Live now
Live now
Masquer
Source : Capture vidéo
Actualités France

L’audition absurde de Joël Guerriau, mis en examen pour avoir drogué la députée Sandrine Josso

Pour expliquer la présence d’ecstasy chez lui, le sénateur a invoqué de nombreux problèmes personnels, dont la mort de son chat.

« Un acte d’inadvertance » selon le sénateur Joël Guerriau. Mis en examen après avoir été accusé d’avoir, au cours d’une soirée, versé un sachet d’ecstasy dans le verre la députée Sandrine Josso en vue de l’agresser sexuellement, le sénateur a été auditionné ce mardi 21 novembre. Une audition curieuse comme le révèle Mediapart, qui a eu accès aux procès-verbaux.

Pour Joël Guerriau, la présence d’ecstasy chez lui s’explique par la mort de son chat

Pour commencer, le sénateur a d’abord déclaré ne pas connaître les « conséquences de ce genre de produit », ni ne pas connaître la « nature » de la poudre retrouvée dans sa cuisine lors de la perquisition des policiers. Il assure que ce sachet d’ecstasy lui a été donné par un autre sénateur. Ce qu’il a accepté car, à cause des élections sénatoriales, Joël Guerriau vivait « des moments difficiles psychologiquement, très lourds ».

Finalement il dit ne pas avoir consommé ce sachet, mais l’a finalement ressorti mi-novembre à cause de plusieurs soucis personnels : il avait « peur » de se retrouver seul à Paris après sa réélection au Sénat, son chat, prénommé « Papichat » est décédé, et l’un de ses amis est atteint d’un cancer.

Le sénateur plaide l’erreur d’attribution des verres

Ces trois raisons l’auraient conduit, selon lui, à verser le sachet de poudre blanche dans une coupe de champagne, qu’il n’a pas bu, expliquant ne « pas boire d’alcool tout seul ». Selon Joël Guerriau,« il est possible » que ce soit ce verre qu’il a ensuite tendu à Sandrine Josso. « Je voulais le prendre moi. Ça c’est sûr. Je ne l’ai pas fait avant qu’elle vienne, c’est sûr. En voyant les verres, après je me suis dit : ‘Putain, c’est lequel ?’ »

À lire aussi : Drogue dans un verre au bar, piqûres en club… La soumission chimique, décryptée par une toxicologue

Une histoire à laquelle le commissaire en charge de l’audition a du mal à croire : « Si je résume, vous ne buvez pas d’alcool tout seul. Vous avez un produit dont vous ne connaissez pas la nature que vous mettez dans une coupe destinée à recevoir de l’alcool. Vous ne vous rappelez plus quand. Vous ne le consommez pas et le remettez sans raison dans le placard. Lorsque vous ressortez les verres le lendemain, vous ne vous rappelez pas du tout votre idée de la veille », a retracé la commissaire. « Vous ne pensez pas que cela est incohérent ? »

Guerriau a poursuivi : « Le taxi est arrivé trois minutes après, je lui ai rendu sa veste, elle a pris son sac, on est descendus. Elle est montée dans le taxi, tout allait bien », a-t-il raconté. Ce que dément le chauffeur. Interrogé par les enquêteurs, il affirme que « l’état de la femme était symptomatique de quelqu’un qui était drogué ». « Inquiet pour elle », il a proposé à Sandrine Josso d’appeler les pompiers, et lui a laissé son numéro de téléphone pour « un éventuel témoignage ». Sandrine Josso elle-même, lorsqu’elle a témoigné sur le plateau de C à Vous, a déclaré avoir été prise de « palpitations » et de « sueurs ».

Mis en examen et placé sous contrôle judiciaire vendredi 17 novembre, Joël Guerriau a été suspendu de son parti de droite Horizons, ainsi que de son groupe parlementaire. Celui-ci l’a obligé de « se mettre en retrait » de ses activités de sénateur.


