

« La violence conjugale ne respecte pas la séparation entre vie professionnelle et personnelle.

Beaucoup de coupables amènent la violence au travail. En surveillant leur partenaire, en l’appelant constamment, en menaçant ses collègues…

C’est aussi un moyen de détacher la victime de son emploi, de la faire virer ou de la pousser à la démission afin qu’elle deviennent encore plus dépendante. »

Comment fonctionne concrètement le congé payé pour les victimes de violences conjugales

Cette nouvelle loi, effective en avril 2019, permettra aux victimes de violences conjugales d’obtenir 10 jours de congés payés en plus de leurs temps de repos habituel, et facilitera certaines démarches comme le fait de changer de lieu de travail.

Je dois avouer que concrètement, je ne comprends pas bien comment c’est censé marcher. The Guardian indique que les personnes n’auront pas à prouver leur situation (et tant mieux)…

Du coup, leur suffira-t-il d’aller voir leur supérieur·e ou les ressources humaines pour poser discrètement ces 10 jours ? Quid de la relocalisation si la personne bosse dans un petit commerce, par exemple ?

Le New York Times explique que ce sera à l’employeur d’assumer cette dépense, et non au gouvernement.

Je pense que l’idée est principalement d’offrir aux victimes du temps, 10 jours de liberté n’ayant pas de conséquences financières et leur permettant, peut-être de sortir la tête de l’eau. Car comme le dit Jan Logie :

« Ça n’a aucun sens de dire aux victimes qu’elles doivent partir, et de les condamner à la pauvreté quand elles le font. »

À lire aussi : Le jour où la voisine a été tabassée par son copain

Les Commentaires
7

Avatar de 123pourquoi
27 juillet 2018 à 17h49
123pourquoi
Loyauté et engagement... En 2018...
0
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Actu mondiale

Buckingham Palace désavoue l’une de ses membres honoraires accusée de propos racistes © Rabbit75_Cav via Canva
Actu mondiale

Buckingham Palace désavoue l’une de ses membres honoraires accusée de propos racistes

Camille Lamblaut

01 déc 2022

Sexo
Sponsorisé

Quatre choses à savoir sur les orgasmes multiples

Humanoid Native
Polanski mars distribution
Actu mondiale

Roman Polanski : la date de son jugement pour diffamation a été annoncée 

Camille Lamblaut

30 nov 2022

mariage-gay-eglise-ecosse
Actu mondiale

Aux États-Unis, le Congrès légifère pour protéger le mariage pour tous 

Camille Lamblaut

30 nov 2022

musée londres
Actu mondiale

À Londres, une expo coloniale, raciste et sexiste ferme (enfin) ses portes

Maya Boukella

28 nov 2022

jon-tyson-WeK_Wc2b0Aw-unsplash
Actu mondiale

Grâce à une nouvelle loi, E. Jean Carroll relance sa plainte pour viol contre Donald Trump

Camille Lamblaut

25 nov 2022

luis-melendez-Pd4lRfKo16U-unsplash
Santé

Au Royaume-Uni, les infirmières annoncent une grève historique

Camille Lamblaut

25 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-24 à 12.15.46
Sport

Qatar 2022 : la ministre des Sports encourage les Bleus à « exprimer leur engagement en faveur des droits humains » 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-23 à 18.12.16
Pop culture

Comment un concert de Taylor Swift a remis en question l’hégémonie de Ticketmaster aux États-Unis

Camille Lamblaut

24 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-23 à 15.10.28
Actu mondiale

Qui est Nasrin Sotoudeh, l’avocate iranienne lauréate du prix Robert-Badinter ?

Camille Lamblaut

23 nov 2022

mario-gogh-VBLHICVh-lI-unsplash
Travail

Égalité pro : l’UE impose un quota de femmes dans les conseils d’administration des entreprises cotées

Camille Lamblaut

23 nov 2022

La société s'écrit au féminin