Live now
Live now
Masquer
Source : Wikimedia Commons
Justice

Stanislas : un ex-cadre mis en examen pour « viol sur mineur »

Selon Franceinfo, les faits se sont produits en 2001 dans un autre établissement privé, situé dans le Val-d’Oise.

Une nouvelle affaire vient entacher la réputation de Stanislas, l’établissement privé conservateur où sont scolarisés les enfants de l’ancienne ministre de l’Éducation nationale Amélie Oudéa-Castéra.

Selon Franceinfo, Olivier P., qui a exercé la fonction de cadre éducatif jusqu’en 2018 dans l’établissement catholique parisien, a été mis en examen pour viol sur mineur. Les faits remontent à 2001, alors qu’il était en poste dans un autre établissement privé, le collège-lycée Saint-Martin de France, situé à Pontoise (Val-d’Oise). Olivier P. a été placé sous contrôle judiciaire et l’enquête a été confiée au parquet de Valenciennes.

Actes de violence et consultation de sites pédopornographiques

Joint par téléphone par Franceinfo, Olivier P. nie l’accusation de viol et se dit « humilié et effondré ». De graves accusations, émanant cette fois-ci de Stanislas, qui l’a employé de 2013 à 2018, pèsent pourtant déjà à son encontre. Alors qu’il y était directeur de l’internat des étudiants des classes préparatoires à Stanislas et professeur de musique, l’homme a été renvoyé pour faute grave, « en raison de consultation répétée de sites internet à caractère pédopornographique avec le matériel informatique professionnel ». Les parents de l’établissement n’ont été informés qu’en 2021 des raisons de son licenciement, après que d’anciens élèves ont fini par découvrir les accusations pesant sur Olivier P. Une « une adresse mail de signalement en lien avec le parquet des mineurs », ainsi qu’une cellule d’écoute psychologique « pour faciliter la remontée d’informations » ont été mis en place dans la foulée.

Outre la consultation de sites pédopornographiques, qu’il dément, Olivier P. est aussi poursuivi pour des faits de violences volontaires commises contre des élèves des classes préparatoires de Stanislas. Toujours selon Franceinfo, ces derniers auraient dénoncé des « pratiques humiliantes, intrusives et violentes de sa part », comme des coups de poings et des étranglements. L’homme dément tout acte de violence.


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Justice

Source : cava
Société

86 % des plaintes pour violences sexuelles classées sans suite, et pourtant leur nombre n’a jamais été aussi important

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Gérard Miller
Justice

Gérard Miller : une alerte sur son comportement avait été donnée à l’université Paris 8

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Violences conjugales : Stéphane Plaza est auditionné par la police dans le cadre d’une enquête préliminaire

police pixabay
Société

Condamné pour viols et violences conjugales, un policier en fuite

1
Source : Jeanne Menjoulet
Justice

La famille d’une victime de féminicide assigne l’État en justice pour « faute lourde »

Source : Capture vidéo / AFP
Justice

Monique Olivier entendue dans l’affaire Lydie Logé, disparue en 1993

2
Source : Jazmin Tabuena / corelens
Justice

Explosion de la prostitution des mineurs : le plan choc de la ministre chargée de l’Enfance

3
Manifestation contre les violences faites aux femmes  // Source : Jeanne Menjoulet
Justice

En 2022, seules 7 % des victimes de féminicides étaient suivies par une association

Source : Juan Moyano / Canva
Justice

Victime de violences sexuelles, je regrette d’avoir porté plainte

4
Dominiqueboutonnat_copyrightcnc
Justice

Affaire Dominique Boutonnat : le président du CNC sera jugé en juin pour agression sexuelle

La société s'écrit au féminin