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

18
Avatar de Sakuto
24 novembre 2023 à 23h11
Sakuto
Mouais je pense que là ça va jouer en sa défaveur, la justice a beau être encore à la ramasse sur les questions des VSS on est en plus en 2005. La ligne de défense de son avocat est pitoyable et pour le coup son client risque beaucoup plus en mentant ainsi de A à Z plutôt qu'en avouant certaines choses et pas d'autres. Tout ce qui touche à la drogue et aux preuves matérielles autant avouer direct et dire "je voulais juste qu'on passe un moment festif tout les deux, je lui ai proposé" sans pour autant parler de quoi que ce soit de sexuel.
C'est pas non plus rare qu'entre collègues on partage de la drogue, ça se fait dans plein de milieux (non pas que je trouve ça bien), mais dans la majorité des cas il y a pas d'aggression juste derrière. Les intentions c'est bien plus compliqué à prouver. Mais prendre la justice pour des buses c'est tout sauf une bonne stratégie. D'un côté tant mieux hein, pour une fois qu'un agresseur tient une défense moisie, en espérant qu'il paye.
Reconnaitre sa culpabilité c'est une bonne stratégie dans pleins de dossiers, tu prends Quatennens, il reconnait une seule gifle, alors qu'on se doute bien qu'il y avait plus (on est rarement à une et unique gifle dans les violences conjugales). Mais bon il a avoué, il a pris ses 4 mois. C'est mieux que de prendre pour harcèlement et possiblement d'autres violences, il s'en sort avec un "j'ai dérapé UNE fois et je m'en excuse, ça arrive à tout le monde™ mais..."
Quatennens est un cas à part car il appartient à la France insoumise. Vis à vis de son électorat il ne peut pas se permettre d'adopter le narratif habituel "elle est folle, c'est un complot" donc sa meilleure option était de reconnaitre les faits en les minimisant.
Si la même chose était arrivée à un élu républicain, il aurait simplement nié les faits et rien ne se serait passé, son image publique aurait peut-être été légèrement écornée (et encore), mais en tous cas il n'aurait pas été inquiété le moins du monde par la justice. D'ailleurs c'est seulement suite à la déclaration d'Adrien Quatennens dans laquelle il reconnaissait avoir donné une giffle, que le parquet a décidé d'entamer des poursuites.
Je pense que les seuls cas de figure où on a intérêt à reconnaitre sa culpabilité sont ceux où on peut s'attirer l'indulgence des magistrats, en jouant sur le fait qu'on ne se rendait pas compte des conséquences de nos actes, qu'on était jeune, qu'on a changé etc, mais je ne pense pas que Guerriau appartienne à ce profil d'accusés, c'est un sénateur de 66 ans, il savait ce qu'il faisait.
Et puis je pense aussi qu'il pourra se payer une défense suffisament compétente pour faire valoir que ce n'est pas parce qu'il a menti sur son intention de droguer la députée, que cela prouve qu'il avait ensuite l'intention de la violer, et que faute de preuve ... on ne peut pas le condamner pour ça.
0
Voir les 18 commentaires

Plus de contenus Actualités France

Jonathan Daval dans une série documentaire de BFM TV // Source : Capture d'écran YouTube
Société

Condamné pour meurtre, Jonathann Daval porte plainte en diffamation contre son ex-belle famille

4
Pancarte de manifestation "pas ton corps, pas tes choix"
Actualités France

IVG : le Sénat « pas défavorable » à son inscription dans la Constitution

1
La mairie de Paris fait fermer le site Internet du groupuscule anti-IVG « Les Survivants » // Source : Capture d'écran twitter
Actualités France

La mairie de Paris fait fermer le site Internet du groupuscule anti-IVG « Les Survivants »

Une vendeuse en train de vendre un haut blanc en dentelle à une cliente dans une boutique de vêtements // Source : filadendron de Getty Images Signature
Actualité mode

« Les vendeuses dans l’habillement sont déshumanisées » : interview d’une syndicaliste sur l’effondrement de la mode milieu de gamme

3
Rokhaya Diallo  // Source : Capture écran YouTube
Société

Le « harcèlement » subit par Rokhaya Diallo depuis des années inquiète l’ONU

4
Le comédien Philippe Caubère mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur mineures // Source : Capture d'écran YouTube
Actualités France

Le comédien Philippe Caubère mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur mineures

Gwenola Ricordeau // Source : Jessica Bartlett
Société

Gwenola Ricordeau : « Le féminisme dominant reste foncièrement carcéral »

28
« Elle est feuj » Mediapart révèle des images de violences policières « sexistes et antisémites »  // Source : Capture d'écran vidéo Mediapart
Actualités France

« Elle est feuj » : Mediapart révèle des images de violences policières « sexistes et antisémites » 

2
Rocky 6 sera joué du 31 janvier au 4 février 2024 au Lavoir Moderne Parisien // Source : Madeleine Delaunay
Culture

« Pour sortir l’intersexuation du seul champ de l’intime, j’ai écrit la pièce de théâtre Rocky 6 » : Alice Etienne

La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra sur le plateau de RTL // Source : Capture d'écran Youtube
Actualités France

Amélie Oudéa-Castéra aurait fait la promotion d’une école privée hors contrat, selon Mediapart

La société s'écrit au féminin